Changer d'édition

Quand l'homophobie s'invite dans des manuels scolaires

Quand l'homophobie s'invite dans des manuels scolaires

Photo: Guy Jallay
Luxembourg 06.06.2019

Quand l'homophobie s'invite dans des manuels scolaires

«Xavier et Etienne veulent peindre leur chambre en rose». Cet exercice du livre de mathématiques «Clic & Maths 3e» aurait pu passer inaperçu dans un autre pays que le Luxembourg... Mais est accusé d'homophobie par plusieurs ministres du pays.

Les ministres disposent habituellement d'un mois pour répondre aux questions parlementaires des députés. Sur ce coup-ci, il n'aura fallu que 24 heures à Claude Meisch, ministre de l'Education nationale pour réagir, et ce en réponse à une question de Luxemburger Wort jeudi. En cause: des représentations homophobes dans des manuels scolaires officiels.

Tout commence dans le livre de mathématiques (Clic & Maths 3e), avec un exercice intitulé «La chambre rose». Deux garçons, Xavier et Etienne, veulent ainsi peindre leur chambre en rose: l'un un peu plus foncé, l'autre un peu plus clair. La tâche consiste à déterminer combien de pièces blanches et rouges doivent être mélangées afin d'obtenir la teinte souhaitée.

Le député LSAP, Franz Fayot, a demandé au ministre de l'Education, Claude Meisch, pourquoi un tel contenu homophobe fait figure dans un manuel scolaire officiel. Surtout que les deux garçons désignés font évidemment référence au Premier ministre, Xavier Bettel et au vice-premier ministre, Etienne Schneider.

A la demande du Luxemburger Wort, le ministre de l'Education a déclaré jeudi qu'en 2011/12 un groupe de travail de quatre professeurs de mathématiques était impliqué dans la révision des livres de mathématiques et qu'une première nouvelle version a été imprimée à l'époque et était «complètement en ordre».

Mais une deuxième version a été publiée en 2015, «dans laquelle deux noms de jeune fille ont étrangement été remplacés par Xavier et Etienne». Pour Claude Meisch, il est clair que c'est une mauvaise plaisanterie, et «que l'accusation d'homophobie est absolument justifiée».

L'affaire est maintenant prescrite. Le ministre le regrette. Selon lui, des procédures disciplinaires auraient dû être engagées contre les enseignants concernés. Trois d'entre eux sont maintenant à la retraite; seul l'un d'entre eux est toujours actif en tant qu'enseignant.

Le livre, qui a été publié pour la première fois dans cette version en 2015, est maintenant retiré de la circulation et révisé à nouveau.

Par Michèle Gantenbein, traduction Sophie Wiessler

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.