Changer d'édition

Réflexion autour de la vaccination des femmes de ménage
Luxembourg 2 min. 16.04.2021

Réflexion autour de la vaccination des femmes de ménage

Si dans les COPAS par exemple, les sous-traitants étaient admissibles au vaccin anti-covid, pourquoi laisser à l'écart les agents d'entretien? L'OGBL pose la question.

Réflexion autour de la vaccination des femmes de ménage

Si dans les COPAS par exemple, les sous-traitants étaient admissibles au vaccin anti-covid, pourquoi laisser à l'écart les agents d'entretien? L'OGBL pose la question.
Photo: dpa
Luxembourg 2 min. 16.04.2021

Réflexion autour de la vaccination des femmes de ménage

Marie DEDEBAN
Marie DEDEBAN
L'OGBL demande à ce que les personnes assurant l'entretien dans les services de santé soient placées comme prioritaires pour la vaccination. Le ministère de la Santé répond travailler en ce moment à l'intégration de certains sous-traitants dans sa campagne.

Travaillant dans les hôpitaux, les maisons de retraite ou encore en hospices, les agents d'entretien du secteur de la santé sont en première ligne depuis le début de la pandémie. La branche "Services privés de nettoyage'' de l’OGBL s'indigne ce vendredi que ces employés «essentiels» ne le soient pas tant en ce qui concerne la vaccination anti-covid.


«Fière d'être une femme de ménage»
Le personnel affecté au nettoyage n'a jamais cessé de travailler depuis le début de la crise sanitaire. Pourtant, ses conditions de travail demeurent loin d'être idylliques. Manuela Pestana témoigne et s'engage pour davantage de reconnaissance.

Le syndicat affirme que ces salariés s'exposent «au même titre que le personnel soignant» au risque de «s'infecter ou d'infecter d'autres personnes». Or, si infirmiers, médecins et autres aides-soignants sont considérés comme prioritaires depuis le début de la campagne de vaccination, «ce n'est pas le cas des personnes qui nettoient derrière eux», déplore Estelle Winter. 

La secrétaire centrale OGBL indique qu'au Luxembourg, 11.220 de ces salariés s'exposent quotidiennement au covid, principalement des «femmes étrangères, lusophones, frontalières».

De son côté, le ministère de la Santé indique travailler à la mise en place d'une procédure pour permettre «la vaccination du personnel des sous-traitants», dont font partie ces agents d'entretien. Menée conjointement avec le ministère de la Famille et le Haut-Commissariat à la Protection nationale, cette réflexion devrait changer la donne pour «le personnel travaillant au contact des personnes âgées et des personnes en situation de handicap». 


Pharmacist Gurjit Dhadday (R) administers a Oxford/AstraZeneca Covid-19 vaccine  injection to pharmacist Josh Athwal at the Black Country Living Museum in Dudley, central England, on January 25, 2021. - Over 30 new coronavirus vaccination centres were set to open around England this week, including at the Black Country Living Museum, used as the backdrop to the award-winning period crime drama Peaky Blinders, as Britain's largest ever innoculation programme continues to gain pace. (Photo by Oli SCARFF / AFP)
Vaccination ne rimera pas avec profession
Pour l'heure, le comité d'éthique n'est pas favorable à donner la priorité à l'accès aux vaccins anti-covid à tel ou tel métier. Mais si tel devait être le cas, dans les mois à venir, il faudrait alors une égalité de traitement entre salariés résidents et frontaliers.

Le ministère de la Santé rappelle néanmoins qu'à ce jour, hormis les professionnels de santé et les pompiers du CGDIS, aucune autre profession n'est «considérée comme prioritaire pour la vaccination». Au grand dam des agents des pompes funèbres qui en avaient fait la demande, par exemple.

Une position que défend depuis plusieurs mois le Comité d'éthique luxembourgeois, qui estime que prioriser tel ou tel métier «équivaudrait à retarder la priorité accordée à un groupe de personnes plus vulnérables de par leur âge ou leur situation médicale». 

Pour rappel, la phase 5 de la vaccination a débuté fin mars et inclut les personnes de 55 à 64 ans. Selon les derniers chiffres fournis par le Premier ministre ce vendredi, 153.404 doses de vaccin anti-covid ont déjà été administrées au Grand-Duché.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les résidents du centre pénitentiaire de Schrassig seront vaccinés ensemble et en priorité, confirment les deux ministres de la Santé et de la Justice ce lundi. Le personnel devra en revanche attendre de recevoir une invitation personnelle.
In Zeiten der Corona-Pandemie sind die Häftlinge mit ihren Bedingungen unzufrieden.
Après bien des Etats, le Grand-Duché a fait le choix de s'en remettre à un prochain avis de l'Agence européenne des médicaments avant de reprendre -ou non-les injections d'AstraZeneca.
11.03.2021, Großbritannien, London: Ein Mitarbeiter zeigt die ersten verabreichten Ampullen mit den Corona-Impfstoffen von Astrazeneca (l) und Biontech/Pfizer, die Teil einer neuen COVID-19-Austellung im Science Museum sein werden. Foto: Victoria Jones/PA Wire/dpa +++ dpa-Bildfunk +++