Changer d'édition

Le Luxembourg défend son interdiction du glyphosate
Luxembourg 09.06.2021
Première dans l'UE

Le Luxembourg défend son interdiction du glyphosate

Depuis le 1er janvier 2021, l'utilisation du glyphosate sous toutes ses formes est interdite au Luxembourg. Une situation unique pour l'heure dans l'UE.
Première dans l'UE

Le Luxembourg défend son interdiction du glyphosate

Depuis le 1er janvier 2021, l'utilisation du glyphosate sous toutes ses formes est interdite au Luxembourg. Une situation unique pour l'heure dans l'UE.
Photo: AFP
Luxembourg 09.06.2021
Première dans l'UE

Le Luxembourg défend son interdiction du glyphosate

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Alors que le ministre fédéral belge de l'Agriculture a jugé, en début de semaine, que le Grand-Duché avait utilisé «une procédure inappropriée» pour mettre en place la mesure en vigueur depuis le 1er janvier, son homologue luxembourgeois persiste et signe.

Si le Luxembourg peut se vanter d'avoir été le premier pays de l'UE à interdire totalement le glyphosate depuis le 1er janvier dernier, la mesure reste polémique. Preuve en est la position défendue ces derniers jours par David Clarinval, ministre fédéral belge de l'Agriculture, qui estime que «le Grand-Duché de Luxembourg a mis en oeuvre l'interdiction du glyphosate en utilisant une procédure inappropriée». 


Le Luxembourg premier pays à bannir le glyphosate
En interdisant, sans exception, le controversé désherbant au 31 décembre 2020, le Grand-Duché fait office de pionnier en Europe. Mais sans attendre la date limite émise par le gouvernement, plus de la moitié des exploitants agricoles s’en passent déjà.

Autrement dit, que la mesure est contraire à la législation européenne et donc susceptible d'être battue en brèche par Bruxelles. Sollicités, les services de Romain Schneider (LSAP), ministre de l'Agriculture, estiment qu'«il ne nous appartient certainement pas de commenter le bien-fondé de l'interprétation personnelle de Monsieur le ministre David Clarinval». 

Ce qui ne les empêche pas de réaffirmer que la décision répond à l'application «d'un engagement gouvernemental prévu dans l'accord de coalition 2018-2023» qui prévoit  «l’abandon de l’utilisation du glyphosate pour le 31 décembre 2020, dans le respect des dispositions légales pertinentes».


Le glyphosate disparaît des rayons, bientôt des champs
La deuxième phase qui doit permettre qu'aucun produit phytopharmaceutique à base de glyphosate ne soit déversé sur le sol luxembourgeois en fin d'année est arrivée à terme ce 1er juillet. Mais le monde agricole s’interroge toujours quant aux alternatives à l’herbicide le plus vendu dans le monde.

Une vision non partagée par le gouvernement fédéral belge qui estime que plusieurs Etats européens, tels que l'Autriche ou Malte, ont fait machine arrière «par respect du droit européen». Comprenez que le Luxembourg serait dans l'illégalité. Pourtant, dans sa réponse parlementaire, le ministre fédéral indique qu'un nouveau renouvellement de la substance active glyphosate a été soumis au niveau européen et qu'«une interdiction européenne à l'horizon 2022 n'est en tout cas pas exclue».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Alors que le Luxembourg fait figure de pionnier en Europe en interdisant l'usage de l'herbicide au 1er janvier 2021, et que ses agriculteurs et viticulteurs anticipent la fin d'année, les CFL avouent ne pas pouvoir s'en passer à l'heure actuelle.
La deuxième phase qui doit permettre qu'aucun produit phytopharmaceutique à base de glyphosate ne soit déversé sur le sol luxembourgeois en fin d'année est arrivée à terme ce 1er juillet. Mais le monde agricole s’interroge toujours quant aux alternatives à l’herbicide le plus vendu dans le monde.
En interdisant, sans exception, le controversé désherbant au 31 décembre 2020, le Grand-Duché fait office de pionnier en Europe. Mais sans attendre la date limite émise par le gouvernement, plus de la moitié des exploitants agricoles s’en passent déjà.