Changer d'édition

Prix de l'énergie : les Verts demandent une aide immédiate
Luxembourg 5 min. 31.08.2022
Rentrée politique

Prix de l'énergie : les Verts demandent une aide immédiate

Djuna Bernard et Meris Sehovic veulent désamorcer la crise sociale qui menace en raison des prix élevés de l'énergie.
Rentrée politique

Prix de l'énergie : les Verts demandent une aide immédiate

Djuna Bernard et Meris Sehovic veulent désamorcer la crise sociale qui menace en raison des prix élevés de l'énergie.
Photo: Steve Eastwood
Luxembourg 5 min. 31.08.2022
Rentrée politique

Prix de l'énergie : les Verts demandent une aide immédiate

Annette WELSCH
Annette WELSCH
Les coprésidents du parti Déi Gréng Djuna Bernard et Meris Sehovic veulent alléger considérablement la charge des citoyens, rapidement, directement et dans le sens de la transition énergétique.

Enovos va augmenter sensiblement les prix du gaz, a annoncé mardi le ministre de l'Énergie Claude Turmes (Déi Gréng) sur Twitter. La confirmation est arrivée mercredi : Enovos prévoit une augmentation des prix de plus de 77% pour l'automne. Pour un ménage de quatre personnes, cela représente un coût mensuel de plus de 500 euros. Cette somme comprend les taxes, mais pas les coûts du réseau, actuellement encore subventionnés par l'Etat.


29.08.2022, Slowenien, Bled: Ursula von der Leyen, Präsidentin der Europäischen Kommission hält eine Rede während der Eröffnung des Bled Strategic Forum (BSF) 2022 im Festspielhaus. EU-Kommissionspräsidentin von der Leyen hat angesichts der hohen Energiepreise eine Reform des Strommarktes in der EU angekündigt. Foto: Nebojsa Tejic/STA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
L'UE prête à intervenir pour enrayer la flambée des prix
Les ministres de l'Énergie de l'UE se réuniront le 9 septembre prochain pour discuter d'une possible intervention sur le marché de l'électricité.

Déi Gréng a réagi mercredi : les deux coprésidents du parti, Djuna Bernard et Meris Sehovic, ont organisé une conférence de presse de rentrée, consacrée principalement au thème de la crise énergétique. «Nous pensons que la rentrée politique doit avoir lieu un mois plus tôt cette année pour répondre aux crises multiples», a déclaré Djuna Bernard. 

La crise énergétique s'est transformée en crise sociale.

Djuna Bernard

La crise énergétique, en particulier, a un fort impact sur le développement social et économique. «Nous sommes extrêmement préoccupés par l'aggravation de la situation : la crise énergétique s'est transformée en crise sociale. La politique doit réagir dans les jours et les semaines à venir, il ne faut pas jouer la montre».

Des aides immédiates, directes et en faveur de la transition énergétique

Des aides financières directes sont demandées pour les entreprises et les ménages. «Qu'elle soit fiscale ou en espèces, l'aide doit être immédiate, avant la tripartite d'octobre, et elle doit aussi arriver directement», a souligné Sehovic. «La perte de pouvoir d'achat touche jusqu'à la classe moyenne et il faut préserver les emplois». Il est prévu d'aider jusqu'à un salaire annuel de 80.000 euros par personne et par an. Sehovic a cité ici le président de la CDU allemande Friedrich Merz en disant : «Au lieu de donner 100 euros à chacun, nous préférons donner 1.000 à ceux qui en ont besoin».

Le gouvernement a certes déjà soulagé les ménages et le ministre de l'Energie a déjà promis que les coûts de réseau seraient encore supprimés, mais le rabais sur le carburant arrive à son terme et un ménage consommant en moyenne 3.300 m3 de gaz par an devra payer 2.400 euros de plus. «Il faut apporter un soutien supplémentaire à ceux qui en ont besoin - les petits et moyens revenus et les entreprises - sans pour autant réduire à néant les incitations aux économies d'énergie. Il ne faut pas prendre dans le feu de l'action des mesures qui ne servent à rien».


Lokales,PK: Portail thématique du Parc naturel de l’Our & modèle 3D officiel national sur le Géoportail ,Claude Turmes,.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Les communes devront moins chauffer leurs bâtiments
Les bâtiments publics ne devront pas être chauffés au-delà de 20 degrés, a indiqué le ministre de l'Energie Claude Turmes à nos confrères de 100.7. Cette démarche s'inscrit dans un plan d'économie d'énergie en raison du conflit en Ukraine.

Le niveau de ces aides voulues par les Verts n'est pas encore défini. «Nous attendons encore le Statec, qui publiera de nouveaux chiffres à la fin de la semaine, pour avoir un aperçu de ce qui est en jeu. Nous parlons de milliers d'euros», a déclaré Meris Sehovic. Selon lui, il n'est pas nécessaire d'intervenir sur le marché de l'électricité. «Le marché fonctionne, nous avons un problème de production : la demande est supérieure à l'offre». 

Nous avons une marge de manœuvre financière pour le moment.

Meris Sehovic

Les déclarations sur la manière de financer les aides sont restées vagues. Djuna Bernard envisage comme instrument de crise une sorte d'impôt de solidarité temporaire pour les super-riches et les grandes entreprises. Meris Sehovic a fait référence aux déclarations de la ministre des Finances selon lesquelles la dette publique est en baisse. «Nous avons actuellement une marge de manœuvre financière et devons être flexibles maintenant». Des subventions inutiles pourraient en outre être supprimées. 

Concernant la question de l'index, il a été dit qu'il ne devait pas être supprimé, mais que les tranches devaient être étalées de manière à ce que les entreprises puissent les financer. «Ce qui peut être versé et à quel moment doit être discuté par le gouvernement avec les partenaires sociaux. Nous ne voulons pas anticiper les négociations», a déclaré M. Sehovic, qui a souligné trois aspects : les emplois et le pouvoir d'achat doivent être maintenus et la transition énergétique doit être poursuivie.

La sécheresse est également une source d'inquiétude

«La crise énergétique n'est pas la seule à prendre des proportions dramatiques, la sécheresse est également source d'inquiétude. C'est la pire depuis 500 ans. Cela nous place, en tant que génération, devant l'obligation d'agir pour lutter contre la crise climatique et accélérer la transition énergétique», a souligné Djuna Bernard. Le Luxembourg a introduit toute une série de mesures avec le Plan national énergie-climat. «Nous avons besoin d'un nouveau plan qui soit encore plus ambitieux».


L'ADEM dénombrait 14.269 résidents inscrits comme demandeurs d'emploi en avril. C'est 22% de moins qu'il y a un an.
Vers une nouvelle vague de chômage partiel au Luxembourg
Face à la hausse des prix du gaz, les ministres du Travail et de l'Economie se sont mis d'accord pour autoriser le chômage partiel dans les entreprises impactées.

Maris Sehovic a fait référence au travail du Conseil citoyen pour le climat, qui sera finalisé et présenté dans les prochaines semaines. «Nous veillerons à ce qu'il soit pris au sérieux et intégré dans le prochain plan», a promis le coprésident du parti. «Si nous voulons devenir indépendants des énergies fossiles, nous devons être cohérents : l'État et les communes ont un rôle à jouer».

Il a déploré que certaines communes mettent encore trop de bâtons dans les roues des personnes qui veulent produire de l'électricité solaire sur leur toit. Il a invité les entreprises à «disposer de suffisamment de matériel et de personnel dans les semaines et les mois à venir pour que les ménages puissent se chauffer de manière rentable grâce aux énergies renouvelables».  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Entretien avec Claude Turmes
Le ministre de l'Énergie Claude Turmes évoque dans un entretien avec le Wort les perspectives pour l'hiver, la crise énergétique actuelle et les moyens de la surmonter.
Die aktuelle Krise dürfe nicht dazu führen, dass der Klimaschutz vernachlässigt wird, sagt der Energieminister.
«Se préparer à un hiver difficile»
Le ministre de l'Energie a invité la population luxembourgeoise à se préparer à un hiver rude, tout en reconnaissant la nécessité de nouvelles mesures gouvernementales pour faire face aux prochains mois.
«Nous devons faire preuve de solidarité et nous efforcer de réduire notre consommation d’énergie», a déclaré Claude Turmes à l'issue de la réunion rassemblant les ministres de l'Energie de l'UE.