Changer d'édition

Procès Bommeleeër: changement de programme
Luxembourg 5 min. 25.06.2013

Procès Bommeleeër: changement de programme

Procès Bommeleeër: changement de programme

Photo. Anouk Antony
Luxembourg 5 min. 25.06.2013

Procès Bommeleeër: changement de programme

A la barre aujourd'hui deux autres membres de l'association des cadres supérieurs de la police et un enquêteur qui doit évoquer les récentes perquisitions au ministère de la Justice. Changement de programme donc, alors qu'on s'attendait à ue confrontation entre l'administrateur général du ministère de la Justice Guy Schleder et l'ancien procureur général d'état, Robert Biever.

(SK) - Jeff Neuens succède à Kristin Schmit face aux juges. L'officier de police a longtemps appartenu à l'association des cadres supérieurs de la police. Jusqu'en 2008 pour être exact.

Il exlique avoir reçu un appel de l'ancien président de l'association au moment où Reuland a été démis de ses fonctions pour savoir s'il fallait le soutenir ou lui planter quelques poignards supplémentaires dans le dos. Pour lui, la réponse était claire. Tout simplement parce que l'ancien directeur de la gendarmerie n'aurait, selon Neuens, jamais soutenzu un agent.

D'où le fait qu'il ait trouvé étrange que Pierre Reuland témoigne de la sympathie envers les deux prévenus. Jeff Neuens a conseillé le président de ne rien faire du tout pour rester neutre. Pourtant, Pierre Reuland aurait réussi à tourner l'opinion des syndicats de la police en sa faveur. C'est à ce moment là que Jeff Neuens s'est retiré de l'association.

Jeff Neuens a indiqué avoir été transféré de la PJ au haut-commissariat à la protection nationale par Pierre Reuland. Il pensait y revenir plus tard mais Patrice Solagna semble s'y être opposé. Pourtant Solagna et lui avaient le même avis quant à l'affaire Bommeleeër et Reuland: ce dernier connaissait les auteurs et les couvrait.

C'est au tour de Bob Leesch

Le directeur régional de la police de Diekirch est au comité de l'association depuis 2002. Il l'a présidé de 2007 à 2008 et est aujourd'hui trésorier. L'association aurait rédigé un communiqué suite au départ de Reuland et Stebens, pour marquer sa solidarité, note Bob Leesch. Tous les membres n'étaient pas de cet avis, mais même les plus réticents ont fini par être d'accord. Version qui ne correspond pas tout-à-fait à celle de Jeff Neuens!

Bob Leesch indique que le comité serait rapidement tombé d'accord et qu'il n'aurait pas subi de pressions de Pierre Reuland. Il l'aurait effectivement rencontré, mais uniquement pour lui faire part du projet de communiqué. Il ne se souvient que le comité de l'association aurait chargé le secrétaire général Schrantz de prendre conseil auprès de Neuens.

Du coup, Me Vogel souhaite que le secrétaire général soit cité à témoigner. "Ce jeune homme est la première personne que nous entendons ici qui semble dire la vérité", assure l'avocat au sujet de Bob Leesch.

Quant au projet de loi sur l'entrave à la justice, Bob Leesch reconnaît ne pas avoir travaillé dessus, n'ayant pas de formation en droit. Il reconnaît également ne jamais avoir eu vent d'éventuelles pression qu'auraient pu exercer Pierre Reuland et Guy Stebens. Et de confirmer que Jeff Neuens aurait été le seul membre de l'association à se prononcer contre le communiqué de soutien. 

Perquisition plutôt que confrontation

Changement de programme: au lieu de poursuivre comme prévu, les juges ont décidé d'entendre l'enquêteur en charge de la perquisition au ministère de la Justice.

L'enquêteur dit avoir saisi deux dossiers: l'un de Claudine Konsbruck  et l'autre contenant le projet-de-loi. Aucun document en référence à ce projet-de-loi datant d'après décembre 2008 n'a été retrouvé... jusqu'après les élections de 2009.

Le dossier n'aurait plus bougé jusqu'à ce que Luc Frieden cède sa place à François Biltgen. Claudine Konsbruck, première conseillère au ministère de la Justice aurait suggéré à François Biltgen de  reprendre le projet-de-loi. Dans un e-mail, elle explique au ministre que le projet-de-loi a été classé en raison des vives réactions négatives des syndicats de la police. 

Seulement au moment où le projet-de-loi a été classé, les syndicats ne pouvaient pas encore en avoir pris connaissance, selon Marc Mathékowitsch, le prédécesseur de Claudine Konsbrück. Personne ne saurait plus vraiment expliquer avec certitude pourquoi le projet a été retiré.

L'enquêteur a interrogé les autres syndicats de la police, le SNPGL et l'APUC, pour savoir quand leur avis leur avaient été demandé et quel en était la nature. Tous deux auraient réfléchi à la question bien après 2008. En 2011 pour l'APUC. 

Donc, en 2008, il ne pouvait pas y avoir eu de réactions vives des syndicats, souligne l'enquêteur, contrairement à ce que Luc Frieden a encore répété samedi dernier sur RTL. Le seul a être intervenu en 2008 pour que le projet-de-loi soit classé semble donc être Pierre Reuland, appuie l'enquêteur. Et d'accuser l'ancien directeur de la police en ajoutant qu'il se serait servi de sa fonction pour servir ses propres intérêts.

Face à ses révélations, on attend avec impatience de savoir ce que Pierre Reuland pourra y opposer. 

Ce mercredi, les juges entendront entre autre Luc Frieden.


Sur le même sujet

Affaire Bommeleeër: le procès fleuve
Le procès de l'affaire Bommeleeër est en pause durant les vacances de Carnaval. Pour vous faire patienter nous avons compilé l'ensemble de nos chroniques judiciaires à ce sujet ici.
Procès Bommeleeër: une journée de plus
Quelle influence l'ancien secrétaire général de la police Guy Stebens a-t-il eu lors de l'élaboration de la loi sur l'entrave à la justice? C'est ce que le tribunal va tenter d'établir lors de ces prochains jours.