Changer d'édition

Quand les dépôts sauvages refleurissent
Luxembourg 3 min. 09.04.2020 Cet article est archivé

Quand les dépôts sauvages refleurissent

Le 29 mars dernier avait été découvert un dépôt sauvage d'immondices dans les bois entre Bettembourg et Abweiler

Quand les dépôts sauvages refleurissent

Le 29 mars dernier avait été découvert un dépôt sauvage d'immondices dans les bois entre Bettembourg et Abweiler
Photo: Administration de la Nature et des Forêts
Luxembourg 3 min. 09.04.2020 Cet article est archivé

Quand les dépôts sauvages refleurissent

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Conséquence sans doute directe de la fermeture des centres de recyclage, trois décharges illégales ont été mises au jour au Luxembourg. Entre Bettembourg et Abweiler, comme à Howald et à Sanem, elles sont le fait de particuliers isolés.

Depuis l'entrée en vigueur de l'état de crise le 18 mars, la circulaire 3.801 adressée aux administrations communales et aux syndicats de communes précise que «les centres de recyclage doivent être fermés». Et ceci dans un souci d'«éviter le plus que possible les contacts entre personnes.» A charge pour la population de mieux gérer et surtout de veiller à limiter au maximum sa production de déchets.

Mais si la grande majorité des citoyens fait preuve de civisme et tente de s'adapter tant bien que mal aux circonstances exceptionnelles, certains n'hésitent pas à enfreindre la loi. «L'unité Contrôle et Inspections de l'administration de l'Environnement a été sollicitée à trois reprises pour des dépôts sauvages. Cela en trois semaines», explique Stéphanie Goergen, attachée à l'administration. Cela sans même parler de ces masques ou gants usagés qui, hélas, commencent à fleurir, abandonnés sur les trottoirs ou en pleine nature.

«Outre la découverte effectuée fin mars dans un bois situé entre Bettembourg et Abweiler, nous sommes tombés sur deux autres décharges sauvages, l'une à Howald, l'autre à Sanem», poursuit la fonctionnaire. Elle ajoute que l'abandon de ces détritus sont le fait «de personnes individuelles désireuses de se débarrasser d'objets encombrants, et non pas de groupes d'individus.»

Des auteurs qui sont toujours d'ailleurs activement recherchés. Mais pour Stéphanie Goergen, «il n'y a pas là de quoi relever une présence accrue de dépôts illégaux» par rapport à la normale.

Gare à la sanction

Forcée elle aussi de s'adapter à la situation de crise du covid-19, l'administration de l'Environnement ne peut que rappeler aux gens d'«éviter autant que faire se peut des activités telles que le vide-grenier ou la production de déchets de verdure en cette période». Il est en effet bien évident que, vu les conditions actuelles, «les déchets qui en résulteraient sont à garder chez soi» jusqu'à la fin de la crise et la levée des mesures de confinement.

Si le ministère de l'Environnement avoue n'avoir encore «reçu aucune question» sur le sujet de la part des citoyens, Stéphanie Goergen rappelle que «l'abandon, le rejet ou la gestion incontrôlée des déchets sont interdits et passibles de sanctions pénales.» Selon la loi sur la protection de l'environnement de 2018, le ou les auteurs encourent une peine d'emprisonnement allant de huit jours à six mois ou, de manière plus réaliste, une amende pouvant aller jusqu'à 1.000 euros.


wilde Müllhalden im Grenzgebiet - Rédange (F) - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Encore un dépôt d'ordures sauvage juste à la frontière
A Rédange, près de 200 tonnes de déchets ont été illégalement déposées. Une société de transport luxembourgeoise est impliquée.

Enfin, l'administration de l'Environnement ajoute que «ceci vaut également pour le "littering", c'est-à-dire le dépôt de déchets à côté ou dans les alentours des conteneurs de collecte publics», dont le volume annuel est estimé à 1,6 kg par résident.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La poubelle grise reste encore trop remplie
Près de 30 kg de déchets en moins par habitant et par an au Luxembourg. La nouvelle analyse menée par l'administration de l'Environnement montre l'effort de tri réalisé endéans cinq ans mais pointe l'émergence de déchets problématiques dans la poubelle grise, comme les médicaments.
Recycleur en Belgique, pollueur en Lorraine
Après la découverte de plusieurs dépôts sauvages d'ordures en zone frontalière française, les autorités belges viennent de prendre des sanctions à l'encontre d'une entreprise flamande, Snoeys.
wilde Müllhalden im Grenzgebiet - Rédange (F) - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Les ordures ménagères passées au crible
Qu'est-ce qui finit dans vos poubelles grises? Alors que le ministère de l'Environnement présente ce lundi sa stratégie «zéro déchet», petit tour dans la «SuperDrecksKëscht» où 30 tonnes de déchets ont été analysées à la loupe pour une étude.