Changer d'édition

Quelles stabilité et croissance après la crise ?
Luxembourg 4 min. 06.05.2020

Quelles stabilité et croissance après la crise ?

Les prévisions optimistes du Statec pour 2021 plaisent évidemment à Pierre Gramegna. Mais le ministre des Finances prévient: «Personne ne sait» précisément de quoi sera fait l'avenir chiffré de l'économie luxembourgeoise.

Quelles stabilité et croissance après la crise ?

Les prévisions optimistes du Statec pour 2021 plaisent évidemment à Pierre Gramegna. Mais le ministre des Finances prévient: «Personne ne sait» précisément de quoi sera fait l'avenir chiffré de l'économie luxembourgeoise.
Photo: Guy Wolff
Luxembourg 4 min. 06.05.2020

Quelles stabilité et croissance après la crise ?

Maurice FICK
Maurice FICK
Devant la Chambre, le ministre des Finances s'est montré prudent, mardi, sur la croissance économique de 7 % du PIB prévue pour 2021 par le Statec. L'opposition réclame «une feuille de route pour la reprise» et voit dans la crise des opportunités de vrais changements.

(MF avec Annette Welsch) – En temps normal, le programme de stabilité et de croissance (PSC) et le programme national de réforme (PNR) font partie intégrante du discours sur l'état de la nation qui n'a pas eu lieu en ce début de printemps 2020, la priorité du gouvernement étant de combattre le coronavirus. Dans un contexte global d'état d'urgence, de chute drastique de l'activité économique et d'envolée de la dette publique, c'est donc la première fois que les députés ont débattu sur les deux  programmes qui seront ensuite transmis à la Commission européenne. 

Les évolutions de l'économie comme des finances publiques ont été complètement bouleversées par les mesures de crise. De sorte qu'en 2020, au lieu de l'excédent prévu de 800 millions d'euros, s'affiche sur les tableaux prévisionnels désormais un déficit de cinq milliards d'euros et, selon le Statec, une probable récession économique de six pourcents du PIB.


Lok , Coronavirus , Baustellene wieder offen , Post Gare Jallay/Luxemburger Wort
La dette publique pourrait atteindre 17 milliards
Plus de 10,4 milliards d'euros ont été investis par l'Etat pour faire face aux conséquences économiques de la pandémie de covid-19. Un engagement qui aura des conséquences sur les finances de l'Etat avance Pierre Gramegna (DP).

Le ministre des Finances, Pierre Gramegna (DP), a rappelé que pour faire face aux conséquences économiques de la pandémie et protéger la population du covid-19, l'Etat avait déjà investi 0,4 milliard d'euros en un temps record. La Commission européenne avait réagi rapidement et suspendu les critères de Maastricht pour 2020, autorisant du coup, les pays à s'endetter davantage. Ce que le Luxembourg n'a pas manqué de faire.

Pierre Gramegna a souligné combien les chiffres devaient être pris avec des pincettes, en particulier la perspective du Statec d'une croissance économique de 7 % pour 2021 : «Ce serait bien, car nous avons eu une croissance de 3 à 3,5 % ces dernières années, ce qui se traduirait par une croissance nulle sur les deux années 2020 et 2021», résume-t-il, avant de glisser: «Mais personne ne le sait». 

Il ne faut pas laisser la pauvreté et les inégalités s'aggraver davantage

François Benoy, député Déi Gréng

Alors que le ministre des Finances laisse entendre que le pays dispose des ressources pour réagir face à la lourde crise provoquée par le virus, Gilles Roth, député du principal parti d'opposition (CSV), rappelle qu'en 2008, «nous avons connu une crise avec un effondrement économique de 6 %, qui a touché la place financière et dont nous nous sommes financièrement bien sortis».

Et au député d'interroger le ministre sur le niveau de résistance des finances publiques à l'épreuve de la crise et de s'inquiéter de l'état du système de sécurité sociale dont le solde créditeur est passé de 1,1 milliard d'euros à 282 millions. Au Premier ministre, le porte-parole du CSV réclame maintenant «une feuille de route pour la reprise économique».


L'activité a chuté de 25% au pic de la crise
Même si l'économie a connu un coup de frein impressionnant, pendant de longues semaines, le Statec révèle que le Luxembourg s'en sort certainement mieux que les pays voisins. Le poids du secteur financier jouant en sa faveur.

Alors que le député Roy Reding (ADR) juge que la dette doit être réduite sans quoi elle devra être remboursée par les générations futures, Marc Baum (déi Lénk) est d'avis que cette crise «offre des opportunités. Il ne faut pas laisser la pauvreté et les inégalités s'aggraver davantage» mais imposer davantage les mieux lotis et moins les bas et moyens revenus. 

François Benoy (Déi Gréng) voit venu le «temps de repenser les choses et de ne pas revenir à une économie d'hier, mais d'en créer une nouvelle pour l'avenir». Comme André Bauler (DP), il prône le maintien des investissements à un niveau élevé et écarte une politique d'austérité. Au contraire, le moment est venu de «renforcer la protection du climat et des investissements qui doivent être réalisés dans la mobilité, les projets environnementaux et les infrastructures numériques».

Trop peu de réponses aux recommandations de l'UE

Revenant sur le programme national de réforme (PNR) présenté par le ministre de l'Economie, Franz Fayot (LSAP), le député (CSV) Claude Wiseler lance: «Vingt pages de mesures contre le coronavirus mais rien sur l'avenir. Je m'attendais à des premières réflexions sur les cinq critiques de l'UE». Le PNR fait état des recommandations de la Commission européenne pour le développement des différents pays de l'UE et des réponses qu'ils comptent apporter. 

Franz Fayot admet que «nous avons manqué les objectifs pour la recherche privée et publique où les dépenses ne sont pas assez élevées, pour la réduction de la pauvreté et pour le climat où nous sommes à la traîne». Le ministre a énuméré cinq domaines dont il faudrait se préoccuper : le système de santé et de soins, la digitalisation, l'étude Rifkin afin d'atteindre la neutralité climatique, une chaîne d'approvisionnement qui mise davantage sur la production régionale et un marché intérieur fort. Mais le PNR ne pouvait malheureusement plus être adapté à la crise et aux réponses à y apporter.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'activité a chuté de 25% au pic de la crise
Même si l'économie a connu un coup de frein impressionnant, pendant de longues semaines, le Statec révèle que le Luxembourg s'en sort certainement mieux que les pays voisins. Le poids du secteur financier jouant en sa faveur.
Le chômage partiel, un outil de plus en plus utilisé
Depuis la mi-avril, le nombre des sociétés qui ont eu recours à ce dispositif est passé de près de 10.000 à environ 15.000. La réduction des activités, due à la crise du coronavirus, a eu pour effet le déblocage de fonds supplémentaires du gouvernement.
Baustelle Tram und geschlossene Geschäfter im Garer Viertel, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
La dette publique pourrait atteindre 17 milliards
Plus de 10,4 milliards d'euros ont été investis par l'Etat pour faire face aux conséquences économiques de la pandémie de covid-19. Un engagement qui aura des conséquences sur les finances de l'Etat avance Pierre Gramegna (DP).
Lok , Coronavirus , Baustellene wieder offen , Post Gare Jallay/Luxemburger Wort
Le coronavirus créera un déficit de «plusieurs milliards»
Mercredi prochain le gouvernement disposera du recul nécessaire pour annoncer de nouvelles mesures de déconfinement le 11 mai. Mais on «ne changera pas le calendrier scolaire», assure le Premier ministre qui a aussi parlé des effets de la crise sur le budget de l'Etat.
Premier Xavier Bettel: Die erste Etappe raus dem Stillstand beginnt am 20. April.
Le pays souscrit pour 2,5 milliards d'emprunt
Pour soutenir l'économie du pays à faire face aux répercussions du coronavirus, le Luxembourg a réussi à se voir prêter 2,5 milliards d'euros mais à taux négatif. Tout bénéfice donc pour la trésorerie de l'Etat.
Spuerkees,BCEE,Gare,Foto:Gerry Huberty
180.000 salariés en chômage partiel
Depuis mi-mars, le gouvernement a déjà débloqué 372 millions d'euros pour assurer 80% du salaire brut d'employés privés de travail en raison de la crise sanitaire. Aujourd'hui, 9.933 entreprises sont concernées.
Un «plan de stabilisation» conséquent en préparation
Alors que la Commission européenne a validé, mardi, un régime d'aide à destination des entreprises à hauteur de 300 millions d'euros, d'autres mesures seront annoncées d'ici la fin de semaine par le ministère de l'Economie. Pour un volume global bien supérieur à celui autorisé par Bruxelles.