Changer d'édition

Premier débat pour les Français du Luxembourg
Luxembourg 3 min. 02.02.2019

Premier débat pour les Français du Luxembourg

Au premier étage du café Le Français, place d'Armes, 30 à 40 Français du Luxembourg ont pris part au premier rendez-vous du Grand Débat.

Premier débat pour les Français du Luxembourg

Au premier étage du café Le Français, place d'Armes, 30 à 40 Français du Luxembourg ont pris part au premier rendez-vous du Grand Débat.
Photo: Anne Fourney
Luxembourg 3 min. 02.02.2019

Premier débat pour les Français du Luxembourg

Anne FOURNEY
Anne FOURNEY
Ils étaient entre 30 et 40 Français à avoir répondu à l'appel pour ce premier rendez-vous organisé dans le cadre du Grand Débat. Des discussions et réflexions animées, à la sauce luxembourgeoise.

Les conseillers consulaires des Français au Luxembourg ont organisé plusieurs rendez-vous dans le cadre du Grand Débat national. Trente à quarante Français ont ainsi répondu à l'appel et se sont rassemblés au premier étage du café Le Français sur la place d'Armes à Luxembourg. 

Une petite fiche d'une douzaine de points était posée sur chaque table afin de donner une trame à ce premier débat, dont le thème était "Plus de force à la démocratie et quelles modalités pour la participation directe". Parmi ces points: la reconnaissance du vote blanc, le vote obligatoire, le scrutin proportionnel aux législatives, aux territoriales… Bien sûr, les "gilets jaunes" ont été évoqués à plusieurs reprises. Les fondements de la démocratie ont été remis sur table, en faisant référence à plusieurs reprises au référendum de 2005 (ratification de la Constitution européenne), considéré par certains comme une fracture démocratique, certains évoquant «la difficulté de trouver un équilibre entre la démocratie représentative et la démocratie directe».

Les participants ont commencé par échanger pendant environ 45 minutes entre eux avant que le débat ne soit animé par les conseillers consulaires, qui veillaient à ce que le temps de parole de chacun soit respecté et que tous puissent s'exprimer.


Le Grand débat pour les Français du Luxembourg aura bien lieu
Le Grand débat national, lancé par Emmanuel Macron et qui peinait à trouver un endroit pour l'accueillir au Luxembourg, aura bien lieu dans les prochaines semaines à Luxembourg-Ville et Howald.

Le modèle luxembourgeois inspire une bonne partie de ces Français de l'étranger: par sa coalition «avec des partis qui se parlent», et aussi avec «une monarchie plus démocratique qu'en France puisqu'ici les résidents français peuvent voter aux communales, ce qui n'est pas le cas en France», a-t-il été souligné, avant d'ajouter que les pétitions au Luxembourg sont accessibles à tous, y compris les frontaliers.

Certains ont apporté leur regard d'expatrié de longue date, ayant vécu dans différents pays. Deux dames ont fait part de leur expérience au Canada, qui leur a donné du recul sur leur perception de la France. L'une d'elle estime ainsi que le mouvement des "gilets jaunes" est sain, car le fait que les Français descendent dans la rue pour protester, c'est parce qu'ils réfléchissent. 

Le référendum de 2005 refait surface

«Beaucoup de membres du parti La République en Marche étaient présents ce soir, dont le député Pieyre-Alexandre Anglade, et je suis vraiment heureuse qu'il soit venu. Cependant le débat n'était pas politisé, c'était une vraie réflexion de fond», estime Monique Dejeans, conseillère consulaire des Français au Luxembourg et l'une des organisatrices de ce débat. «Beaucoup de LREM sont jeunes en politique ce qui permet aussi, certainement, d'éviter que le débat ne soit trop politisé. Nous allons probablement organiser d'autres débats similaires pour les Européennes.»

Pieyre-Alexandre Anglade a pris beaucoup de notes pendant ce débat. «Ce que j'ai noté ce soir me servira dans ma fonction de député, dans mes discussions à l'Assemblée et avec les ministres.» Le député des Français du Benelux a ouvert un cahier de doléances en ligne qui a rencontré un franc succès, preuve que les Français de l'étranger se sentent concernés et ont envie de participer au Grand Débat national. «Le débat d'aujourd'hui a beaucoup tourné autour du référendum de 2005. La crise politique que nous traversons aujourd'hui en France trouve ses racines dans ce contournement du vote des Français qui ne se sont pas sentis considérés ni entendus en 2005.» 

Prochain rendez-vous: jeudi 7 février à 18h30 chez Nature Elements à Howald sur le thème de la Transition écologique.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet