Changer d'édition

Président Emmanuel Macron à contretemps
Luxembourg 2 min. 26.03.2022 Cet article est archivé
Chronique de l’élection présidentielle

Président Emmanuel Macron à contretemps

La guerre offre à Emmanuel Macron un enjeu à hauteur de ses aspirations
Chronique de l’élection présidentielle

Président Emmanuel Macron à contretemps

La guerre offre à Emmanuel Macron un enjeu à hauteur de ses aspirations
Photo: AFP
Luxembourg 2 min. 26.03.2022 Cet article est archivé
Chronique de l’élection présidentielle

Président Emmanuel Macron à contretemps

Le regard hebdomadaire de notre chroniqueur Gaston Carré sur l’élection présidentielle en France.

Par Gaston Carré

Emmanuel Macron, homme moderne, est un président à l’ancienne, façon grande nation, rêvant d’enjeux susceptibles d’inscrire son action dans une épopée, de transcender sa vocation en destin. Macron a lu Malraux, De Gaulle et Romain Gary, il rêve de panache et d’homériques défis, en ce temps présent peu enclin au lyrisme et au flamboyant.


Anne Hidalgo en disgrâce
Le regard hebdomadaire de notre chroniqueur Gaston Carré sur l’élection présidentielle en France.

Or voilà que l’Ukraine est en feu, et Macron se trouve confronté à un tragique à la mesure de ses aspirations. D’où son empressement à revêtir l’habit du chef de guerre, le sweat-shirt de Zelensky, qui lui va comme un gant. Ses rivaux, dans la course à l’Elysée, ont beau faire, c’est Macron qui parle à Poutine, qui tutoie le maître du Kremlin, et la France, plus séduite qu’elle ne voudrait l’être par ce jeune homme au regard d’aiglon, se dit qu’il est seul à pouvoir tenir ce rôle avec brio.

Candidat à sa propre succession? 

Emmanuel Macron est candidat à sa propre succession? Jamais un président sortant - de l’Elysée - n’avait été sûr à ce point d’y retourner. Il y reviendra en gloire, mais dans l’inquiétude aussi: que fera-t-il de son brio quand au fracas de la guerre succédera le lamento de ses concitoyens? Quand il faudra renoncer à l’épopée pour affronter la vraie vie, quand les Français lui rappelleront qu’ils vivent mal, mécontents, malheureux, divisés?

Dans la cour des grands Macron a de l’allure. La modernité d’un président jeune, qui entend se mesurer à Poutine, pachyderme d’un autre âge, avec la crâne insolence d’un élu de son temps. Mais la guerre passée, ou effacée, c’est cela précisément que les Français à nouveau ne supporteront pas chez Macron.


C’est la lutte finale
Le regard hebdomadaire de notre chroniqueur Gaston Carré sur l'élection présidentielle en France.

Cette modernité, qui lui sied dans la guerre mais ne manquera pas de le desservir par temps de paix. Macron alors sera confronté à ce qui depuis toujours le bride: le refus de la France, pays de vieille souche, conservateur, centralisé et allaité par l’Etat providence, d’être gouverné comme une start-up par un président aux allures de jeune cadre incubé.

La France refuse d’être gouvernée comme une start-up.  

La guerre en Ukraine est un anachronisme. Le rapport de Macron à la France est un anachronisme aussi, mais en sens inverse. Poutine est l’irruption de l’ordre ancien dans l’ordre nouveau, Macron est le surgissement du nouveau dans le cadre étriqué de l’ancien. Or son art du contretemps, qui lui permet de faire si bonne figure face à l’extraordinaire dans le monde, pourrait le desservir quand il sera revenu à l’ordinaire en France.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Chronique sur l'élection présidentielle en France
Le regard hebdomadaire de notre chroniqueur Gaston Carré sur l’élection présidentielle en France.
Chronique de l’élection présidentielle en France
Le regard hebdomadaire de notre chroniqueur Gaston Carré sur l’élection présidentielle en France.
Chronique de l'élection présidentielle en France
Le regard hebdomadaire de notre chroniqueur Gaston Garré sur l' élection présidentielle en France.
Voilà un an qu'Emmanuel Macron est à l'Elysée. Ses réformes sont nombreuses mais il n'a pas accompli l'essentiel: le rassemblement d'une France divisée.