Changer d'édition

Réactions en Hongrie après le «Salut dictateur»: Orban a répondu «Bonjour Grand-Duc»
Luxembourg 1 4 min. 27.05.2015

Réactions en Hongrie après le «Salut dictateur»: Orban a répondu «Bonjour Grand-Duc»

Viktor Orban et Jean-Claude Juncker lors du sommet à Riga

Réactions en Hongrie après le «Salut dictateur»: Orban a répondu «Bonjour Grand-Duc»

Viktor Orban et Jean-Claude Juncker lors du sommet à Riga
AFP
Luxembourg 1 4 min. 27.05.2015

Réactions en Hongrie après le «Salut dictateur»: Orban a répondu «Bonjour Grand-Duc»

«Juncker est allé trop loin» ou « le comportement extrême de Jean-Claude Juncker compte une explication simple: on dit de lui qu’il boit». Voici quelques-unes des réactions des médias hongrois après le «salut dictateur» de Jean-Claude Juncker à l'adresse de Viktor Orban.

Par Hélène Bienvenu

Au sommet de Riga le 22 mai dernier, le comportement de Jean-Claude Juncker, lors de l’accueil des chefs de gouvernement européens et notamment de Viktor Orban, affublé d’un «salut dictateur», a fait le tour des médias hongrois.

En janvier 2015, les deux s’étaient déjà esclaffés lorsque le même Viktor Orban s’était fait prendre par la main, tel un enfant terrible, par l’actuel président de la Commission.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Mais cette fois-ci, derrière les railleries, on sent un réel malaise: blessés, voire offusqués, les Hongrois se posent des questions.

Le journal conservateur Magyar Nemzet a estimé par la voix du politologue Zoltán Kiszelly que «Juncker est allé trop loin», précisant que Viktor Orban a bien fait de traiter l’incident comme une simple boutade.

Selon l’expert, qui évoque aussi l’alcoolisme soupçonné de Jean-Claude Juncker, c’est une manière pour le Luxembourgeois d’évacuer le stress causé par la rencontre avec des personnalités avec lesquelles il est en désaccord.

La claque amicale de Juncker s’est également glissée en bonne place dans le journal télévisé de RTL Klub du 23 mai où il est rappelé, en image, que ce n’est pas la première fois que Juncker se comporte de manière «inhabituelle» avec ses acolytes. Ibolya Görög experte ès protocole, interviewée par la chaîne, affirme qu’une telle pratique est contraire à l’étiquette.

Les médias en ligne hongrois se font fait les choux gras de l’événement. Index.hu , leader en la matière, a créé une dizaine d’entrées autour de la baffe amicale encaissée par le dirigeant magyar. Le média rappelle que c’est «une vielle habitude chez Juncker» et évoque des problèmes récurrents d’alcoolisme. «Le comportement extrême de Jean-Claude Juncker compte une explication simple: on dit de lui qu’il boit».

Orban n'avait pas soutenu la candidature de Juncker

Dans un autre article qui reprend la vidéo du Petit Journal de Canal +, Index remarque qu’«Orban s’en sort finalement assez bien avec cette petite claque. Regardez ce que les autres ont reçu de la part du président de la Commission! Qu’est-ce qui se passe dans la tête de cet homme ?!».

444.hu ajoute que les deux hommes sont loin de s’apprécier, Viktor Orban a été le premier dirigeant européen à déclarer ne pas soutenir la candidature de Jean-Claude Juncker à la tête de la commission l’an dernier.

«C'est toute la Hongrie qui est touchée»

Dans l’édition hongroise du média citoyen européen Café Babel, Gergely Károly écrit «je ne suis pas partisan de Viktor Orban, au contraire, c’est le manque de dialogue et de tact qui caractérise à mes yeux le point noir de son gouvernement (…). Avec cette claque, Juncker n’a pas simplement effleuré un visage mais un premier ministre, qui a été élu plusieurs fois, c’est toute la Hongrie qui est touchée».

C’est également ce que semble penser Gábor Vona, le leader du Jobbik (extrême droite), qui s’est exprimé sur Facebook en ces termes : «J’aime plaisanter. Là ce n’était pas une blague mais un manque flagrant de respect. Je suis de l’opposition. La politique de Victor Orban ne cesse de me poser problème. Mais là je dois mettre de côté mon appartenance politique. En tant que simple citoyen hongrois, je demande des comptes: comment cela a-t-il pu se produire? Et cela me fait dire deux choses: c'est là tout le prestige de la Hongrie et son dirigeant au sein de l'UE? En tant qu’Européens, nous devons prendre cette personne comme quelqu'un d'autorité, comme notre dirigeant?».

Même écho dans les couloirs du parlement hongrois, lorsque le magazine HVG est allé récolter l’opinion des députés magyars, dans l’ensemble indignés «je comprends cette frustration que génère le gouvernement hongrois et Viktor Orban à Bruxelles mais la violence ne peut être la solution» a ainsi déclaré la parlementaire Tímea Szabó du parti PM (gauche).

Réaction du gouvernement hongrois

Du côté du gouvernement, on préfère minimiser la portée de la scène, comme a pu le faire Margaritis Schinas, porte parole de la Commission «Viktor Orban a répondu «Bonjour Grand Duc», c’est comme cela qu’il salue Juncker depuis des années» a précisé Bertalan Havasi (porte-parole du premier ministre hongrois).

Ceux qui connaissent bien la personnalité de Jean-Claude Juncker – et Viktor Orban entretient depuis des années une bonne relation avec celui-ci – ne s’étonnent pas de ses gestes. Viktor Orban a déjà eu l’occasion de le dire, Juncker ce n’est pas un homme politique «en plastique».

En attendant, comme l’a noté Hír24, Orban ne figure pas non plus sur la photo de groupe du sommet de Riga «il y a eu un effet de foule, il est arrivé trop tard sur les lieux» a précisé son porte-parole.


Sur le même sujet