Changer d'édition

Procès Bommeleeër: une journée de plus

Procès Bommeleeër: une journée de plus

Photo: Anouk Antony
Luxembourg 2 min. 24.06.2013

Procès Bommeleeër: une journée de plus

Quelle influence l'ancien secrétaire général de la police Guy Stebens a-t-il eu lors de l'élaboration de la loi sur l'entrave à la justice? C'est ce que le tribunal va tenter d'établir lors de ces prochains jours.

(SK) - Pour y parvenir, les directeurs régionaux Bob Leesch et Alain Engelhardt, ainsi que les officiers Kristin Schmit et  Jeff Neuens ont été appelés en renfort.

Alain Engelhardt est le premier d'entre eux à être appelé à la barre. Luc Frieden et Pierre Reuland auraient fait pression sur l'association des cadres supérieurs de la police, qu'il présidait, afin qu'elle rende un avis négatif sur la loi sur l'entrave à la justice.

Reuland et Stebens auraient tenté de ralentir l'enquête sur le Bommeleeër, probablement par intérêt personnel. C'est pourquoi, note Engelhardt, il aurait fallu brouiller les pistes lors des réunions d'élaboration de la loi afin que les soupçons ne se dirigent pas uniquement sur les deux  hommes.

"Faute de motivation et de précision", l'association a rejeté cet article, mais elle n'était pas la seule. Certains débutés - du DP - n'auraient à l'époque pas soutenu non plus ce principe qui devait empêcher les agents en fonction de taire des preuves ou des informations qui pourraient mener à l'élucidation d'une affaire.

"Faute de motivation et de précision" restera son leitmotiv qui l'aidera à éviter de répondre aux questions qui ne l'arrangent pas. Il finit cependant par reconnaître qu'il avait senti que Pierre Reuland et Guy Stebens avaient un intérêt personnel à ce que cet article ne passe pas et c'est pour que son association ne soit pas flouée qu'il en a informé ses membres.

Ce fût ensuite à la première commissaire divisionnaire Kristin Schmit de comparaître. C'est elle qui a rédigé l'avis de l'association à l'époque. Elle confirme les propos d'Alain Engelhardt. Mais contrairement à lui, elle se montre beaucoup plus coopérative et précise.

Elle indique aussi ne pas avoir eu conscience de l'imbroglio qui naîtrait de leur entretien avec Pierre Reuland et Guy Stebens sur le moment. Les discussions auraient porté sur les positions du comité quant au projet de loi. 

Ce mardi Jeff Neuens et Bob Leesch témoigneront. Mercredi ce sera au tour de Luc Frieden, puis Guy Schleder et Robert Biever. La juge Conter veut garder le meilleur pour la fin: Stebens et Reuland à partir de lundi prochain.


Sur le même sujet

Affaire Bommeleeër: le procès fleuve
Le procès de l'affaire Bommeleeër est en pause durant les vacances de Carnaval. Pour vous faire patienter nous avons compilé l'ensemble de nos chroniques judiciaires à ce sujet ici.