Changer d'édition

Procès Bommeleeër: confessions d'un agent-double
Luxembourg 3 min. 13.03.2013

Procès Bommeleeër: confessions d'un agent-double

Me Gaston Vogel

Procès Bommeleeër: confessions d'un agent-double

Me Gaston Vogel
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 3 min. 13.03.2013

Procès Bommeleeër: confessions d'un agent-double

Nouveau rebondissement ce mercredi au onzième jour du procès Bommeleeër: le fils d'un ancien agent-double allemand a tenu à livrer par écrit le témoignage de son père décédé.

(SK) – Voilà un témoignage qui bouleverserait, si les faits sont authentiques, tout le cours du procès. Mercredi, Me Vogel a annoncé disposer d'un témoignage capital d'un historien allemand dont le père était un agent du Bundesnachrichtendienst, un des services de renseignements allemands.

L'homme, aujourd'hui décédé, aurait dirigé les activités du réseau Stay Behind sous le nom de code CELLO et travaillé comme agent-double avec le KGB à qui il aurait livré des informations sur Stay Behind.

Il aurait confessé à son fils dans les années 1990 que les cambriolages dans les carrières et les attentats auraient été opérés par des agents de Stay Behind dont le but était de terroriser la population en espérant un virage politique à droite.

Ce monsieur aurait travaillé main dans la main avec l'ancien chef du SREL, Charles Hoffmann. Il l'aurait aidé à faire disparaitre indices et preuves. Toutes les décisions seraient passées par Charles Hoffmann.

Face à ce témoignage plutôt inattendu, la juge Conter a demandé à l'enquêteur Klein de vérifier sa veracité. De même, le témoin sera appellé à témoigner face aux juges.

Carlo Klein, le retour

Avant que l'enquêteur Carlo Klein ne reprenne le fil de son récit après deux jours d'interruption due aux témoignages se Théodore Wormeringer et de Ben Geiben, Me Vogel a introduit une accusation de parjure à l'encontre de ce dernier.

Les juges ont également des doutes et demadent au parquet de se pencher sur les propos contradictoires de Ben Geiben et de Théodore Wormeringer lors de l'audience de ce mardi.

L'enquêteur qui détaille l'affaire depuis près de trois semaines s'est penché sur les dispositifs mis en place par les forces de l'ordre pendant et après les attentats.

Il note entre autres que les premiers soupçons selon lesquels les auteurs des attentats se trouvaient au sein des rangs de la police et de la gendarmerie sont apparus en décembre 1985. Dès cette date, les agents n'ont été informés de leur affectation qu'en toute dernière minute avant de prendre leur service de nuit.

Pour l'enquêteur, il aurait été quasiment impossible de coincer les Bommeleeër. Selon lui, ils avaient quitté les lieux des attentats 20 à 60 minutes avant que les bombes n'explosent.

Le prince Jean, victime de la rumeur

Me Lorang évoque ensuite des dissentions au sein du commando spécial de la gendarmerie et demande à Klein pourquoi il n'a jamais enquêté la-dessus. Puis l'usage d'explosifs lors des attentats et par la police est évoqué, de même que les rumeurs concernant une éventuelle implication du prince Jean, fondées par des journalistes qui s'étaient lancée dans une enquête parallèle.

Selon Carlo Klein, le prince aurait souvent chassé avec trois amis avant de se brouiller. Deux de ses amis étaient employés par le notaire Helinckx, victime d'un des attentats. Le prince aurait également envoyé des lettres de menaces à son père, mais il s'agissait d'une blague de son frèere Guillaume... De même, précise Carlo Klein, les enquêteurs n'auraient pas pu établir de rapport entre lui et des millieux d'extrême-droite.


Sur le même sujet

Procès Bommeleeër: "Cette discussion n'a jamais eu lieu!"
Il s'agit d'un des témoignages les plus attendus de ce procès Bommeleeër: celui de Ben Geiben. L'ancien chef de la brigade mobile de gendarmerie a longtemps été le suspect numéro un pour les attentats. Un témoin mystère a prétendu détenir ses aveux. Les deux hommes vont se livrer à un face à face.
«Et war net keen»: le livre consacré à l'affaire Bommeleeër
Près de trente ans après les faits, deux journalistes du Luxemburger Wort, Steve Remesch et Eric Hamus, reviennent dans un livre sur l'affaire qui a tenu le pays en haleine pendant plusieurs années: l'affaire du Bommeleeër. “Et war net keen” est disponible dès ce lundi en librairie, une semaine avant le début du procès.
Steve Remesch et Eric Hamus ont rassemblé tous les faits concernant l'affaire du Bommeleeër dans le livre "Et war net keen".