Changer d'édition

«Prendre au sérieux le vécu des personnes lesbiennes»
Luxembourg 2 min. 26.04.2022 Cet article est archivé
Journée de la visibilité lesbienne

«Prendre au sérieux le vécu des personnes lesbiennes»

30% des personnes LGBTIQ+ au Luxembourg ressentent une gêne à l'idée d'afficher leur orientation sexuelle en public.
Journée de la visibilité lesbienne

«Prendre au sérieux le vécu des personnes lesbiennes»

30% des personnes LGBTIQ+ au Luxembourg ressentent une gêne à l'idée d'afficher leur orientation sexuelle en public.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 26.04.2022 Cet article est archivé
Journée de la visibilité lesbienne

«Prendre au sérieux le vécu des personnes lesbiennes»

Thomas BERTHOL
Thomas BERTHOL
Si les droits pour les personnes homosexuelles ont été élargis ces dernières années, de nombreux combats restent encore à mener, selon le groupe Pink Ladies au Luxembourg.

«Il faut prendre au sérieux le vécu des personnes lesbiennes et leurs revendications, elles font partie de la société luxembourgeoise. Dire que ça ne concerne que quelques personnes n'est pas une excuse.» A l'occasion de la journée internationale de la visibilité lesbienne ce mardi 26 avril, Enrica Pianaro, membre et coordinatrice du groupe Pink Ladies, souhaite mettre en lumière les avancées sociétales qu'il reste à faire. 


online.fr, Sam Tanson, Frauenrechte Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
«L'inégalité entre les femmes et les hommes me révolte»
La ministre de la Justice et de la Culture Sam Tanson se livre sur son combat pour la cause féministe et sur les progrès déjà réalisés au Luxembourg.

Ce collectif constitue un espace d'échange et de rencontre dans un cadre convivial pour les femmes non hétérosexuelles, explique la militante, aussi doctorante affiliée à l'Université Libre de Bruxelles et travaillant sur l'activisme lesbien au Luxembourg. Un lieu d'échange informel qui permet de se retrouver pour boire un verre, donner des idées de sortie gayfriendly ou faire aussi des rencontres amoureuses. Le groupe aide aussi à s'échanger les bonnes adresses pour trouver un médecin ou gynécologue. Les Pink Ladies sont également à l'écoute concernant les cas de discrimination.

«La crainte de se tenir la main dans la rue»

Elle fait remarquer que ces femmes subissent régulièrement des remarques au croisement du sexisme et de l'homophobie, notamment sur le lieu du travail. Selon une étude publiée en 2019 par l'Agence européenne des droits fondamentaux, 30% des personnes LGBTIQ+ au Luxembourg ressentent une gêne à l'idée d'afficher leur orientation sexuelle en public. «Ce sentiment d'insécurité veut quand même dire quelque chose quand existe par exemple la crainte de se tenir la main dans la rue. Personne ne devrait avoir peur», souligne Enrica Pianaro.

Pour obtenir une meilleure reconnaissance sociale, cette dernière se bat aussi pour plus de droits. Si depuis 2015, l'adoption plénière pour les couples homosexuels constitue un «grand acquis social», Enrica Pianaro déplore qu'il y ait encore une inégalité de traitement pour les couples de même sexe.

Enrica Pianaro souhaite la reconnaissance automatique du coparent dans les couples homosexuels.
Enrica Pianaro souhaite la reconnaissance automatique du coparent dans les couples homosexuels.
Photo: António Pires

«Le deuxième parent qui ne porte pas l'enfant ne bénéficie pas d'une reconnaissance automatique. Le co-parent est dans une période floue et doit attendre la décision du juge, ce n'est pas le cas pour un couple hétérosexuel.» La militante souhaite un changement législatif à ce sujet comme en Belgique où le coparent est reconnu légalement. «La Commission consultative des droits de l'homme est aussi allée dans notre sens lors d'un récent avis.»

Pour mieux rendre compte du vécu de la communauté lesbienne, des chiffres sont nécessaires. Des données qui manquent pourtant, regrette Enrica Pianaro. Elle souhaite que toutes les instances associatives et gouvernementales fassent un effort à ce sujet afin de pouvoir mieux répondre à leurs préoccupations.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Premier ministre luxembourgeois s'est de nouveau montré ferme ce jeudi vis-à-vis de son homologue hongrois et de sa loi assimilant l'homosexualité à une forme de déviance. Comme 16 autres chefs d'Etat et de gouvernement, il entend rappeler à Viktor Orbán «les droits de l'UE».
Luxembourg's Prime Minister Xavier Bettel (C) walks with officials as he arrives on the first day of a European Union (EU) summit at The European Council Building in Brussels on June 24, 2021. (Photo by JOHANNA GERON / POOL / AFP)
Les premières unions civiles homosexuelles ont eu lieu au Danemark en 1989. Aujourd'hui, le mariage entre personnes de même sexe a été reconnu dans 28 pays dont le Grand-Duché depuis 2014.