Changer d'édition

Procès Bommeleeër: de troublants portraits-robots
L'un des portraist-robots réalisés suite à l'attentat du palais de justice.

Procès Bommeleeër: de troublants portraits-robots

L'un des portraist-robots réalisés suite à l'attentat du palais de justice.
Luxembourg 3 min. 05.03.2013

Procès Bommeleeër: de troublants portraits-robots

Au sixième jour du procès, l'enquêteur Klein était ce mardi toujours à la barre de la chambre criminelle qui a également entendu le témoin G et découvert de nouveaux portraits-robots.

(SK) - Le témoin G qui, à l'époque des attentats commandait le groupe d'enquête criminelle de la police, fait part de son impression que l'enquête avait trainé à l'époque. Il se souvient également avoir entendu l'explosion du pylône de la CEGEDEL à Itzig et regrette qu'il ne subsiste plus aucune preuve de sa déposition et des photographies qu'il avait prises sur les lieux.

„C'est tellement invraisemblable que pour un peu on pourrait croire que j'ai tout inventé“, ajoute-t-il. Ce à quoi la juge lui rétorque que le dossier est bourré de choses invraisemblables. Ou du moins ce qu'il en reste puisque près des deux tiers ont disparu.

Le témoin G avait assuré alors que les explosifs utilisés pour commettre l'attentat avaient été placés dans des carottages autour des pieds du pylône. Thèse que réfute l'enquêteur Klein sur base des constatations du BKA (Bundeskriminalamt).

Le procureur a ensuite demandé au témoin G qui avait pris sa déposition. Il répond avoir appelé le „Bommentelefon“. Ce à quoi l'enquêteur Klein rétorque que le groupe d'enquête dédié aux attentats n'existait pas encore à l'époque et qu'il n'était pas certain que cette hotline avait déjà été mise en place au moment de l'attentat de Itzig.

En outre, ajoute l'enquêteur, il ne discuterait pas la présence de carottages sur les socles des pylônes mais il doute de leurs liens avec les attentats.

Après l'attentat d'Itzig, l'enquêteur Klein a ensuite partagé ses souvenirs de l'attentat du palais de justice le 19 octobre 1985. Selon lui, les auteurs de l'attentat devaient être de bons grimpeurs pour escalader le mur à l'arrière du palais. Un couple aurait ce soir-là observé un individu qui les aurait „beaucoup fasciné“. Un portrait-robot a été établi.

Il s'agit d'un grand jeune homme blond. Qui, selon Me Vogel, présenterait une certaine ressemblance avec Ben Geiben. Il demande d'ailleurs que le portrait-robot soit comparé à une photographie de l'ancien „super-flic“, longtemps suspecté d'être un des Bommeleeër.

Après une interruption de séance, l'enquêteur Klein est revenu sur l'attentat du Instrument Landing System au Findel. Les auteurs n'ont pas laissé de traces.

Selon un témoin anonyme cité par Me Vogel, deux jeunes hommes auraient été vus dix minutes après l'explosion s'éloignant de l'aéroport en courant vers une Daihatsu sombre. L'un avait les cheveux roux et bouclés, l'autre était blond.

Le fait que l'identité de ce témoin n'ait pas pu être établie est une hérésie, selon Me Vogel. Et Me Lorang d'ajouter qu'il s'agit d'un exemple supplémentaire de la manière dont l'enquête a été menée. Les deux avocats sont très énervés et l'enquêteur Klein prend pour tout ses collègues: „Je ne fais pas le procès de Monsieur Klein, mais de tout ceux qui se sont occupés du dossier. Ils devraient être poursuivis“, tempête Me Vogel.

La suite ce merdredi.


Sur le même sujet