Changer d'édition

Présidence du LSAP: Franz Fayot, seul candidat
Luxembourg 2 min. 16.01.2019

Présidence du LSAP: Franz Fayot, seul candidat

Présidence du LSAP: Franz Fayot, seul candidat

Photo: Lex Kleren
Luxembourg 2 min. 16.01.2019

Présidence du LSAP: Franz Fayot, seul candidat

La date limite pour les candidatures à la tête du parti LSAP était fixée ce mardi 15 janvier. Beaucoup de propositions ont été reçues: c'est finalement Franz Fayot qui sera le candidat à la présidence du parti socialiste.

La semaine prochaine, mardi 22 janvier, le LSAP tiendra son congrès national. Le renouvellement de la direction du parti, qui a lieu tous les deux ans, sera à l'ordre du jour - une autre occasion de donner à de nouveaux visages l'occasion de se faire connaître. On sait qu'un nouveau président de parti doit être élu. Une volonté de changement qui résulte des dernières élections, où un renouvellement et un rajeunissement des candidats ont été mentionnés après la perte de trois sièges parlementaires.

Depuis 2014, c'est en effet Claude Haagen qui est à la tête du parti: il a renoncé à se représenter en cette année 2019.

On savait déjà que Franz Fayot, qui a succédé à Etienne Schneider au Parlement, allait se lancer sur le ring pour prendre la direction du parti. L'avocat, qui aura 47 ans le mois prochain, a été élu pour la première fois au Parlement en 2013. Il est le seul candidat à la direction du parti, mais beaucoup de candidats se sont mobilisés pour les autres postes. 

Selon une décision prise dans les années 1990, les postes de président et de secrétaire général du parti ne sont pas compatibles avec les postes ministériels. Le Secrétaire Général, Yves Cruchten, occupait ce poste depuis 2010; désormais, Tom Jungen est le seul candidat à ce poste.

La direction du parti socialiste compte 21 membres. Les postes de Président du parti, Vice-Président, Secrétaire Général et Trésorier Général sont pourvus par des élections directes et des scrutins séparés. Dix autres membres de la direction du parti sont également élus directement et, selon les nouveaux statuts, qui seront appliqués pour la première fois cette année, doivent être composés à parts égales de femmes et d'hommes. 

Outre Claude Haagen et Yves Cruchten, Taina Bofferding et Georges Engel occupent actuellement les postes de vice-président et doivent être remplacés en raison de leurs mandats gouvernementaux ou de factions.

Paulette Lehnert est ainsi candidate à la vice-présidence. Par ailleurs, il y a trois candidats pour le poste de vice-président: Dan Biancalana, député et maire de Dudelange, Joe Gomes, vice-président de la section de Petange, et Asim Djecevic.

Comme Marc Angel l'a annoncé mercredi sur RTL Radio, il envisage de se présenter aux élections européennes aux côtés de Nicolas Schmit. Cependant, le parti devait encore donner sa bénédiction.

Alex Bodry, chef de fraction à la Chambre depuis cinq ans, conservera son poste jusque la fin de l'année. Il sera remplacé à compter du 1er janvier 2020 par Georges Engel, 50 ans, bourgmestre de Sanem.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le CSV change de chefs
C'est acté. Le CSV, de loin le premier parti au parlement (21 sièges sur 60) se retrouve pour la seconde fois chef de file de l'opposition. Ses deux leaders, Claude Wiseler, président de la fraction, et Marc Spautz, président du parti, libèrent leur siège. Une femme venue du Nord en a déjà pris un.
Le 16 octobre 2018 à Luxembourg-Belair: Claude Wiseler (à gauche) et Marc Spautz, les deux figures des élections 2018 se retrouvent face au comité national élargi du CSV.
Le LSAP en crise: Se relever, redresser sa couronne et continuer
Après la débâcle électorale du 8 octobre, le temps est venu pour le LSAP de tirer les leçons de sa défaite et de motiver les troupes pour les élections législatives. Le meeting national organisé lundi au Kinneksbond à Mamer devait semer bonne humeur et optimisme.
Francine Closener en discussion avec quatre socialistes vainqueurs aux élections communales: Manon Bei-Roller, Bob Steichen, Marguy Kirsch-Hirtt et Jean-François Wirtz (de g. à d.).