Changer d'édition

Quand le virus redessine les plans des architectes
Luxembourg 4 min. 08.03.2021 Cet article est archivé

Quand le virus redessine les plans des architectes

Pour Floriane Place, «le confinement imposé ou volontaire a sans doute montré combien l'isolement était une charge. Donc les nouveaux espaces d'habitat doivent pouvoir offrir des lieux de rencontres, de partage».

Quand le virus redessine les plans des architectes

Pour Floriane Place, «le confinement imposé ou volontaire a sans doute montré combien l'isolement était une charge. Donc les nouveaux espaces d'habitat doivent pouvoir offrir des lieux de rencontres, de partage».
Photo : Anouk Antony
Luxembourg 4 min. 08.03.2021 Cet article est archivé

Quand le virus redessine les plans des architectes

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Immobel présente deux nouveaux projets de construction ce lundi. Mais à bien regarder les lignes de ces opérations, force est de constater que de nouvelles exigences ont guidé la main des concepteurs.

Ces derniers temps, la flambée des prix du m2 a poussé les promoteurs à proposer des logements plus petits. Mais au terme d'une année qui aura vu se confondre lieu de vie et cadre de travail, la tendance devra certainement être repensée. «Dans de trop petits espaces, on peut vite étouffer. Plein de gens en ont fait la désagréable expérience ces derniers mois», souffle Floriane Place, développeure projet au sein d'Immobel. Ainsi, les besoins de superficie mais aussi de nature et de contacts sont-ils remontés au cœur des préoccupations des futurs acheteurs.


La construction, cet autre pilier du Luxembourg
Si le secteur emploie près de 48.000 salariés, représente un poids direct de 3,5 milliards d'euros et pèse 6% du PIB, il reste méconnu. Pourtant, en 2020, en pleine pandémie, ses entreprises ont créé 1.700 emplois, indique la Fondation Idea.

Car cette crise, et le confinement qu'elle a entraîné, a démontré combien le seul aspect cocooning d'un appartement ne suffisait plus. «Le télétravail, qui va encore plus se développer à l'avenir, doit amener les architectes à repenser les habitations non pas seulement comme un lieu pour dormir, manger mais aussi un endroit où je peux me consacrer à mon activité professionnelle. Cela veut dire trouver chez moi un cadre suffisamment isolé pour me concentrer sur mes missions», ajoute Aurélie Frédureau, autre développeure projet. L'usage du domicile changeant, les architectes doivent donc penser différemment.

Encourager le partage, la rencontre

A défaut de pouvoir pousser les murs, et proposer des appartements véritablement plus étendus, Immobel a choisi de développer des espaces annexes. «Une pièce en plus en dehors de chez soi», comme le note Floriane Place en présentant la salle polyvalente qui vient s'ajouter à deux futures réalisations, River Place à Dommeldange et Canal 44 à Esch-sur-Alzette. «C'est un véritable prolongement du logement, dont l'usage peut être collectif (pour rassembler les gens de la copropriété autour d'actions partagées, organiser des cours ou des interventions) ou plus personnel (recevoir plus d'amis pour un grand dîner, organiser une rencontre familiale, etc).»

La crise a contraint chacun de se focaliser d'abord sur lui, et se replier chez soi. Pour les acteurs de l'immobilier, la suite sera «un grand besoin de la communauté, au sens américain du terme presque. Ses voisins, ses amis, ses quartiers, ses connaissances de club, etc». D'individualiste, la propriété prendrait ainsi plus un caractère de partage dans les temps à venir. «Donc les constructions ne doivent pas être seulement des lieux de repli, d'abri de confort mais aussi des points facilitant, encourageant la rencontre», poursuit Aurélie Frédureau.

A Esch, le projet Canal 44 conserve l'ancienne façade d'Editpress et misera sur un vaste jardin entre les résidences.
A Esch, le projet Canal 44 conserve l'ancienne façade d'Editpress et misera sur un vaste jardin entre les résidences.
Illustration Immobel

Une rencontre poussée désormais jusqu'à proposer de plus en plus d'appartements en coliving. Autrement dit des logements avec de petits espaces privés et plus d'espaces partagés. Un choix qui s'adapte autant à la réalité du marché immobilier (des prix trop élevés pour être assumés en solo) mais aussi à un changement de mentalité. «Les gens devenant plus sensibles à l'usage des lieux et l'esprit de l'endroit où ils vivent qu'à la seule notion de propriété individuelle du bien». 

Ainsi dans le projet River Place, livré en 2024, les logements dits classiques ne seraient qu'une vingtaine au sein des quatre immeubles. Une voie également suivie sur le projet Kiem 2050 porté par le Fonds Kirchberg.

Il a aussi fallu injecter plus de «vert» dans les projets à venir. Une écologie de la construction qui passe par le cradle to cradle (écoconception intégrant plus de ''recyclage'' par exemple). «Un concept que l'on suit dans Canal 44 qui a choisi de conserver -plutôt que de détruire et rebâtir- toute la façade de l'ancien siège d'Editpress.» 


2019 wurde das Einkaufszentrum Cloche d'Or im Ban de Gasperich  eröffnet.
La ville de demain passera par la planification durable
Le prestataire de services immobiliers Nhood ambitionne contribuer au développement de quartiers urbains durables. Son idée, concevoir un environnement bâti qui se développe en fonction de l'habitat naturel environnant, en se concentrant sur les impacts écologiques, climatiques et sociaux.

Une ligne verte qui, à l'achèvement des chantiers, veut proposer un cadre plus végétalisé aux occupants des résidences, y compris en plein milieu urbain. «On a vu l'importance pour le mental d'avoir cette possibilité de respirer, même juste en dehors de chez soi, de pouvoir suivre les saisons même si les circonstances poussaient à rester cloîtré».

Dans le programme River Place, rue Nenning en bord d'Alzette, le promoteur a donc multiplié les toitures végétalisées mais aussi les jardins suspendus. A Esch, au pied des 73 futurs logements, un jardin desservira les quatre résidences. «Il y a encore quelques mois, c'est sans doute un parking qui aurait été conçu à la place.» Comme quoi le covid n'a pas eu que des effets négatifs. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

2020 aura aussi été une sale année pour la mise à disposition de logements accessibles par les deux promoteurs publics. Mais les projets immobiliers et les réserves foncières à disposition permettent de voir grand pour l'avenir.
L'Eglise annonce mardi la cession de l'immeuble de bureaux construit à Howald au fonds d'investissement «Sarasin sustainable properties – European cities». Le site doit héberger dans les prochains mois les rédactions du premier quotidien du pays.
Quelques mois après avoir validé la construction du lotissement «Guddebierg», le conseil communal a donné, lundi, son feu vert à la réalisation d'un nouveau lotissement dans le sud-ouest de la capitale. 84 unités d'habitation doivent sortir de terre.
Urbanisteschen Projet bei Zéisseng - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort