Changer d'édition

Promotion de la langue: Faire du luxembourgeois une langue internationale
Luxembourg 4 min. 09.03.2017 Cet article est archivé

Promotion de la langue: Faire du luxembourgeois une langue internationale

Une journée nationale de la langue et la culture luxembourgeoise sera instituée.

Promotion de la langue: Faire du luxembourgeois une langue internationale

Une journée nationale de la langue et la culture luxembourgeoise sera instituée.
Gerry Huberty
Luxembourg 4 min. 09.03.2017 Cet article est archivé

Promotion de la langue: Faire du luxembourgeois une langue internationale

Anne FOURNEY
Anne FOURNEY
Le gouvernement veut que le luxembourgeois ait sa place comme tout autre langue, que ce soit dans son propre pays ou aux niveaux européen et international. Ce sera l'affaire de spécialistes de mettre de nombreux projets en place. C'est aussi la culture luxembourgeoise qui va ainsi s'épanouir.

Par Anne Fourney

La langue luxembourgeoise va s'affirmer dans les prochaines années. Le ministre de l'Education nationale Claude Meisch a présenté jeudi le plan d'action du gouvernement pour la promotion de la langue luxembourgeoise.

Le ministre a souligné l'importance du luxembourgeois dans la culture et l'identité du Grand-Duché, «pour que la langue luxembourgeoise évolue en harmonie avec le développement de la société». Dans un pays multilingue et multiculturel comme le Luxembourg, la langue luxembourgeoise est un moyen de communication mais aussi d'intégration dans la société.

Un commissaire pour coordonner les projets

Ce plan s'étend sur 20 ans (c'est une première phase) et engage tous les ministères et services publics à participer. Afin de coordonner les différentes actions qui seront mises en place et de conseiller les ministères de l'Education et de la Culture, un commissaire pour la langue luxembourgeoise sera nommé. Il sera accompagné dans sa tâche par un comité interministériel.

«Zentrum fir d'Lëtzebuergescht»

Un centre pour la langue luxembourgeoise sera créé: Zentrum fir d'Lëtzebuergescht. Sa principale mission sera d'étudier la situation de la langue luxembourgeoise dans le pays, d'en faire la promotion aussi bien au Grand-Duché qu'au niveau européen. Ce centre travaillera en étroite collaboration avec les instances de la culture et de l'Education (CNL, CNA, Uni Lëtzebuerg…). Ses membres devront être des experts de la langue luxembourgeoise issus de différents métiers (linguistique, histoire de la langue, éducation, culture…).

La place Guillaume II.
La place Guillaume II.
Gerry Huberty

Le souhait du gouvernement va encore plus loin: il souhaite faire reconnaître la langue luxembourgeoise parmi les langues européennes, et comme suite logique de la présidence luxembourgeoise au Conseil de l'Europe, permettre aux citoyens luxembourgeois de s'exprimer dans leur langue au sein des administrations européennes.

Reconstituer son histoire

La langue luxembourgeoise aura davantage de place dans le domaine culturel en général. Des expositions seront organisées pour présenter son histoire via des documents d'archive. Si la langue administrative reste le français, elle ne sera plus exclusive: les sites internet des ministères et autres services d'Etat seront aussi en luxembourgeois.

Faire évoluer la langue

Langue orale à l'origine, le luxembourgeois devra naturellement évoluer. Le site du Lëtzebuerger Online Dictionnaire (LOD), mis en ligne par le ministère de la Culture en 2004, sera totalement repensé d'ici à 2018. La grammaire comme l'orthographe nécessitent elles aussi des mises à jour et encore plus clairement définies via un travail commun du futur commissaire à la langue luxembourgeoise et du Conseil permanent de la culture luxembourgeoise. D'autre part, des recherches scientifiques seront menées sur la situation des langues au Grand-Duché, sur la littérature luxembourgeoise.

Afin de ne laisser personne dans l'embarras, surtout au vu de toutes les nouveautés qui encadrent le développement de la langue luxembourgeoise, la création d'une helpline est prévue, ainsi qu'une plate-forme web.

Enseignement… et SMS

L'enseignement de la langue sera renforcé dans les écoles dès le plus jeune âge, y compris dans les crèches, alors que c'est aujourd'hui rarement le cas. Quant aux écoles et lycées internationaux, des cours de luxembourgeois y deviendront obligatoires. Au lycée, les jeunes pourront choisir de suivre des cours d'orthographie luxembourgeoise, ou de culture et littérature luxembourgeoises. Davantage d'enseignants devront donc être formés.

Le luxembourgeois pourra être enseigné dans les universités étrangères, comme c'est le cas déjà à Metz. Afin de toucher davantage les jeunes, il sera même possible d'écrire ses SMS en luxembourgeois!

Obligatoire dans le social et la santé

Outre les salariés du secteur médical, les thérapeutes et travailleurs sociaux devront être en mesure de parler le luxembourgeois et au moins l'une des deux autres langues officielles. Idem pour ceux qui travaillent auprès des personnes âgées. Les hôpitaux ont fait de gros efforts pour proposer des cours de luxembourgeois à leurs salariés, une opportunité qui rencontre généralement un grand succès, a souligné le ministre.

Un jour national de la langue et de la culture luxembourgeoise

Des projets culturels autour de la langue luxembourgeoise seront encouragés. Le ministère de la Culture prévoit des subventions à cet effet. Une journée nationale de la langue et de la culture luxembourgeoise sera créée.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Nouveaux enseignements: L'Université de Lorraine se tourne vers le Luxembourg
Depuis quelques années, les cours en rapport avec le Luxembourg se multiplient au sein de l'Université de Lorraine à Metz. Cours de luxembourgeois, pratique du droit au Grand-Duché, ou encore volonté des entreprises luxembourgeoises de recruter ces étudiants, l'Université se tourne de plus en plus vers son voisin frontalier.
On n'apprend pas à l'écrire à l'école mais: La langue luxembourgeoise «est plus utilisée que jamais»
Non, le luxembourgeois n'est pas menacé de disparition. Au contraire. C'est de moins en moins la première langue des jeunes enfants mais de plus en plus de gens l'utilisent. Plus que jamais, y compris à l'écrit. La demande des frontaliers pour l'apprendre explose. Décryptage d'un vrai phénomène, qu'il connaît sur le bout des doigts, avec Marc Barthelemy, président du Conseil permanent de la langue luxembourgeoise.
Marc Barthelemy: «Quelqu'un qui parle le luxembourgeois, écrit l'allemand et le français apprend très rapidement à écrire le luxembourgeois. Il faut de quinze à vingt heures».