Changer d'édition

Querelle autour du chômage partiel
Luxembourg 2 min. 16.04.2020

Querelle autour du chômage partiel

Les indépendants s'indignent d'être exclus du régime du chômage partiel.

Querelle autour du chômage partiel

Les indépendants s'indignent d'être exclus du régime du chômage partiel.
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 2 min. 16.04.2020

Querelle autour du chômage partiel

Les représentants de la CLC, de la Fédération des artisans et de l'Horesca répondent avec virulence à des propos tenus par le ministre du Travail, Dan Kersch (LSAP). Ils lui reprochent notamment de mettre tous les indépendants dans le même panier en les taxant de riches.

Un début de polémique prend forme. En cause, l'exclusion des indépendants du régime du chômage partiel. Dans une lettre ouverte publiée mercredi, trois présidents représentant les indépendants, Fernand Ernster (Confédération du commerce), Michel Reckinger, (fédération des artisans) et Alain Rix (Horesca) attaquent frontalement Dan Kersch (LSAP). 

Lors d'une conférence de presse réalisée mardi, le ministre du Travail avait expliqué que le chômage partiel ne concerne «par définition que ceux qui sont libres pour le marché du travail» et que «la plupart des indépendants ne le sont pas et ne veulent pas l'être». Et ce dernier d'ajouter que «ceux qui ont engrangé beaucoup d'argent ne peuvent pas avoir accès de manière égale aux autres à des moyens publics. La solidarité nationale, c'est faire la différence entre ceux qui ont les épaules larges et les autres». 


TC- Leserevent WAX. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
«L'Horesca risque de perdre 20% de ses entreprises»
Alain Rix, le président de la fédération nationale des hôteliers, restaurateurs et cafetiers (Horesca) s'est exprimé sur les effets de la crise sanitaire. Il estime que d'ici à deux semaines 15 à 20 % des entreprises du secteur pourraient faire faillite.

Un message loin d'être apprécié par les auteurs de la lettre ouverte pour qui cette manière de voir les choses correspond «tout simplement à une gifle humiliante, indigne d'un ministre du gouvernement». Fernand Ernster,  Michel Reckinger et  Alain Rix rappellent qu'insinuer que les indépendants sont forcément riches, c'est oublier que 18.000 d'entre eux affichent «un revenu mensuel moyen cotisable qui dépasse à peine 4.000 euros sur douze mois».

Les représentants des indépendants soulignent que sur ce montant de 4.000 euros, «ils paient leurs impôts et leurs cotisations sociales comme tous les citoyens de ce pays. […] Ils assument la responsabilité de leur entreprise et de leurs salariés. Nombreux sont également ceux qui remboursent le financement de cette aventure "entreprise" pour laquelle ils se sont endettés à titre personnel, risquant par là chaque jour de tout perdre également sur le plan privé». 


Coronavirus - Leere Plätze - Luxemburg - Lost City - Drone  - bvd Royal -  Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
L'incertitude économique reste encore de mise
Trois semaines après la présentation du programme gouvernemental de 8,8 milliards d'euros voué à soutenir le fonctionnement des entreprises, l'impact négatif du covid-19 sur le Luxembourg reste encore flou, estime mardi la Fondation Idea qui envisage des effets jusqu'en 2023.

Lors de son intervention, Dan Kersch avait estimé que le chômage partiel dont l'enveloppe globale s'élève à quelque 500 millions d'euros mensuels, soit l'équivalent de la totalité du chantier du tram, représente une aide indirecte pour les indépendants.  Par ce biais, «leurs coûts salariaux sont quasiment intégralement remboursés par l'Etat», soulignait-il. Pour les auteurs de la lettre ouverte, cela ne va pas assez loin. Ils exigent ainsi que  «le fonds pour l'emploi, au financement duquel les indépendants contribuent grâce à leurs impôts, serve un revenu de remplacement dans les mêmes conditions et soumis aux mêmes restrictions qu'aux salariés de nos entreprises».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«L'indépendant doit percevoir 80% de ses revenus»
Le ministre du Travail «n'a rien contre les indépendants». Mais Dan Kersch (LSAP) pense toujours que le chômage partiel n'est pas l'outil adéquat pour les aider. Qu'importe, ils en ont besoin, rétorque le patron des artisans.
Un soutien financier aussi pour les indépendants
Des aides pour les uns, des soutiens pour les autres mais les milliers de salariés sous statut d'indépendant au Luxembourg semblaient écartés du plan de stabilisation. Ce mercredi le gouvernement leur promet 2.500 euros d'indemnité.
«Le patron reste libre de verser plus» à ses salariés
Face au constat dressé par un entrepreneur des inégalités de traitement entre salariés en arrêt maladie et ceux en chômage partiel, Dan Kersch, ministre du Travail assure que chaque entreprise peut aller au-delà de ce qui est prévu par la loi. Explications.
Chantier Hamilius,Aldringen.Foto:Gerry Huberty
Le secteur des transports à un tournant
De mal-aimés hier, les routiers sont devenus les héros du quotidien en approvisionnant les entreprises encore en fonctionnement, les hôpitaux et les commerces alimentaires. Une mission essentielle mais difficile à mener pour nombre de chauffeurs.
Un demi-milliard d'euros pour le chômage partiel
Entre 6.000 et 7.000 entreprises ont déjà formulé une demande de chômage partiel a annoncé, ce mercredi, le ministre du Travail, Dan Kersch. L'Etat déboursera au moins un demi-milliard d'euros, voire plus si la crise se prolonge.
Sommerinterview Dan Kersch, Minister Sort, Arbeit, Sozial und Solidarwirtschaft, Belval, Esch Alzette, , Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort