Changer d'édition

Procès Bommeleeër: Ben Geiben toujours au cœur des débats
Me Vogel

Procès Bommeleeër: Ben Geiben toujours au cœur des débats

Photo: Anouk Antony
Me Vogel
Luxembourg 2 min. 23.04.2013

Procès Bommeleeër: Ben Geiben toujours au cœur des débats

Vingt-sixième journée du procès de l'affaire Bommeleeër: la piste Geiben est toujours au cœur des débats. le suspect numéro ne serait cependant pas le coupable idéal pour une partie de ces anciens collègues gendarmes et supérieurs.

(SK) - Ben Geiben ne serait pas le suspect idéal, comme aucun ancien gendarme d'ailleurs. C'est l'avis de Guy Stebens et de Pierre Reuland, deux anciens haut-gradés de la gendarmerie, évoqué par l'enquêteur Carlo Klein, ce mardi face à la dixième chambre criminelle de Luxembourg-ville où se poursuit le procès fleuve de l'affaire Bommeleeër.

Cette vingt-sixième journée d'audience a débuté sur  la lecture d'un courrier du procureur Robert Biever dans lequel il évoque une mail reçu de Patrick Heck, directeur du SREL. Ce dernier y prétendait que Robert Biever aurait été informé par Marco Mille, son prédécesseur  de la théorie du réseau stay behind. Fait que le procureur réfute.

En ce qui concerne Ben Geiben, l'ancien membre du groupe d'observation et de recherche Guy Stebens ne comprend pas pourquoi la piste Geiben a été abandonnée, alors qu'il était largement suspecté.

Tribunal, parquet et défense se plaignent de la manière dont Guy Stebens a éludé les questions de Carlo Klein. Notamment en ce qui concerne l'officier responsable de l'observation de Geiben après l'attentat du palais de justice. Carlo Klein explique que Guy Stebens aurait oublié pas mal de détails, comme le nom de la personne qui a demandé à ce qu'on interrompe la surveillance de Geiben.

Carlo Klein observe que en ce concerne Ben Geiben, il a relevé tellement d'incohérences et de non-dits de la parts des anciens officiers de gendarmerie, qu'on pourrait en déduire une volonté de cacher des choses.

Mais d'après Pierre Reuland, les brigades mobiles auraient été écartées de l'enquête menée sur Ben Geiben. L'ancien chef des BMG et directeur général de la police aurait indiqué à Carlo Klein que la piste Geiben aurait été soulevée par le colonel Harpes. Reuland lui-même n'aurait plus eu aucun contact avec Geiben après le départ de celui-ci des brigades mobiles.

De même, Pierre Reuland n'aurai pas été au courant de mesures de surveillance concernant Geiben le soir de l'attentat du palais de justice et n'aurait participé à aucune réunion le concernant. Pourtant, d'après Carlo Klein, plusieurs anciens collègues auraient affirmé le contraire. Pierre Reuland campe pourtant sur ses positions.


Sur le même sujet

Affaire Bommeleeër: le procès fleuve
Le procès de l'affaire Bommeleeër est en pause durant les vacances de Carnaval. Pour vous faire patienter nous avons compilé l'ensemble de nos chroniques judiciaires à ce sujet ici.