Changer d'édition

Référendum: Cohabiter ou vivre ensemble ?
Luxembourg 2 min. 06.06.2015

Référendum: Cohabiter ou vivre ensemble ?

Référendum: Cohabiter ou vivre ensemble ?

Photo: Chris Karaba
Luxembourg 2 min. 06.06.2015

Référendum: Cohabiter ou vivre ensemble ?

Le Luxembourg et ses résidents étrangers : la question du droit de vote à accorder à ces derniers dans le cadre des législatives est celle qui divise le plus le pays. Déficit démocratique, droit de vote, devoir électoral et tensions entre étrangers et Luxembourgeois au prisme des résultats dévoilés par une enquête d'opinion courant mai.

(mt – trad. dn) – Le Luxembourg et ses résidents étrangers. La question du droit de vote à accorder à ces derniers dans le cadre des législatives est celle qui divise le plus le pays. Déficit démocratique, droit de vote, devoir électoral et tensions entre étrangers et Luxembourgeois au prisme des résultats dévoilés par une enquête d'opinion courant mai.

Cohabiter ou vivre ensemble ? Selon une enquête TNS Ilres commandée par Le Jeudi, 54% des personnes interrogées (700, dont 503 électeurs) sont d'avis que Luxembourgeois et étrangers se contentent de cohabiter. Seuls 44% d'entre elles jugent que Luxembourgeois et étrangers vivent réellement ensemble. Le sentiment de « cohabitation » est surtout ressenti par les électeurs qui ont indiqué s'exprimer contre le droit de vote accordé aux étrangers : 62% d'entre eux partagent ce point de vue.

Participation politique avec ou sans droit de vote ? 69% des personnes interrogées sont d'opinion qu'il ne peut y avoir de participation politique dans un pays si elle n'est pas assortie d'un droit de vote. Les seuls électeurs sont 58% à partager ce point de vue et, parmi eux, 82% de ceux en faveur du droit de vote aux étrangers et 40% contre ce droit.

Un déficit démocratique ? Que les députés soient élus par un peu plus d'une moitié des résidents en âge de voter est considéré comme un déficit démocratique par 66% des personnes interrogées. Là encore, ce taux grimpe à 85% si on questionne les seuls résidents étrangers et chute à 51% du point de vue des résidents luxembourgeois. Et parmi ces derniers, ceux en faveur du « oui » sont 90% à le penser, contre 29% pour ceux qui entendent se prononcer pour le « non ».

Photo: Anouk Antony

Un bouleversement de l'identité luxembourgeoise ? En cas de victoire du « oui » le 7 juin, 55% des sondés voient un bouleversement de l'identité luxembourgeoise et, dans le détail, 68% des résidents luxembourgeois et 39% des résidents étrangers. Parmi les Luxembourgeois interrogés, seuls 32% de ceux en faveur du « oui » estiment qu'un tel bouleversement va se produire, contre 86% de ceux qui disent voter « non ».

Des tensions entre étrangers et Luxembourgeois ? 51% sont d'avis que la question du référendum liée à la question du droit de vote accordé aux étrangers peut être source de tensions entre Luxembourgeois et étrangers, une appréciation plus largement répandue chez ces derniers.

Un droit, aussi un devoir ? Enfin, 70% des Luxembourgeois interrogés (et 75% des résidents étrangers) considèrent que ce droit de vote, s'il était accordé aux étrangers, devrait être obligatoire.



Sur le même sujet

Enquête d'opinion PolitMonitor: Pas de majorité pour le vote des étrangers
C'est une fracture qui se dessine au fur et à mesure des enquêtes d'opinion réalisées depuis novembre sur les trois questions du référendum à venir : si une nette majorité des résidents se prononce en faveur du vote des étrangers aux législatives, cette proposition ne séduit qu'une minorité des électeurs, ceux-là mêmes qui s'exprimeront le 7 juin.
Sondage sur le Référendum: Le droit de vote des étrangers divise l'électorat
48% des résidents luxembourgeois sont pour l'attribution du droit de vote aux étrangers, tandis que 44% sont contre. Et la moitié des électeurs luxembourgeois interrogés ne trouvent pas correct que la question de la séparation de l'Eglise et de l'Etat soit éliminée du référendum. Voilà ce qui ressort du dernier sondage TNS-Ilres commandé par le Luxemburger Wort et RTL en vue du référendum du 7 juin 2015.