Changer d'édition

Programme en veilleuse
Luxembourg 3 min. 17.06.2019

Programme en veilleuse

Le gouvernement Bettel II au complet lors de sa nomination en décembre 2018

Programme en veilleuse

Le gouvernement Bettel II au complet lors de sa nomination en décembre 2018
Photo: Pierre Matgé
Luxembourg 3 min. 17.06.2019

Programme en veilleuse

Six mois après son entrée en fonction, le bilan du gouvernement de coalition tripartite Bettel II paraît assez maigre.

Alors que cette semaine le Parlement se réunit, les députés espèrent un agenda un peu plus clair et gérable: quelques ajustements sur la formation professionnelle, plusieurs projets de loi secondaires, deux reports, une heure de questions parlementaires... C'est tout. Hormis les débats budgétaires d'avril, le programme de la Chambre a été très parsemé dans l'ensemble depuis l'entrée en fonction du  gouvernement de coalition tripartite Bettel II en décembre 2018. 

Pourtant, avec l'augmentation du salaire minimum et l'introduction de deux jours de congé supplémentaires, le gouvernement a déjà tenu deux promesses de campagne. Il convient également de noter les lois sur le Brexit, les textes sur les comptes d’épargne temps et sur la cybercriminalité, ainsi que la loi qui criminalise l’obstruction des services de secours.


Les deux jours de congé supplémentaires validés
C'est un vote unanime: les 60 députés de la Chambre ont confirmé, mercredi après-midi, l'introduction d'un jour férié et d'un congé supplémentaire au Luxembourg, à compter de cette année 2019.

Tiède excuse 

Le gouvernement Bettel II semble conduire avec le pied sur la pédale de frein. Après six mois, le bilan paraît plutôt maigre. Aujourd’hui, il faut reconnaître que la coalition bleu-rouge-vert a consciencieusement réalisé son programme 2013-2018, dont la plupart des grands projets ont été achevés. On peut également affirmer que les travaux parlementaires se poursuivent sur certains grands chantiers complexes, tels que le Conseil supérieur de la magistrature. 

Cependant, les nouveaux dossiers à venir se font rares. Les bulletins d’information qui suivent les réunions hebdomadaires du Conseil de gouvernement se raréfient eux aussi, ou bien tiennent sur une seule feuille de papier. Les points presse annonçant des décisions importantes n'existent plus depuis un certain temps. Le fait que le gouvernement n'ait pas voulu prendre trop de risques avant les élections européennes n'est que tiède excuse.

Absence de vision

La cause est plus profonde. Le zèle d'il y a cinq ans a disparu. De l’optimisme du premier mandat de la coalition tripartite, il ne reste plus rien. L’élan d’enthousiasme s'est estompé. Le désir irrésistible de gouverner d’autrefois, qui avait permis de surmonter sans effort des différences apparemment infranchissables, a cédé la place à une stratégie pragmatique consistant à «maintenir le cap».  

Il n’existe plus de vision partagée. À mesure que les différences entre les trois partis deviennent de plus en plus évidentes, des compromis doivent d'abord être faits au cas par cas. Tout cela prend plus de temps. La mollesse de l'accord de coalition en paie le lourd tribut.


Programme du gouvernement: les grandes lignes
Xavier Bettel et les chefs de délégation du DP, Corinne Cahen, du LSAP, Étienne Schneider, et de déi gréng, Félix Braz, ont présenté ce jeudi après-midi un état des lieux des négociations en vue de la formation du prochain gouvernement. Et confirmé bon nombre de rumeurs.

Et que fait l'opposition? Au lieu de pousser le gouvernement dans ses retranchements et de se profiler, elle laisse passer l’occasion. Mis à part les idées sur la politique familiale qui ont été présentées au milieu de la campagne électorale – et furent donc à peine remarquées – le CSV est principalement occupé avec lui-même. Cela vaut également pour les Pirates, empêtrés dans des luttes internes, alors que de leur côté l'ADR et Déi Lénk se comportent de manière remarquablement calme.

Au final, ce n’est que sur des champs de bataille secondaires uniquement – tels que le fichier prétendument secret de la police – que les politiciens de l’opposition se signalent de manière plus ou moins spirituelle. Face à un tel calme, on pourrait croire que la pause estivale a déjà commencé depuis plus d’un mois. 

Texte: Danielle Schumacher, traduction, adaptation: Marc Auxenfants


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Pour un gouvernement «plus transparent et ouvert»
Même si de nombreux points séparent déi Lénk des Piraten, Marc Baum (déi Lénk) et Sven Clement (Piraten) s'accordent sur la nécessité de clarifier la notion de protection des données et l'obligation, pour l'exécutif, d'introduire des réformes institutionnelles.
IPO , ITV Sven Clement , Piraten , u. Marc Baum , Dei Lenk , Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort
D'ici 2023, se former devrait être «plus attrayant»
En dévoilant ce mercredi les six priorités gouvernementales en matière de formation professionnelle, Claude Meisch le ministre de l’Education nationale entend faciliter l'apprentissage de tous les métiers, et surtout la reconversion des jeunes et des adultes.
Le PID rompt avec les Pirates
Le Partei fir Integral Demokratie (PID) a mis fin lundi à l'accord de coopération conclu avec le parti Piraten lors de la campagne des élections législatives de 2018. La formation politique se plaint d'avoir été exclue des processus de décision avant le scrutin européen du 26 mai dernier.
Fondé en 2013 par l’ex-membre de l’ADR Jean Colombera (photo), le PID s'était allié à D’Piraten en 2018 à la veille des élections législatives.
Programme du gouvernement: les grandes lignes
Xavier Bettel et les chefs de délégation du DP, Corinne Cahen, du LSAP, Étienne Schneider, et de déi gréng, Félix Braz, ont présenté ce jeudi après-midi un état des lieux des négociations en vue de la formation du prochain gouvernement. Et confirmé bon nombre de rumeurs.