Changer d'édition

Près de 350 armes à air comprimé saisies depuis 2017
Luxembourg 2 min. 02.05.2022
Au Luxembourg

Près de 350 armes à air comprimé saisies depuis 2017

En ce qui concerne l'airsoft, la puissance des armes varie généralement entre 0,6 et deux joules, bien moins que la limite autorisée donc.
Au Luxembourg

Près de 350 armes à air comprimé saisies depuis 2017

En ce qui concerne l'airsoft, la puissance des armes varie généralement entre 0,6 et deux joules, bien moins que la limite autorisée donc.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 2 min. 02.05.2022
Au Luxembourg

Près de 350 armes à air comprimé saisies depuis 2017

Simon MARTIN
Simon MARTIN
Deux députés s'inquiètent des risques auxquels s'exposent les porteurs d’une telle arme qui, de vue, n’est que difficilement différenciable par rapport à une arme à feu authentique, en cas d’intervention de la police.

Fin mars dernier, une dispute éclatait entre deux hommes devant un restaurant situé à Wiltz. L'un des protagonistes avait notamment sorti un pistolet de type airsoft et avait tiré plusieurs petites billes en plastique sur l'autre personne, avant d'être maîtrisé par les forces de l'ordre. Rappelons qu'une arme dite «airsoft» consiste en une réplique d'arme à feu fonctionnant grâce à de l'air comprimé et projetant des billes de quelques millimètres d'épaisseur. A priori, il ne s'agit pas d'une arme dite «dangereuse», en tout cas bien moins qu'une arme de paintball, où l'impact des balles est bien plus douloureux.


Le port d'armes dans la ligne de mire des députés
Les parlementaires vont réviser la loi fixant les règles de possession et d'usage d'une arme au Luxembourg. Chasseur, collectionneur ou simple particulier : chacun sera concerné par ces modifications.

Bref, cet incident a poussé les députés Léon Gloden et Laurent Mosar (CSV) à se poser la question sur le nombre d’armes de type «airsoft» qui ont été saisies par la police au cours de ces cinq dernières années. Le ministre de la Sécurité intérieure Henri Kox a répondu que ce sont pas moins de 347 armes à air comprimé qui ont été saisies de 2017 à 2021. 

Ce dernier en a également profité pour faire un bref rappel de la loi en vigueur concernant ces armes. «Ainsi, suivant les deux législations, les règles applicables dépendent de l’énergie cinétique à la bouche du canon. Lorsque l’énergie cinétique à la bouche du canon est supérieure à 7,5 joules, ces armes requièrent, comme pour les armes à feu, un permis de port d'arme ou une autorisation de détention d'armes. Lorsque l’énergie cinétique à la bouche du canon est inférieure ou égale à 7,5 joules, ces armes peuvent être importées, exportées, acquises et cédées par des personnes majeures à des fins privées et non commerciales, et être détenues à leur domicile ou résidence habituelle sans autorisation du ministre». 

Une puissance bien moindre

Notons qu'en ce qui concerne l'airsoft, la puissance des armes varie généralement entre 0,6 et deux joules, bien moins que la limite autorisée donc. Toutefois, les deux députés se sont demandé s'il ne serait pas utile de lancer une campagne de sensibilisation sur le sujet. «Notamment au sujet des risques auxquels peuvent s'exposer les porteurs d’une telle arme qui, de vue, n’est que difficilement différenciable par rapport à une arme à feu authentique, en cas d’intervention de la police», estiment les deux mandataires. 


Recherché par le Luxembourg, il a été arrêté puis relâché
La semaine dernière, la police albanaise a arrêté Edinjo Pulti, recherché par le Luxembourg, dans une boîte de nuit en Albanie. Il a émis l'intention de se rendre.

Pour Henri Kox, il convient toutefois de rappeler que la dangerosité d'une arme de type airsoft émane beaucoup plus des intentions de la personne qui abuse de l’objet plutôt que de l’objet lui-même. «Concernant plus spécifiquement le danger pour le porteur d’une arme du type 'airsoft' en cas d’intervention de la police, force est de constater que ce danger est également directement lié au comportement de la personne concernée lors de l’arrivée de la police et n’est que marginalement lié à l’objet détenu par cette personne. Dans les deux hypothèses, il semble évident qu’une campagne de sensibilisation, ayant comme objet les armes du type 'airsoft', ne serait pas de nature à diminuer un quelconque danger les concernant», pense savoir le ministre qui doute donc de l'utilité d'une telle initiative. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le pays pourrait être condamné par la Cour de justice européenne pour ne pas avoir transposé dans sa législation deux directives européennes relatives au marquage des armes et aux armes d'alarme.