Changer d'édition

Quasi deux fois moins de demandes de protection temporaire
Luxembourg 2 min. 12.08.2022
Réfugiés ukrainiens au Luxembourg

Quasi deux fois moins de demandes de protection temporaire

Depuis le début du conflit, le Luxembourg s'affaire à loger ces milliers de réfugiés dans des structures d'accueil.
Réfugiés ukrainiens au Luxembourg

Quasi deux fois moins de demandes de protection temporaire

Depuis le début du conflit, le Luxembourg s'affaire à loger ces milliers de réfugiés dans des structures d'accueil.
Photo: AFP
Luxembourg 2 min. 12.08.2022
Réfugiés ukrainiens au Luxembourg

Quasi deux fois moins de demandes de protection temporaire

Simon MARTIN
Simon MARTIN
194 réfugiés ont introduit une telle demande durant le mois de juillet 2022. Le mois précédent, ils étaient 370.

Alors que le conflit en Ukraine s'enlise, le Luxembourg s'affaire depuis plusieurs mois à loger ces milliers de réfugiés dans des structures d'accueil, ce qui est loin d'être une mince affaire. Et pour cause, les structures d'accueil manquent de places. Aux dernières nouvelles, celle-ci étaient occupées à environ 96% avec 3.832 personnes. 82 nationalités différentes vivent actuellement dans ces structures, dont 1.237 Ukrainiens. 


Anton ist eigentlich Leiter einer Autowerkstatt in der Ukraine. Seit fünf Monaten macht er beruflich „das hier“.
Au départ de Luxembourg, une 10e ambulance se rend à Nikopol
L'association LUkraine achète des ambulances d'occasion, les restaure et les équipe avant de les envoyer dans les zones de guerre. Retour sur le suivi des opérations lors du dixième départ.

Ces derniers continuent d'introduire des demandes de protection temporaire, ce qui leur permet de ne pas devoir passer par toutes les étapes de la procédure d'asile habituelle. 

194 demandes de réfugiés ukrainiens

Ce statut leur permet entre autres d'obtenir un permis de travail au Luxembourg. Ce régime s'applique à toutes les personnes qui vivaient en Ukraine au moment où le conflit a éclaté, y compris les non-Ukrainiens. Si depuis le début de la guerre, la direction de l'Immigration a eu fort à faire. Cela dit, la situation se calme peu à peu. Et pour cause, il y a eu quasi deux fois moins de demandes de protection temporaire.


Maison à démolir accueillera des réfugiés ukrainiens. Une initiative de l'association LUkraine.
Bascharage, Luxembourg/17.07.22/Photo:Sibila Lind
Avant d'être démolie, cette maison accueillera des réfugiés ukrainiens
Cinq réfugiées ukrainiennes qui se trouvaient dans des familles d'accueil ou des structures publiques habitent désormais dans une maison. Pour au moins un an.

Concrètement, un total de 226 demandes a été introduit durant le mois de juillet. Parmi celles-ci, 194 concernent des réfugiés ukrainiens (contre 370 le mois précédent), 5 autres concernent des Nigérians, les 27 autres nationalités ne sont pas précisées. 198 d'entre elles ont été acceptées pour ce même mois. Au total, pas moins de 4.293 Ukrainiens ont réclamé une telle demande depuis le début du conflit, ce qui représente 94,1% de l'ensemble des procédures lancées. 

Mais les Ukrainiens désireux de trouver un emploi au Grand-Duché semblent cependant se confronter à plusieurs difficultés. En effet, si un réfugié ukrainien sur cinq est inscrit à l'Adem, seulement 7% sont parvenus à trouver un emploi.    

En ce qui concerne les demandes de protection internationale, celles-ci semblent revenir à leur niveau d'avant la pandémie. Rappelons que ce statut octroie à son bénéficiaire un titre de séjour d'une validité de 5 ans. 177 demandes ont été faites en juillet 2022 (contre 103 pour le même mois en 2021 et 94 en 2020). 55 demandes concernent des Syriens, 31 demandes émanent d'Érythréens tandis que 17 concernent des Afghans. En moyenne, la moitié des demandes sont acceptées. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Alors que la crise migratoire liée à l'accueil des réfugiés ukrainiens semble avoir atteint son pic, le Luxembourg va percevoir une aide financière de l'Europe dans le cadre de l'aide humanitaire
En janvier dernier, 134 demandes de protection internationale ont été introduites. Le mois dernier, en février, ce chiffre est même grimpé à 147.
Il manque 60.000 euros au total pour combler le trou budgétaire de cette année. Le ministère de la Justice et le ministère des Affaires étrangères prennent clairement position : il n'y aura pas de soutien de la part de l'Etat.