Changer d'édition

Première baisse depuis 2015 des infections au VIH
Luxembourg 4 min. 11.07.2019

Première baisse depuis 2015 des infections au VIH

Première baisse depuis 2015 des infections au VIH

Archive LW
Luxembourg 4 min. 11.07.2019

Première baisse depuis 2015 des infections au VIH

Didier HIEGEL
Didier HIEGEL
Au Luxembourg, le nombre de personnes nouvellement infectées par le virus d'immunodéficience humaine (VIH) a baissé pour la première fois depuis 2015. 43 cas ont été recensés en 2018 contre 60 en 2017 et 68 en 2016.

C’est peut-être un signe. L’année dernière marquait la première étape du nouveau plan d’action national VIH 2018-2022 et, pour la première fois depuis 2013, le nombre de nouveaux cas d’infection au VIH recensés au Luxembourg est en net recul.

Ces chiffres ressortent du rapport d’activité 2018 du Comité de surveillance du SIDA, des hépatites infectieuses et des maladies sexuellement transmissibles qui a été présenté ce jeudi après-midi au ministère de la Santé. 

En 2018, 90 nouvelles personnes infectées par le VIH ont été incluses au SNMI (Service National des Maladies Infectieuses ). Depuis 2013, ce chiffre est pour la première fois en baisse par rapport à l’année précédente (101 personnes en 2017). Cette diminution provient notamment d’une diminution des nouvelles infections (43 par rapport à 60 en 2017), chez les hommes mais pas chez les femmes, et en particulier par voie hétérosexuelle (14 par rapport à 31 en 2017) et au sein des usagers de drogue (4 par rapport à 10).

Quel que soit le mode de contamination, c’est la tranche des 26-35 ans qui est la plus touchée avec 18 cas. Elle est suivie par la tranche d’âge des 36-44 ans et des 45-54 ans, avec neuf cas chacune.

La PrEP,  «outil majeur de prévention»

Une augmentation des nouvelles infections par voie homo ou bisexuelle, avec 21 cas par rapport à 15 en 2017, a été constaté malgré l’implémentation de la PrEP (prophylaxie préexposition) depuis 2017. La majorité des nouvelles infections au sein de ce groupe touche les 26-35 ans (11 sur 21).

«La PrEP au VIH consiste à prendre un comprimé par jour pour éviter une infection lorsque la personne a des rapports/des comportements à haut risque d’attraper le VIH. La PrEP est devenue un outil majeur de prévention en Europe car elle inclut également l’éducation sur les préservatifs, les vaccinations et les dépistages réguliers pour les IST (infections sexuellement transmissibles», a indiqué la présidente du Comité SIDA, Dr Carole Devaux.

Moins de toxicomanes infectés

Au Luxembourg, 118 personnes sont actuellement sous PrEP avec un âge médian de 37 ans. Cette offre s’adresse surtout aux hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes (97%), une seule femme est sous traitement. Aucune contamination par le VIH n’a été rapportée à ce jour, grâce à un suivi régulier. Le traitement est remboursé par la CNS et dispensé par la pharmacie du Centre Hospitalier de Luxembourg.


DIY Aids Test, HIV, VIH, Sida, Foto Lex Kleren
Les autotests VIH «sous peu» en grandes surfaces
Sans donner de date précise, le ministre de la Santé, Etienne Schneider, a annoncé ce mercredi la commercialisation des dispositifs d'autodiagnostic du sida.

Autre bonne nouvelle, la flambée épidémique chez les usagers de drogue par voie intraveineuse semble stoppée. Elle retrouve un niveau identique à celui de 2010 après une croissance exponentielle et un pic en 2016 (21 cas). 

«La distribution de quelque 500 seringues à usage unique en 2018 a considérablement freiné le nombre de contaminations», a commenté Etienne Schneider (LSAP), le ministre de la Santé, qui est aussi revenu sur la vente des autotests.

 Se protéger soi-même et les autres

Afin de faciliter l’accès au diagnostic du VIH, le ministre de la Santé a indiqué que des autotests seront vendus prochainement dans les pharmacies, au prix de 25 euros. A l'automne, ils seront également vendus dans les supermarchés. Grâce à ces tests, toute personne pourra procéder à l’autodiagnostic, en toute discrétion et confidentialité chez elle, en moins d’une demi-heure, d’une éventuelle infection par le VIH qui remonte à plus de trois mois.

«Le Luxembourg offrira une option complémentaire de dépistage du VIH qui contribue en même temps à supprimer certaines barrières au diagnostic. Une personne qui connaît son statut sérologique peut adapter son comportement en conséquence et ainsi se protéger soi-même et les autres», a rappelé Etienne Schneider.

La vente des autotests sera accompagnée d’une fiche informative à tout acheteur en français, allemand, portugais et anglais. Les coordonnées du service HIV Berodung de la Croix-Rouge luxembourgeoise pour des informations supplémentaires ou un accompagnement psycho-social, sont indiquées dans la notice d’utilisation du kit de l’autotest et les informations relatives aux autotests seront disponibles sur le site www.aids.lu et www.sante.lu telles que les coordonnées téléphoniques du Service national des maladies infectieuses (SNMI) joignable 24h/24h.

Les autotests sont disponibles en France depuis 2015 dans les pharmacies.
Les autotests sont disponibles en France depuis 2015 dans les pharmacies.
Photo: Lex Kleren



Sur le même sujet

Être HSH et séropositif au Luxembourg: Deux homosexuels témoignent
Ils ont des relations sexuelles avec d'autres hommes et sont séropositifs ou séronégatifs. Ils vivent au Luxembourg et pensent que la peur n'évite pas le danger. A l'aube du remboursement de la PrEP en France, deux gays témoignent de leur quotidien et de leur combat pour la vérité.