Changer d'édition

Quasi-consensus autour de l'Office national d'accueil
Luxembourg 2 min. 16.10.2019

Quasi-consensus autour de l'Office national d'accueil

L'OLAI est appelé à disparaître, au profit du tout nouvel Office national de l'accueil.

Quasi-consensus autour de l'Office national d'accueil

L'OLAI est appelé à disparaître, au profit du tout nouvel Office national de l'accueil.
Photo : Charles Caratini
Luxembourg 2 min. 16.10.2019

Quasi-consensus autour de l'Office national d'accueil

Après 8 mois de débats, le projet de loi donnant naissance à la nouvelle administration en charge de l'accueil des demandeurs d'asile sera soumis au vote à la Chambre la semaine prochaine. Seul l'ADR devrait s'y opposer.

10 mois après l'adoption du projet de loi en Conseil de gouvernement, l'Office national d'accueil (ONA) deviendra réalité ces prochaines semaines. Les membres de la commission de la Famille et de l'Intégration ont inscrit le sujet à l'ordre du jour de la Chambre, avant la fin du mois d'octobre. Une procédure extrêmement rapide qui souligne l'importance du sujet, comme l'ont confirmé au Luxemburger Wort plusieurs députés à leur sortie de la commission.

Appelé à remplacer l'Office luxembourgeois de l'accueil et de l'intégration (OLAI), l'ONA rebat les cartes de la politique de l'asile et de l'intégration au Grand-Duché. D'un côté, les compétences d'accueil et d'hébergement des demandeurs de protection internationale (DPI) passeront sous le pavillon du ministère des Affaires étrangères et européennes. De l'autre, l'intégration des DPI ayant obtenu le statut de réfugiés restera la compétence du ministère chargé de l'Intégration, ex-tutelle de OLAI.  

Le ministère de Jean Asselborn (LSAP) gérera bientôt seul le dossier de l'accueil et de l'hébergement des demandeurs de protection internationale dans le pays.
Le ministère de Jean Asselborn (LSAP) gérera bientôt seul le dossier de l'accueil et de l'hébergement des demandeurs de protection internationale dans le pays.
Photo: Guy Wolff

Une réorganisation administrative qui permettra aux DPI d'avoir un interlocuteur unique tout au long de la procédure. Cette centralisation mènera à «une plus grande autonomisation des réfugiés» et augmentera «la capacité et la qualité du réseau d'hébergement» , précise le texte de loi. 

Côté politique, tous les partis se sont rassemblés autour du projet de l'ONA, à l'exception notable de l'ADR. Misant sur les «synergies» que créera la nouvelle entité, le président de la commission de la Famille et de l'Intégration, Max Hahn (DP), y voit avant tout un espoir de respecter à nouveau les «délais de traitement» des demandes d'asile. 


Les réfugiés de la Méditerranée sur le sol luxembourgeois
En l'absence d'entente à l'échelle européenne, le Luxembourg fait partie de la poignée de pays qui participent régulièrement à la répartition des migrants arrivés sur les côtes méditerranéennes. Jean Asselborn révèle combien sont effectivement arrivés.

Si, en théorie, les DPI doivent obtenir une réponse en moins de 6 mois, ils attendent en réalité jusqu'à «21 mois» , selon le député libéral. Une attente qui complique l'intégration des demandeurs d'asile, condamnés à l'incertitude.

Pour Paul Galles (CSV), la création de l'ONA ne peut pas pour autant faire oublier les autres chantiers de l'accueil des réfugiés dans le pays. Le député de citer «l'accès au logement» des personnes ayant obtenu le statut de protection et «l'accompagnement des DPI ayant peu de chances» d'obtenir le statut de réfugié. Insistant sur l'humanité avec laquelle il faut «bien encadrer» ces derniers. 

10.385 demandeurs

Charles Margue (Déi Gréng) voit en ce quasi-consensus politique le signe de l'évolution «énorme» de la société luxembourgeoise sur le sujet de la prise en charge des réfugiés. «La raison a pris le dessus», se félicite-t-il. Si le vote du projet de loi la semaine prochaine semble acquis, reste à savoir comment les élus de l'ADR se comporteront. En effet, ils ont voté contre le projet en commission, sans pour autant avancer d'arguments. 

Au 31 août 2019, 1.378 DPI avaient été enregistrées au Grand-Duché, et 462 personnes avaient obtenu le statut de réfugié. Depuis 2015, ce sont ainsi 10.385 DPI qui ont été déposées, et 3.567 statuts de réfugié qui ont été accordés. Soit un peu plus d'un tiers des cas.



Sur le même sujet

«Le Luxembourg nous a offert une nouvelle vie»
Quatre ans et demi après leur arrivée au Grand-Duché, Bilal et Mamo coulent des jours heureux avec leur famille, à Schuttrange. Fuyant la Syrie en guerre, à l'image de milliers d'autres réfugiés, ils ont pris un nouveau départ et ne regrettent rien.
Flüchtlinge in Luxemburg: was ist aus ihnen geworden, drei Jahre später?, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Le Luxembourg accueille des réfugiés du «Eleonore»
Pour les 102 réfugiés à bord de ce navire de sauvetage allemand, l'incertitude prendra bientôt fin. Plusieurs pays, dont le Grand-Duché, ont accepté de les recueillir, après plusieurs jours de perdition en pleine mer.
ARCHIV - 27.08.2019, ---: Das Rettungsschiff «Eleonore» fährt mit rund 100 Migranten an Bord auf dem Mittelmeer. Die «Eleonore» hat die Migranten am 26.08.2019 vor der libyschen Küste aufgenommen. (Luftaufnahme mit einer Drohne, zu dpa « Seehofer hofft auf Kompromiss zur Rettung von Bootsflüchtlingen») Foto: Johannes Filous/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Quand le Luxembourg se mue en port humanitaire
Alors que le navire Open Arms ne trouve pas d'endroit où débarquer les migrants sauvés en Méditerranée, Jean Asselborn plaide pour une solidarité européenne même basée sur des quotas. Le Luxembourg a, lui, déjà accueilli 56 passagers ces douze derniers mois.
Le Luxembourg accueillera des migrants du Gregoretti
Le Grand-Duché et quatre Etats membres de l'Union européenne ont accepté, ce mercredi, de prendre en charge des naufragés partis de Libye sauvés en mer mais qui étaient retenus sur un navire des garde-côtes italiens.
Rescued migrants sit on the coast of Khoms, some 100 kilometres (60 miles) from Tripoli, on July 26, 2019. - More than 100 migrants were missing after their boat sank off the coast of Libya in what might be the worst tragedy in the Mediterranean this year, aid agencies said. About 145 migrants were rescued by the Libyan coastguard, and survivors had reported that about 150 people remained missing. (Photo by - / AFP)