Changer d'édition

Qui éradiquera les sangliers de la «zone blanche» ?
Luxembourg 3 min. 29.03.2019

Qui éradiquera les sangliers de la «zone blanche» ?

La trop petite zone blanche en cours de création aux yeux des chasseurs a «tout au plus une fonction d'alibi».

Qui éradiquera les sangliers de la «zone blanche» ?

La trop petite zone blanche en cours de création aux yeux des chasseurs a «tout au plus une fonction d'alibi».
Shutterstock
Luxembourg 3 min. 29.03.2019

Qui éradiquera les sangliers de la «zone blanche» ?

Maurice FICK
Maurice FICK
Aussitôt la clôture contre la peste porcine dressée, se posera la question du dépeuplement de tous les sangliers dans la zone blanche. La fédération des chasseurs juge «tout à fait insuffisante» la solution retenue .



Clôture contre la peste porcine: «C'est un cas d'urgence»
Les militaires érigent la clôture de 8 km à la frontière belgo-luxembourgeoise. Elle doit éviter qu'un sanglier, atteint de peste porcine, n'arrive au Luxembourg. Le pays compte près de 100.000 porcs d'élevage. «On est dans un cas d'urgence», explique le Dr Wildschutz.

«Les Français ont fait une vraie zone blanche de 80 kilomètres carrés tandis qu'au Luxembourg ce sont quelques hectares. Ça ne suffit pas!», lance Georges Jacobs, président de la Fédération Saint-Hubert des chasseurs du Grand-Duché de Luxembourg (FSHCL). Pour lui, l'installation d'une clôture de 8 km contre la peste porcine africaine érigée depuis mercredi dans le sud-ouest du pays a une «fonction d'alibi» tout au plus. Mais la mesure gouvernementale mise en place par le ministère de l'Agriculture est «tout à fait insuffisante».

Aux yeux du président de la FSHCL, «le Luxembourg ne fait pas ce qu'il faut» et «en particulier l'Allemagne est directement menacée par l'attitude passive du Luxembourg» dans le combat préventif de la peste porcine qui est à ses portes. «Le chemin à parcourir par la peste porcine de la Belgique vers l'Allemagne via le Luxembourg est court, environ 60 km», souligne la fédération des chasseurs en mettant la pression sur un gouvernement qui ne lui donne pas les moyens souhaités pour chasser efficacement le sanglier, dit-elle.

Le 8 mars 2019, le Conseil de gouvernement avait approuvé le projet de règlement grand-ducal autorisant la chasse aux sangliers pendant toute l'année dans la zone de surveillance de la peste porcine africaine. Mais les chasseurs réclament plus de latitude en général sur tout le territoire et le droit de chasser en mouvement mais aussi de nuit, avec des lunettes de tir nocturne.

Pas encore de base légale pour cette chasse spéciale

Pour éviter que le virus mortel ne passe par le Luxembourg, «il faudra faire un dépeuplement de la zone blanche, le but étant qu'il n'y ait plus de sangliers» avait expliqué André Loos, premier conseiller de gouvernement au ministère de l'Agriculture. Mais à quels «fusils» le ministère de l'Agriculture fera-t-il appel pour dépeupler la zone entre la frontière belge et le grillage luxembourgeois?


Le gouvernement autorise la chasse dans la zone de surveillance
Le Conseil de gouvernement vient d'approuver le projet de règlement grand-ducal autorisant la chasse aux sangliers pendant toute l'année dans la zone pour la prévention de la propagation de la peste porcine africaine.

La question ne peut être tranchée pour l'heure, faute de texte. Dans le cas présent, «on n'est pas dans une logique de chasse normale. Comme c'est une restriction on peut recourir à des moyens autres que dans une chasse, comme chasser la nuit par exemple», explique Félix Wildschutz.

Le directeur de l'Administration des services vétérinaires au ministère de l'Agriculture assure que ses services «sont en train de préparer le texte législatif pour donner une base légale» à la destruction des sangliers dans la zone blanche.

Et les chasseurs alors? «Il faut collaborer avec eux et éventuellement des chasseurs officiels de l'Administration de la nature et des forêts», pose Félix Wildschutz. Avant de bien préciser: «Tout cela n'est pas encore tout à fait décidé».

Réponses laconiques de deux ministres

A la question parlementaire urgente posée le 21 mars par Marc Goergen (Piraten), et portant sur la chasse aux sangliers, les ministres de l'Environnement et de l'Agriculture répondent simplement par l'affirmative lorsque le député demande si le gouvernement considère les chasseurs comme des partenaires pour combattre la peste porcine.

«Le gouvernement répondra-t-il à la demande de la FSHCL d'utiliser des armes semi-automatiques pour chasser?» interroge le député pirate. La réponse tient en un mot: «Non».


Sur le même sujet

Pas de trace de peste porcine après les battues
L’analyse du Laboratoire de médecine vétérinaire sur les neuf dépouilles de sangliers abattus est rassurante. Afin d'accentuer le dépeuplement des bêtes potentiellement atteintes de peste porcine, les tirs de nuit sont autorisés, dans la zone blanche.
L'interdiction des battues débattue à la Chambre
Alors que le gouvernement organise sa seconde battue dans la zone blanche pour se prémunir de la peste porcine africaine, les opposants à ce mode de chasse défendront la cause animale ce vendredi après-midi devant les députés.
Tous les sangliers seront abattus «d'ici fin juin»
«Nous devons faire en sorte qu'il n'y ait plus aucun sanglier dans la zone blanche d'ici fin juin», déclare Romain Schneider. Le ministre de l'Agriculture donnera aux chasseurs une «prime de 100 euros pour chaque sanglier tiré». La peste porcine menace.
Clôture contre la peste porcine: «C'est un cas d'urgence»
Les militaires érigent la clôture de 8 km à la frontière belgo-luxembourgeoise. Elle doit éviter qu'un sanglier, atteint de peste porcine, n'arrive au Luxembourg. Le pays compte près de 100.000 porcs d'élevage. «On est dans un cas d'urgence», explique le Dr Wildschutz.
Une clôture de 8 kilomètres contre la peste porcine
Comme en Belgique, le gouvernement luxembourgeois va ériger «dans les prochains jours» une clôture de 8 kilomètres de long qui s'étendra de Steinfort à Pétange. Il étudie aussi la possibilité de créer une «zone blanche» qui sera alors vidée de ses sangliers.