Changer d'édition

Que de frustrations côté gardiens de prison
Luxembourg 3 min. 16.08.2019

Que de frustrations côté gardiens de prison

En janvier 2019, 287 surveillants étaient employés dans les centres de détention de Schraßig et de Givenich,  des centres qui comptaient en moyenne 658 détenus en 2018.

Que de frustrations côté gardiens de prison

En janvier 2019, 287 surveillants étaient employés dans les centres de détention de Schraßig et de Givenich, des centres qui comptaient en moyenne 658 détenus en 2018.
Photo:Gerry Huberty
Luxembourg 3 min. 16.08.2019

Que de frustrations côté gardiens de prison

Un peu plus d’an après les troubles qui ont touché les prisons luxembourgeoises, les tensions se sont apaisées. Seulement le personnel pénitentiaire, qui a beaucoup œuvré pour ce retour à la normale, attend toujours que les promesses qui lui avaient été faites à l’époque soient tenues.

 DH avec Steve Remesch – Téléphone autorisé dans les cellules et plus d'équipements sportifs dans les cours: voilà quelques-uns des engagements tenus après les mouvements de colère des deux prisons du pays, survenu en juillet 2018. Mais Michel Block, président de l'Association des agents pénitentiaires (AAP), affiche aujourd'hui sa colère. Car les promesses faites aux personnels pénitentiaires ne sont pas devenues réalités.

«Plusieurs d'entre nous sont maintenant convaincus qu’ils nous ont menti pour nous calmer», commente d'ailleurs le responsable. Et de revenir, par exemple, sur le matériel dernièrement alloué au Groupe d'intervention pénitentiaire (GRIP). Des vêtements de protection et de nouvelles armes de défense «non pénétrantes», comme des paintballs ou des sprays au poivre, ont effectivement été livrés, mais le syndicat s'interroge: «N’est-il pas normal que cette unité soit équipée en fonction de ses missions? On ne nous donne rien de plus que nous ne puissions avoir, seulement ce dont nous avons besoin.»


De nouvelles armes pour les gardiens de Schrassig
Plus de 100.000 euros ont été utilisés pour acheter de nouveaux équipements aux agents pénitenciers de la prison à l'est de Luxembourg. De nouveaux moyens disponibles dès la rentrée prochaine.

L’accord conclu pour le versement d’une prime de risque? «Promesse vide», rétorque le président de l'AAP. «Aucun gardien ne l’a reçue malgré un engagement ferme.»

D’autre part, le syndicat se plaint aussi que le groupe de travail qui devait plancher sur le fonctionnement de la force d’intervention, et se réunir régulièrement, n'en soit qu’au stade des bonnes intentions.

Courriers sans suite

L'AAP regrette encore que le plan de carrière des gardiens de prison n’ait pas suivi les mêmes revalorisations que dans la police ou dans l’armée. « Il y a deux ans, nous avons conclu avec le ministre Félix Braz (Déi Gréng) un accord prévoyant le reclassement des responsables de l'administration pénitentiaire mais nous attendons encore.» 

Les courriers adressés au ministre de la Justice et au ministre de l'Intérieur de l'époque, Dan Kersch (LSAP), n'ont pas été suivis d’effets.

Des recrutements urgents

L'horizon d'entrer dans une carrière peu reconnue financièrement vient aujourd'hui pénaliser le recrutement. «Qu'avons-nous à offrir aux demandeurs d'emploi lorsque nous assistons à des événements de recrutement aux côtés de la Police, de l'Armée ou d'autres administrations publiques? Pas grand-chose», indique le responsable syndical.

L'embauche des agents de prison devrait pourtant devenir une priorité puisque la nouvelle prison, à Sanem, doit être livrée en 2020. A l’horizon 2023, 300 nouveaux gardiens devront avoir été formés pour être mis en poste.

A l'horizon 2023, 300 gardiens devront être recrutés.
A l'horizon 2023, 300 gardiens devront être recrutés.
Photo: Gerry Huberty



Envoyer des innocents en prison peut coûter cher
Plus d'une centaine de personnes ont été placées en détention préventive avant d'être acquittées au cours des dix dernières années au Luxembourg. Face à ces cas, des indemnisations peuvent être demandées; et dépassent les millions d'euros de dépenses pour l'Etat.



Sur le même sujet

Retrouvé mort dans sa cellule à Givenich
Tôt ce mercredi matin, un détenu a été découvert sans vie dans sa cellule du Centre pénitentiaire de Givenich. C'est le deuxième détenu retrouvé mort dans le milieu carcéral luxembourgeois en dix mois.
Schrassig: les détenus lancent un SOS depuis leur cellule
Les prisonniers du centre pénitentiaire de Schrassig se sont mis en grève au moins quatre fois en quelques jours. Leurs revendications demeurent floues, tandis que l'administration pénitentiaire a entre-temps sanctionné les personnes impliquées.