Changer d'édition

Près d'un ménage sur quatre a du mal pour finir le mois
Luxembourg 3 min. 26.07.2022 Cet article est archivé
En 2021

Près d'un ménage sur quatre a du mal pour finir le mois

Après une forte dégradation en 2020, la proportion des ménages avec des difficultés financières est repassée en dessous de son niveau d’avant la pandémie de covid-19.
En 2021

Près d'un ménage sur quatre a du mal pour finir le mois

Après une forte dégradation en 2020, la proportion des ménages avec des difficultés financières est repassée en dessous de son niveau d’avant la pandémie de covid-19.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 3 min. 26.07.2022 Cet article est archivé
En 2021

Près d'un ménage sur quatre a du mal pour finir le mois

Simon MARTIN
Simon MARTIN
Une bonne partie d'entre eux doit se priver et ils avouent sans peine qu'il serait difficile de faire face à une dépense imprévue ou encore de remplacer des meubles usés par manque de moyens.

La situation financière des ménages en 2021 s'est améliorée mais des inégalités continuent de se creuser. Voilà, en substance, ce qui ressort de la dernière enquête du Statec sur les revenus et les conditions de vie des ménages au Luxembourg. Comprenez par là que l'enquête s'attarde sur les difficultés des ménages à joindre les deux bouts. Malgré le fait que les données ne prennent pas en compte l'inflation galopante de ces derniers mois dans ses résultats, l'étude prend tout son sens au regard des statistiques révélées il y a quelques mois à peine.


La tête prise dans les taux
En Moselle, de nombreux dossiers de prêt immobilier sont actuellement refusés. La faute à une inflation qui pousse les banques à la plus grande prudence. Même chose au Luxembourg.

Rappelez-vous, en mai dernier, on apprenait que le Luxembourg est le deuxième pays de l'UE, derrière la Roumanie, où le risque de pauvreté professionnelle est le plus élevé et qu'un travailleur luxembourgeois sur dix est pauvre. Un constat particulièrement interpellant et qui vient rappeler que malgré ses apparences de pays très riche, la pauvreté existe aussi au Luxembourg.

Et les résultats de l'enquête du Statec viennent confirmer ce constat, en apportant toutefois quelques bonnes nouvelles. En effet, le ressenti des ménages quant à leur situation financière s'est nettement amélioré en 2021, où 23,4% des ménages déclaraient avoir des difficultés à joindre les deux bouts, contre 26,5% en 2020 et 24,7% en 2019. Cela correspond tout de même à près d'un ménage sur quatre qui peine financièrement à finir le mois.

Toutefois, après une forte dégradation en 2020, liée probablement à l'impact de la crise sanitaire, la proportion des ménages avec des difficultés financières est repassée en dessous de son niveau d'avant la pandémie de covid-19. «Néanmoins la proportion de ménages pour lesquels joindre les deux bouts est «très difficile» a même légèrement augmenté entre 2020 et 2021», note le Statec. Point intéressant:  cette situation est confirmée par l'examen d'un autre indicateur, la proportion de ménages déclarant avoir connu une baisse de salaire. Celle-ci est passée de 14,3% en 2020 à 11,4% en 2021.

Impossible de remplacer des meubles usés 

Ces complications financières riment bien souvent avec une hausse des privations matérielles, des arriérés de paiements ou encore un recours plus fréquent à des dettes. En ce qui concerne certaines privations matérielles (incapacité de payer un repas à base de viande tous les deux jours, de chauffer son logement de manière adéquate et de faire face à une dépense imprévue), la proportion de ménages concernés a diminué en 2021. En revanche, cette même proportion a augmenté concernant l'incapacité à remplacer des meubles usés, mais également l'impossibilité de se payer une semaine de vacances hors de son domicile. 


Der Krieg in der Ukraine und eine denkbare Rezession könnte Auswirkungen auf den Haushalt Luxemburgs haben.
«Une situation financière moins grave que prévu»
Toutefois, la ministre des Finances dit s'attendre à une dégradation de la situation financière de l'État sur les mois à venir

Concernant le remboursement de dettes, bien que davantage de ménages en aient contracté en 2021, la part estimant qu'elles représentent une charge importante ou moyennement importante dans leur budget a baissé, de 73% en 2020 à 71,5% en 2021.

La proportion de ménages touchés par des arriérés de paiement a quant à elle augmenté en 2021, après une stabilité entre 2019 et 2020. «Le niveau de cet indicateur reste cependant extrêmement faible. Par conséquent, il est probable que les ménages déclarent en plus grande proportion arriver facilement à joindre les deux bouts parce qu'une amélioration globale de leurs conditions de vie s'observe. Toutefois, quelques difficultés persistent, voire augmentent», précise le Statec.   

Le constat qui peut être tiré de cette étude est donc clair: les écarts entre les ménages aisés et défavorisés se sont encore davantage creusés en 2021. «Quel que soit le niveau de difficultés à joindre les deux bouts, la proportion de ménages ayant contracté des dettes hors résidence principale augmente en 2021 et l'écart entre les deux sous-populations n'est que de 9,7%», conclut l'institut. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Politique en Belgique
La coalition Vivaldi du Premier ministre Alexander De Croo renvoie à la rentrée la décision sur les mesures de soutien.
Belgium's Prime Minister Alexander De Croo speaks during a press conference of the Federal Government on the situation in Ukraine following Russia's invasion on March 1, 2022 in Brussels. (Photo by BENOIT DOPPAGNE / BELGA / AFP) / Belgium OUT
+8,6% sur les six derniers mois, +13,9% en un an : les prix dans le domaine de la construction résidentielle flambent. Tous les corps de métiers sont touchés, et la raison de cette flambée sont à chercher dans les prix des matériaux et des carburants.
Le projet de la SNHBM est passé de 750 à 800 logements.
Face à l'inflation, le gouvernement lève le voile jeudi sur une série de mesures très attendues destinées à protéger le pouvoir d'achat des Français, et qui fera figure d'examen de passage pour sa majorité relative à l'Assemblée face à des oppositions à l'offensive.
Nach nur drei Monaten wird voraussichtlich im Juli die nächste Index-Tranche fällig. Sie wird gemäß dem Tripartite-Abkommen auf den 1. April 2023 verschoben. Der Kaufkraftverlust der Verbraucher wird über Steuerkredite kompensiert.