Changer d'édition

Qui se souvient de ces portails de la Schueberfouer?
Luxembourg 43 6 min. 22.08.2018 Cet article est archivé

Qui se souvient de ces portails de la Schueberfouer?

Qui se souvient de ces portails de la Schueberfouer?

Luxembourg 43 6 min. 22.08.2018 Cet article est archivé

Qui se souvient de ces portails de la Schueberfouer?

Christelle BRUCKER
Christelle BRUCKER
Le portail actuel de la Schueberfouer date de 2007. La tradition d'une imposante porte d'entrée au champ de foire remonte aux années 1940: des dizaines de portails ont ainsi été érigés au fil du temps. Nous les avons retrouvés.

Selon les experts de l'histoire de la Schueberfouer, le tout premier portail géant enjambant l'entrée du champ de foire apparaît juste avant la Seconde Guerre mondiale.

Le cliché le plus ancien que nous avons pu retrouver date de 1942 et montre une simple arche portant l'inscription en allemand "Willkommen auf der Schobermesse".

La photo la plus ancienne d'un portail à la Fouer date de 1942
La photo la plus ancienne d'un portail à la Fouer date de 1942
Christophe Bernard (c) Photothèque de la Ville de Luxembourg, tous droits réservés

Le but est simple: créer une séparation visuelle claire entre la ville et la foire, et immerger les visiteurs dans une ambiance festive.

Après la guerre, avec le retour des forains étrangers au Luxembourg, l'idée du portail sera reprise mais en version améliorée. Désormais, l'arche se veut colorée et électrisée pour briller de mille feux dans la nuit.

Schueberfouer 1956
Schueberfouer 1956
Batty Fischer (c) Photothèque de la Ville de Luxembourg, tous droits réservés


Schueberfouer 1957
Schueberfouer 1957
Batty Fischer (c) Photothèque de la Ville de Luxembourg, tous droits réservés

Comme on le voit sur ce cliché de l'illustre photographe luxembourgeois Batty Fischer, pris en 1957, le portail de la Fouer signifie aussi l'entrée dans un monde aux accents féeriques.

Deux ans plus tard, en 1959, il propose une mise en abîme: on y voit les stands de la Schueberfouer, la traditionnelle marche des moutons, ou Hämmelsmarsch, et sa fanfare, et les attractions les plus impressionnantes de l'époque.

Vue de nuit du portail de la Schueberfouer en 1959
Vue de nuit du portail de la Schueberfouer en 1959
(c) archives Luxemburger Wort, tous droits réservés

Un autre cliché, tiré des archives du Luxemburger Wort, nous présente le portail en 1961: il ressemble davantage à la forme qu'on lui connaît aujourd'hui et porte sur le cirque, un thème qui sera maintes fois mis à l'honneur par la suite.

Lex, Pit et Anne Weyer aux commandes 

Pour la Schueberfouer de 1966, la tâche est confiée à l'atelier graphique de Lex et Pit Weyer, pionniers de l'affiche publicitaire au Luxembourg, qui viennent de monter leur société et bénéficient déjà d'une notoriété dans le domaine du graphisme, grâce à de nombreuses créations pour le théâtre et les institutions du pays.

Ils en conçoivent deux, parsemés d'ampoules pour briller dans la nuit. Ils seront installés de part et d'autre du champ du Glacis.

Le style coloré et enfantin de l'univers Weyer plaît beaucoup: les artistes réaliseront ainsi le design des portails de la Schueberfouer jusqu'en 1970.

En 1967, le thème du cirque orne les panneaux montés sur une nouvelle structure métallique.

En 1968, les artistes optent pour des motifs géométriques, la musique et la figure de Mélusine pour décorer l'entrée de la foire.

Le cirque est de nouveau à l'honneur à la Schueberfouer 1969, avec acrobates, ours farceurs et dompteurs sur les panneaux imaginés et réalisés par le trio Weyer, toujours  à l'oeuvre. De petits drapeaux sont ajoutés au sommet.

Enfin, pour leurs dernières créations pour la Schueberfouer en 1970, ils mettent en scène une voltigeuse cheveux au vent sur son cheval qui sort du cadre, et un "Monsieur Muscle" moustachu soulevant fièrement ses haltères. 

En 1977, c'est un portail d'un nouveau genre qui apparaît: un support sur lequel sont apposés des personnages et des décors agrémentés d'ampoules électriques. 

Schueberfouer 1977
Schueberfouer 1977
Pol Aschman (c) Photothèque de la Ville de Luxembourg, tous droits réservés

L'ère Ota Nalezinek 

Entre 1978 et 1983, c'est l'artiste luxembourgeois d'origine tchèque, Ota Nalezinek, qui est chargé de faire rêver les foules. Il va ainsi concevoir une série de portails pour la Schueberfouer.

En 1984, la Ville de Luxembourg fait appel à une figure montante de la scène culturelle luxembourgeoise à l'époque: Hendrik van den Kerchove.

A la fois artiste, scénographe, décorateur pour le cinéma et bricoleur, il impressionne par son talent et monte un portail à la taille démesurée, facturé 700.000 LUF à la Ville de Luxembourg, soit un peu plus de 17.000 euros.

Schueberfouer 1985
Schueberfouer 1985
Roger Müller (c) Photothèque de la Ville de Luxembourg, tous droits réservés

Fin des années 1980, de gros travaux d'infrastructures sont menés au rond-point Schuman: le montage du portail de la Schueberfouer est abandonné quelques années, le temps que le chantier soit achevé. 

En 1991, on arrose le portail

C'est chose faite en 1991 et cette année-là, le portail de la foire se mue en arche végétale composée notamment de branches de sapin.

Manque de chance: la chaleur estivale est telle, que cette création pour le moins originale doit être abondamment arrosée chaque jour pour écarter tout risque d'incendie!   

Le portail de 1991 en arrière-plan, composé notamment de branches de sapin
Le portail de 1991 en arrière-plan, composé notamment de branches de sapin
Pierre Heiliger (c) archives Luxemburger Wort, tous droits réservés

En 1992, de nouvelles fondations sont installées pour sécuriser au maximum les poteaux de 16 mètres de haut érigés de chaque côté du portail, prêté cette fois-là par la Ville de Nice. Le mot "Schueberfouer" est ajouté au-dessus.

Schueberfouer 1992
Schueberfouer 1992
Anouk Antony (c) archives Luxemburger Wort, tous droits réservés

A partir de l'année 1994, Marc Weydert, chef de l'office des Fêtes, foires et marchés de la Ville de Luxembourg, instaure un nouveau système: les portails de deux artistes différents seront à l'honneur en alternance, une année sur deux,  pendant six éditions consécutives.

Eric Kissel, forain et peintre amateur

C'est un forain, passionné par l'art et la peinture, grand habitué de la Schueberfouer, Eric Kissel, qui ouvre le bal avec une création qui met en scène une mascotte portant le nom affectueux de "Schuebi".

L'année 1995 marque le retour d'Ota Nalezinek: l'artiste ravit les visiteurs avec une création sur le thème de l'arc-en-ciel et du trésor légendaire censé trôner au pied des bandes multicolores. 

Van den Kerchove marque le millénaire 

L'an 2000 marque la réalisation d'une nouvelle oeuvre par Hendrik van de Kerchove en guise de porte d'entrée à la Fouer. Cette fois, il crée une gigantesque illustration aux motifs floraux et Art déco. 

Ce portail sera à nouveau utilisé en 2002 et 2006.

Pour la Schueberfouer 2001, Eric Kissel imagine un décor composé de plusieurs images rappelant les manèges de la foire, et un énorme ours polaire montrant les dents.

Le mot "Schueberfouer" est installé au centre de la structure. Ce portail sera utilisé de nouveau en 2003 puis en 2005.

Les 1001 nuits et leur message caché

Le portail actuel surplombe l'entrée de la Schueberfouer depuis 11 éditions déjà! 

Il a été créé en 2007 par Hendrik van de Kerchove et huit étudiants en arts: Tiziana Raffaelli, Michèle Tontelinger, Edgar Saillen, Guillaume Weis, Lydia Cettiga, Audrey Dhyvert, Natacha Raffaelli et Serge Siweck.

Le portail mesure 18 mètres sur 9 et est composé de 80 plaques de bois montées sur une structure en aluminium et trouées pour laisser passer le vent.

Il aura fallu un peu moins de 6 mois pour le réaliser tandis que la conception a pris autant de temps.

Le tout pour un montant de 25.000 euros, "un prix attractif pour une oeuvre de cette envergure", estimait à l'époque Marc Weydert.  

Pour l'instant, il n'est pas prévu de le remplacer. Chaque année depuis 2007, seule la partie comportant la date est modifiée. Il devrait donc attirer le regard des visiteurs qui entrent à la foire pour quelques années encore.  

Le bois est peint à l'acrylique et recouvert d'un revêtement spécial contre le soleil et les intempéries. Le motif est inspiré de l'univers des 1.001 nuits et selon l'artiste, "un message politique critique" y serait subtilement caché. Mais nul n'a jamais réussi à percer le mystère...


Sur le même sujet

Plus que 6 jours avant l'ouverture de la 678e Schueberfouer à Luxembourg: véritable institution au Grand-Duché, la foire connaît un changement de taille cette année puisqu'elle cohabite pour la première fois avec le tram.
PK Schueberfouer 2018, photo : Caroline Martin©