Changer d'édition

Quatre mois de Wanteraktioun pour survivre au froid
Luxembourg 13 4 min. 29.11.2016 Cet article est archivé
Action hiver

Quatre mois de Wanteraktioun pour survivre au froid

Luxembourg 13 4 min. 29.11.2016 Cet article est archivé
Action hiver

Quatre mois de Wanteraktioun pour survivre au froid

Anne FOURNEY
Anne FOURNEY
La Wanteraktioun offre aux personnes à la rue un lit et un plat chaud durant les mois d'hiver. Elle commence jeudi 1er décembre et dure jusqu'au 31 mars. C'est une vaste organisation: explications.

(AF) - La Wanteraktioun, ou Action Hiver, est une vaste organisation. Elle offre aux personnes à la rue un lit et un plat chaud durant les mois d'hiver. Elle commence généralement le 1er décembre et dure jusqu'en mars. Mais ces dates peuvent être modifiées en fonction des conditions météorologiques.

La Wanteraktioun est une grosse machine financée par le ministère de la Famille. Une grosse machine car plusieurs structures travaillent ensemble. La Wanteraktioun dure quatre mois: elle débute ce jeudi 1er décembre et court jusqu'au 31 mars.

Le but de cette «Action hiver» est d'offrir un abri à tous ceux qui sont à la rue, sans conditions de droits… Les familles ne peuvent en bénéficier qu'en urgence avant d'être orientées vers d'autres services. Les animaux ne peuvent pas entrer. L'alcool est interdit.

L'hébergement d'urgence du Findel va donc rouvrir ses portes. Triste habitude, peut-on penser. Ses 150 lits vont accueillir ceux qui n'en peuvent plus de dormir dehors dans le froid et l'humidité. Le temps de quelques mois.

Foyer de jour

Pendant une partie de la journée, ils pourront fréquenter le foyer de jour, géré par la Croix Rouge, au Dernier Sol à Bonnevoie. Il est ouvert de midi à 17 heures. Le midi, ils pourront manger un repas chaud jusqu'à 14h30, ou manger une soupe pendant toute la durée de l'ouverture. Les repas sont variés: chaque jour une viande ou un poisson est servi accompagné de légumes, d'un fruit ou d'un yaourt et d'un café. Un plat végétarien est proposé en alternative.

C'est là qu'ils devront aussi s'inscrire pour le repas du midi et pour dormir le soir au Findel. Afin que le foyer de nuit puisse s'organiser.

Les clients sont accueillis par des streetworkers (travailleurs sociaux qui interviennent dans la rue auprès des sans-abri) de l'asbl Inter-Actions, qui s'occupe de la coordination sur le terrain. Les clients peuvent aussi s'entretenir avec l'une des assistantes sociales qui les accueillent: Manou Flammang, Sandy Neu, Sophie Pettinger ou Mara Huberty, pour toute question concernant une démarche administrative ou autre.

Le foyer de jour dispose d'une partie repas et d'autres espaces où l'on peut se détendre, boire un café, regarder un film, jouer à des jeux de société, discuter, lire…

Ici, une soixantaine de bénévoles s'organisent avec la Croix-Rouge pour aider. «L'engagement est indispensable» lorsqu'un bénévole décide d'aider dans l'une ou l'autre structure, souligne Patrick Salvi, directeur adjoint Solidarité nationale à la Croix-Rouge luxembourgeoise. Les bénévoles aident beaucoup sur le plan logistique (vaisselle, organisation...), guident les bénéficiaires dans le foyer pour répondre à leurs besoins et leur expliquer où ils doivent ranger leur plateau, ils discutent avec eux aussi.

La navette pour aller au Findel

La plupart des bénéficiaires de la Wanteraktioun arrivent au centre d'hébergement du Findel en navette, depuis le centre-ville. Elle part du boulevard Roosevelt à 18h55 (quai 2) et de l'arrêt Gare centrale (quai 21) à 19h05. Le foyer de nuit, géré par Caritas Accueil et Solidarité, ouvre à 19 heures et ferme à 23 heures. A leur arrivée, les usagers sont accueillis par des bénévoles qui vérifient leurs listes d'inscrits, ajoutent éventuellement les noms des retardataires.

Une collation leur est servie dans le réfectoire. L'un des bénévoles leur remet une serviette de toilette puis les guide vers le lit qu'ils occuperont ce soir-là. Car ce n'est jamais le même. Le foyer du Findel est un hébergement d'urgence. On n'y prend pas ses habitudes. On y dort avec une centaine de voisins, dans la même pièce, sur des lits à étage. Confortable et spartiate. Des douches sont à disposition. Les hommes sont à l'étage, les femmes au rez-de-chaussée. Vers 23 heures, on éteint les lumières. Deux agents de sécurité veillent toute la nuit.

Le matin, le réfectoire ouvre à 7 heures et il faut quitter les lieux pour 9 heures, heure à laquelle la navette transportera à nouveau les sans-abri vers le centre-ville.

Les draps et les serviettes de toilette sont bien sûr lavés chaque jour, les lieux sont aussi nettoyés. Une organisation assez vaste si l'on considère qu'une centaine de personnes sont hébergées ici chaque nuit. 85 bénévoles travaillent au Findel en tout, avec une organisation en roulements (shifts).

Visites médicales

Un dispensaire médical est mis en place au foyer de jour de Bonnevoie, les mardis et vendredis de 13 à 15 heures. Le mardi, un médecin bénévole est présent aussi. Si la plupart des personnes qui fréquentent le foyer souffrent d'affections assez bénignes (des refroidissements surtout), d'autres peuvent avoir un mal plus sérieux.

Un diabète a pu être diagnostiqué l'an passé. Et 15 troubles psychiatriques… En cas de troubles graves mettant en danger le malade ou son entourage, c'est direction hôpital. Sinon, un suivi est entamé par des professionnels.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La pandémie menace particulièrement les plus mal lotis. Alors que les restaurants sociaux de la Stëmm distribuent 400 repas par jour, le ministère de la Famille tente de protéger les plus démunis en un seul lieu, au Findel. Un défi loin d'être gagné.
L'hiver approche et dans moins d'un mois, débute l'«Action Hiver» au Luxembourg. Afin d'accueillir les sans-abri, leur servir un bon repas ou d'organiser des activités, la Croix-Rouge luxembourgeoise cherche des bénévoles. Essentiellement des personnes disponibles à l'heure du déjeuner en semaine.
Les responsables de la «Wanteraktioun» recherchent des personnes matures et sensibilisées à la problématique du sans-abrisme et de l’exclusion.
La Wanteraktioun débute le 1er décembre
Lors de l'arrivée de réfugiés en plus grand nombre au Luxembourg, de nombreuses réactions sont apparues sur les réseaux sociaux, faisant la même remarque: on installe des abris pour les réfugiés, mais que fait-on pour les sans-abris?
Le froid et l'humidité sont les pires ennemis des sans-abris.