Changer d'édition

Qui doit faire la police dans la capitale?
Luxembourg 4 min. 26.11.2020 Cet article est archivé

Qui doit faire la police dans la capitale?

Avec la bourgmestre, Lydie Polfer, le ministre Kox a fait une "descente" lundi soir dans le quartier Gare.

Qui doit faire la police dans la capitale?

Avec la bourgmestre, Lydie Polfer, le ministre Kox a fait une "descente" lundi soir dans le quartier Gare.
Photo : SIP
Luxembourg 4 min. 26.11.2020 Cet article est archivé

Qui doit faire la police dans la capitale?

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
La bourgmestre de Luxembourg, lassée des problèmes d'insécurité, a choisi d'engager des agents de sécurité privés pour patrouiller. Une initiative qui est loin de recevoir le soutien du ministre de la Sécurité intérieure, Henri Kox.

Du 1er décembre au 31 janvier 2021, la Ville de Luxembourg a choisi de «confier à une société privée de gardiennage et de surveillance agréée une mission de présence préventive dans le quartier Gare et de la Ville Haute». Et la bourgmestre (DP) de la capitale assume ce choix. Un an tout juste après que la police grand-ducale a fait le choix de renforcer ses effectifs sur ces zones, visiblement cela ne suffit pas toujours à Lydie Polfer (DP), aux élus de la ville et aux riverains. Des habitants qui ont déjà souvent manifesté leur colère et leurs craintes.


Blitzer-Marathon der Police, Polizei, Grand-Ducale, N13, Frisange, le 18 avril 2018. Photo: Chris Karaba
280 agents renforceront la police luxembourgeoise
Pour 2021, le budget de l'Etat a également prévu de recruter des gardiens de prison ou des militaires, en plus des indispensables administratifs. Les ministères ont encore trois jours pour signaler leurs besoins.

«Lutter contre le sentiment d’insécurité urbaine et renforcer la tranquillité publique»: tels sont les deux objectifs de ce déploiement. Et la bourgmestre de la capitale a eu l'occasion d'en parler, lundi soir encore, avec le nouveau ministre de la Sécurité intérieure lors d'une ronde de nuit effectuée autour de la gare centrale. Et même si la Ville joue la carte du chacun son rôle (police d'un côté, brigade privée de l'autre), le choix exaspère le «patron» des forces de l'ordre.

Et le ministre Henri Kox (Déi Gréng) ne se prive pas de le dire: «Le ministère ne soutient pas cette initiative». Certes, l'arrivée de 30 policiers supplémentaires depuis novembre 2019, a quelque peu amélioré les choses. Mais même si le sentiment d'insécurité et le mécontentement des habitants des quartiers Gare et Bonnevoie persistent (quant à la délinquance liée au trafic de stupéfiants), rien ne justifie à ses yeux «la privatisation du service du maintien de l’ordre public».

Pour le ministre, ce travail doit demeurer «une mission exclusive de l’agent de police qui a été spécialement formé à cet effet (...) les sociétés de gardiennage privées n’étant pas habilitées à effectuer des missions de police».

 Henri Kox va même jusqu'à rappeler «le principe politique et juridique le plus important en matière de sécurité au Luxembourg» : ne pas faire des agents privés de sécurité des «policiers auxiliaires». Et le ministre de rappeler que ces salariés n’ont pas été formés à la lutte contre la délinquance liée au trafic de stupéfiants, «contrairement aux agents postés dans les commissariats des quartiers concernés».

Mais aussi ferme soit le ton du représentant du gouvernement, Lydie Polfer n'entend pas changer sa décision. «Je ne travaille pas contre la police, mais bien pour. Je suis désolée de voir que leur travail n'a pas de suite en Justice, par exemple. Sur les 1.200 PV que les agents ont pu dresser à Luxembourg à peine 70 sont passés devant un magistrat. Parfois, les policiers attrapent deux ou trois fois de suite les mêmes délinquants en quelques jours. Même exclus du territoire certains reviennent quelques jours après. Cela donne un sentiment d'impunité à ces voyous, et désole population et agents». 

Tacle au passage

A compter de la mi-décembre, en collaboration avec Inter-Actions, la Ville de Luxembourg mettra en place un service de prévention et de médiation. Baptisée «A vos côtés», cette action (portée par 6 personnels) aura principalement pour rôle, «d'assurer une présence visible dans le quartier de la Gare avec entre autres, l'accompagnement actif des habitants du quartier, ainsi que de jouer un rôle de médiateur».


Lokales, Jugendkriminalität im Bahnhofsviertel, Gare de Luxembourg, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Le quartier de la gare attend toujours ses caméras
Promise voilà deux ans, la vidéosurveillance n'a toujours pas été installée dans ce secteur de la capitale. De quoi alimenter les débats en conseil communal autour d'un quartier toujours en attente de plus de sécurité.

Habile politicienne, la bourgmestre fait remarquer qu'elle n'est pas la première élue à faire ainsi appel à une société privée pour sécuriser un espace public. «Il me semble que le premier était un Vert d'ailleurs, le bourgmestre de Differdange!», tacle gentiment la députée DP. Qui insiste : «Depuis trois ans, nous faisons appel à des gardiens privés pour assurer la tranquillité dans nos parcs, et cela fonctionne sans problème. Là, la présence se veut avant tout dissuasive et la police grand-ducale sera bien évidemment appelée dès qu'un problème interviendra».

Point que tient d'ailleurs à souligner lui aussi Henri Kox : «La société de gardiennage retenue pourra se déplacer sur la voie publique, cet espace étant accessible à tous. Pas question pour elle d'effectuer des contrôles d'identité par contre». Ainsi, les seuls moyens de recours de ces agents privés «se limitent à ceux de tout citoyen lambda». A savoir :

 - appeler la police lorsque l’agent de sécurité constate une infraction;
-  légitime défense, comme prévue aux art. 416 et 417 du code pénal
-  retenir le coupable en attendant l’arrivée de la police, lorsque l’agent de sécurité est témoin d’un crime en flagrant délit passible d’une peine.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La police grand-ducale continue ses contrôles afin de faire respecter les mesures sanitaires en vigueur. La semaine dernière, la plupart des avertissements taxés ont été distribués à des individus se trouvant dans la rue après 23h sans motif valable.
13.07.11 ministre halsdorf se rend sur le terrain, polizei, besuch polizei halsodorf, gare quartier,  patrouille et accompagnement par halsdorf, luxembourg, photo: Marc Wilwert
Depuis mars, police et douanes multiplient les patrouilles pour veiller au respect des règles sanitaires liées au covid. Entre prévention et sévérité, plus de 3.500 avertissements taxés ont déjà été dressés pour des infractions.
Wirtschaft, Lokales, Illustrationen, Masken, Covid 19, verschiedene Masken, Mode der Masken, Muster, Farbe,  Corona-Zeiten Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Si l'arrivée du tram, le 13 décembre prochain, doit modifier le profil de l'espace central de la capitale, la transformation envisagée s'annonce bien plus profonde. De lieu de transit, le site doit devenir un pôle d'échange multimodal central.
Gare Centrale Luxembourg,Hauptbahnhof. Foto:Gerry Huberty
En 2019, agents et enquêteurs luxembourgeois ont réussi à résoudre 53,9% des faits de délinquance dont ils ont eu connaissance. Dans le même temps, le pays voit le nombre d'infractions commises progresser aussi (+4%)
Razzia Perigord Verhaftung Festnahme Drogen Srec Police Polizei
De nombreuses interrogations des conseillers communaux liées au réaménagement de rues du quartier de la gare à Luxembourg et à la prise en charge de toxicomanes ne trouveront pas de réponses avant début 2020.
Lokales, Jugendkriminalität im Bahnhofsviertel, Gare de Luxembourg, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort