Changer d'édition

Près de 35 millions d'euros pour le dépistage massif
Luxembourg 3 min. 22.09.2020

Près de 35 millions d'euros pour le dépistage massif

Les deux phases de dépistage à grande échelle ont coûté respectivement 21,5 millions et 13 millions d'euros à l'État luxembourgeois

Près de 35 millions d'euros pour le dépistage massif

Les deux phases de dépistage à grande échelle ont coûté respectivement 21,5 millions et 13 millions d'euros à l'État luxembourgeois
Photo: Guy Wolff
Luxembourg 3 min. 22.09.2020

Près de 35 millions d'euros pour le dépistage massif

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Les deux phases de «large scale testing» ont coûté respectivement 21,5 millions et 13 millions d'euros à l'État. Une révélation faite ce mardi par Paulette Lenert, la ministre de la Santé qui se justifie par ailleurs sur l'absence d'appel d'offres public en la circonstance.

Dans sa stratégie de lutte contre l'épidémie de coronavirus, le gouvernement luxembourgeois mise énormément sur le dépistage à grande échelle. Fruit de la collaboration entre le ministère de la Santé et le Fonds national de la recherche, l'opération mise sur pied à partir du 27 mai visait à réaliser quelque 20.000 tests quotidiens.

Au cours des deux campagnes, d'abord du 27 mai au 27 juillet, puis du 28 juillet au 15 septembre, 496.025 tests ont été effectués dans ce cadre, sur un total de 781.263 tests pratiqués à ce jour sur les résidents. Pour un coût total de 34,5 millions d'euros, qui se répartit en 21,5 millions pour la première campagne, et 13 millions pour la seconde. Des chiffres dévoilés ce mardi par Paulette Lenert (LSAP).


Lokales, Covid-19 Test, P&R Belval, large scale testing,  Esch Alzette, Foto: Guy Wolff/ Luxemburger Wort
«Voir le dépistage comme une contribution à la société»
Le testing à large échelle est actuellement le moyen le plus sûr de pouvoir contenir le virus, selon Ulf Nehrbass, directeur de l'Institut luxembourgeois de la santé. Car si une chaîne d'infection devait apparaître, il serait alors possible de la détecter et d'intervenir rapidement.

La ministre de la Santé qui justifie le choix du Luxembourg Institute of Health (LIH) comme prestataire unique en l'absence d'appel d'offres public par le «critère d'urgence impérieuse» lors de la première phase, et par «l'inconvénient majeur» qu'aurait représenté un changement de contractant lors de la seconde. En outre, répond-elle à une question posée par Claude Wiseler (CSV), le LIH a été retenu pour «sa capacité à mettre en œuvre un dispositif pré-analytique et analytique robuste et fiable dans un délai très court.»

Paulette Lenert fait par ailleurs référence à «la nouveauté» de ce large scale testing et au «manque d'expérience aux niveaux national et international dans ce domaine spécifique.» Raisons pour lesquelles, selon elle, «il avait été prévu d'analyser la première partie du dépistage massif avant de lancer un nouvel appel d'offres.»


Plus que neuf centres de dépistage en service
Sept stations (sur les 16 installées dans le pays) vont être mises en veille jusqu'à la fin des vacances. A partir de septembre, la Direction de la Santé luxembourgeoise redéfinira ses choix de testing. Il est vrai que les tentes ne seront plus forcément adaptées aux conditions automnales par exemple.

La ministre socialiste évoque également la fluctuation du nombre de stations de dépistage à travers le pays. De 16 au départ de l'opération, le maillage avait été allégé à neuf centres à l'issue de la première phase fin juillet, avant de réactiver la station de Grevenmacher, puis trois autres encore en août. Dans sa réponse adressée à Claude Wiseler, elle affirme que «la fermeture transitoire de certaines stations relevait de la responsabilité du LIH».

Des fermetures qui, précise-t-elle, étaient «nécessaires vu le nombre réduit de tests et prélèvements journaliers lors des premières semaines d'août». Et si le prestataire a demandé une fermeture transitoire, c'est «afin de pouvoir démanteler toutes les stations ensemble après la fin du contrat», déclare Paulette Lenert.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les tests rapides jugés pas encore assez fiables
Si des dispositifs permettraient de détecter la présence d'anticorps en un temps record, le Grand-Duché ne compte pas les utiliser pour l'heure. Un refus - toutefois non catégorique - que Paulette Lenert (LSAP) justifie dans une réponse parlementaire publiée vendredi.
Le réseau de test reprend du volume
A l'approche de la rentrée, trois nouveaux centres de dépistage vont être réactivés à compter du 24 août. Il s'agit des sites de Junglinster, Howald et Diekirch.
A woman undergoes a swab test for coronavirus at a drive-through testing site of the Santa Maria della Pieta hospital in Rome on August 18, 2020. - On August 16, Italy suspended its discos and ordered the mandatory wearing of masks from 6:00pm (1600 GMT) to 6:00am to clamp down on the spread of infection among young people, less than a month before the restart of school. (Photo by Tiziana FABI / AFP)
Le dépistage suit de nouvelles pistes
A compter de ce lundi, le Luxembourg précise encore plus son ciblage de test covid-19. Vacanciers de retour, ouvriers du bâtiment devant reprendre le chemin des chantiers, écoliers avant la rentrée, familles habitant des zones plus infectées : la lutte contre la contamination resserre ses mailles.
A healthcare worker uses a swab to collect a sample at a temporary testing centre for the novel coronavirus in Madrid on August 17, 2020. - Just seven weeks after bringing its first coronavirus wave under control, experts say Spain is once again in a "critical" situation with the worst infection rate in Western Europe. (Photo by OSCAR DEL POZO / AFP)
Grevenmacher reprend du service pour le dépistage
Placé en "veille", le centre de test covid-19 de Grevenmacher va être réactivé. A partir de lundi, dix centres seront donc en activité pour diagnostiquer au maximum la population, résidents et frontaliers.
Lokales, Illustration, Teststation Covid 19, Corona, Test Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Plus que neuf centres de dépistage en service
Sept stations (sur les 16 installées dans le pays) vont être mises en veille jusqu'à la fin des vacances. A partir de septembre, la Direction de la Santé luxembourgeoise redéfinira ses choix de testing. Il est vrai que les tentes ne seront plus forcément adaptées aux conditions automnales par exemple.
Seize sites de dépistage, 350 emplois, et demain?
La phase I du dépistage massif au Luxembourg prendra fin ce week-end après deux mois de fonctionnement. Retour sur un dispositif inédit à l'échelle du pays et qui s'apprête à être prolongé jusqu'à... mars 2021.
Lokales, Illustration, Parking Bouillon, Corona, Covid19, Test für Anwohner, Covid-Station  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Unanimes pour une seconde vague de dépistage massif
La loi actant la prolongation des tests à grande échelle a été adoptée à l'unanimité mardi à la Chambre. Un plébiscite qui prouve le soutien que les députés portent à cette stratégie gouvernementale. La deuxième phase commencera début août, s'étendra sur plus de sept mois et coûtera 60,7 millions d'euros.
Israeli medical personnel take samples at a drive through COVID-19 testing facility in Ramat Hasharon in the suburbs of Tel Aviv, on June 1, 2020 during  measures imposed by the Israeli authorities to curb the spread of the novel coronavirus. (Photo by JACK GUEZ / AFP)
Le dépistage massif pour contrer un éventuel rebond
Vu l'augmentation des cas de covid-19 depuis deux semaines, les chercheurs de Research Luxembourg ont rappelé ce jeudi l'importance des tests à grande échelle. Une stratégie qui doit permettre d'éviter la seconde vague.
Lokales, Illustration, Parking Bouillon, Corona, Covid19, Test für Anwohner, Covid-Station  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Le dépistage massif atteint sa vitesse de croisière
Plutôt lente au démarrage, la campagne de tests à grande échelle lancée le 27 mai a déjà permis de tester plus de 55.000 personnes, avec un taux de participation de 50%. L'objectif reste de détecter et de briser rapidement les chaînes d'infection.
A staff member of the health authorities of the southern federal state of Baden-Wuerttemberg demonstrates on a negative sample the test for the coronavirus SARS-CoV-2, in a laboratory in Stuttgart, southern Germany, on March 2, 2020. - The death toll from the new coronavirus epidemic surpassed 3,000 on Monday, March 2, 2020, as more people died in China, Iran and the US and Europe raised its state of alert. EU president Ursula von der Leyen said the European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC) had increased its risk assessment for Europeans after Italy's outbreak doubled in 48 hours. (Photo by THOMAS KIENZLE / AFP)
«Voir le dépistage comme une contribution à la société»
Le testing à large échelle est actuellement le moyen le plus sûr de pouvoir contenir le virus, selon Ulf Nehrbass, directeur de l'Institut luxembourgeois de la santé. Car si une chaîne d'infection devait apparaître, il serait alors possible de la détecter et d'intervenir rapidement.
Lokales, Covid-19 Test, P&R Belval, large scale testing,  Esch Alzette, Foto: Guy Wolff/ Luxemburger Wort
Le dépistage massif cherche son rythme de croisière
Si le lancement de la vaste campagne de testing à grande échelle a connu quelques retards à l'allumage, tout est désormais en ordre. Que ce soit les centres, les invitations ou encore le matériel, il n'y a pas de problème selon le Luxembourg Institute of Health.
Lok , Bascharage , Coronavirus , Drive In Test Coronavirus  , Sars-CoV-2 , Covid-19 , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort