Changer d'édition

«Pouvoir tester la population à grande échelle»
Luxembourg 6 min. 02.04.2020

«Pouvoir tester la population à grande échelle»

Les tests utilisés au Luxembourg figurent parmi les plus fiables du marché.

«Pouvoir tester la population à grande échelle»

Les tests utilisés au Luxembourg figurent parmi les plus fiables du marché.
Photo: AFP
Luxembourg 6 min. 02.04.2020

«Pouvoir tester la population à grande échelle»

Impliqué dans la recherche d'un protocole de lutte contre la pandémie, l'institut luxembourgeois de la santé milite pour augmenter le nombre de personnes testées au covid-19. Explications avec le professeur Markus Ollert, responsable du service recherche.

(ER avec wel) - Dermatologue et allergologue, le professeur Markus Ollert dirige depuis 2014 le service de recherche du département des maladies infectieuses et immunitaires de l'Institut luxembourgeois de la santé (LIH).  Au côté de ses collaborateurs, il travaille actuellement 24 heures sur 24 au service de la task force nationale covid-19 de «Luxembourg Research». Nos confrères du Luxemburger Wort l'ont rencontré. Interview. 

Vous venez de rentrer d'Asie, comment la pandémie est-elle traitée dans cette région du monde?

Markus Ollert: «Les Asiatiques sont très disciplinés, portent des masques de protection, désinfectent consciencieusement, gardent une distance physique dans les files d'attente. Il y règne une certaine discipline. Bien sûr, ce continent a aussi plus d'expérience en matière d'épidémies de virus comme le SRAS, par exemple. L'Asie a été mieux préparée à la situation actuelle. Il est parfois incroyable de voir comment les Européens font face à la pandémie. Ils ne tiennent pas compte des annonces et ne sont pas conscients du danger qu'ils peuvent créer à cause de leur comportement.


Blitzer-Marathon der Police, Polizei, Grand-Ducale, N13, Frisange, le 18 avril 2018. Photo: Chris Karaba
Les rassemblements dans le viseur de la police
Que ce soit dans la rue, les zones piétonnes ou aux alentours des terrains de jeu, nombre de personnes ont tendance à se retrouver pour discuter. Des regroupements, désormais interdits qui «représentent la majorité des manquements» constatés par la police.

A propos de la maladie, il a été dit que les enfants ne pouvaient pas tomber gravement malades, mais des études d'un hôpital chinois font état aujourd'hui de décès...

«Des cas individuels aux États-Unis, en Espagne, en France ou en Belgique existent. Cependant, il y a peu d'enfants qui présentent certains facteurs de risques génétiques que nous ne connaissons pas encore. Ils développent un syndrome inflammatoire grave et peuvent même en mourir. Cependant, la majorité des enfants ne présentent que peu ou pas de symptômes, tout au plus un léger rhume. Il faut également se rappeler que les Chinois ont d'abord eu des problèmes avec les tests de diagnostic, ces derniers manquaient de fiabilité. 


Lokales,Laboratoires Réunis-Corona-Test Drive-In.Junglinster. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Le Luxembourg veut étendre le dépistage
Si à ce jour 16.000 examens ont déjà été réalisés, le ministère de la Santé souhaite organiser des tests à plus grande échelle encore. Dans une circulaire adressée aux médecins, le gouvernement vise notamment les personnes qui ne présentent que des symptômes légers de la maladie.

Une étude a maintenant révélé que cinq patients gravement malades en Chine ont été traités avec le plasma de patients ayant été guéris du coronavirus. Est-ce aussi une option au Luxembourg ?

«C'est déjà planifié au CHL, le protocole de l'étude est en cours de rédaction. Nous devons mettre au point un test de neutralisation du virus pour déterminer que le plasma du donneur potentiel supprime effectivement l'infection. Nous sommes occupés à tester cela en laboratoire, il sera prêt à être utilisé la semaine prochaine. La Croix-Rouge et la banque du sang luxembourgeoise soutiennent également cette approche. 

Il faut également savoir que toutes les thérapies expérimentales que nous utilisons actuellement contre le covid-19 entraîneront une pénurie de médicaments sur le marché mondial dans quelques semaines. La demande est trop élevée et la production n'est pas encore en mesure de suivre. La thérapie plasmatique constitue donc une alternative valable. Et qui plus est probablement très efficace pour les personnes gravement atteintes mais qui pourrait aussi être la seule thérapie que nous puissions proposer dans les semaines à venir.


German doctor Michael Grosse takes a sample from a car driver through the window on March 27, 2020 at a drive through testing point for the novel coronavirus on a parking in Halle, eastern Germany. - German researchers plan to regularly test over 100,000 people to see if they have overcome infection with COVID-19 to track its spread, an institute behind the plan confirmed on March 27, 2020. (Photo by Ronny Hartmann / AFP)
Luxembourg, champion du monde des tests
Le gouvernement a fait le point, ce vendredi, sur la situation liée à la crise sanitaire. Luxembourg compte désormais 1.605 infectés et 15 décès du covid-19. Avec 13.738 examens de dépistage, en proportion, le Grand-Duché apparaît comme le pays qui teste le plus au monde.

 Mais pour cela, ne faut-il pas mettre en place une campagne de tests plus large pour savoir qui développe des anticorps?

«Non, pas pour la thérapie par transfusion de plasma. Ici, nous ne testons que les personnes qui ont subi le covid-19. Notre objectif doit être de tester toute la population au cours des prochains mois et que chacun reçoive ensuite une sorte de passeport d'immunité face au coronavirus sur lequel on retrouverait les tests effectués et leurs résultats. Notre objectif est de mettre en place la procédure de tests d'anticorps dans un délai de quatre semaines, afin de pouvoir ensuite tester la population à grande échelle.

Actuellement, les personnes infectées doivent rester en quarantaine pendant deux semaines. Après cette période, elles sont virtuellement relâchées dans la nature. Mais il y a des cas qui sont toujours positifs après trois semaines de quarantaine, savez-vous pendant combien de temps une personne peut-être infectée?

«C'est une excellente question. Il s'agit d'une déclaration basée sur l'expérience et les connaissances actuelles selon lesquelles, après deux semaines, une personne infectée a développé suffisamment d'anticorps pour supprimer le virus. Toutefois, il est difficile de le prévoir pour chaque cas. Il faut conseiller à tout le monde de se tenir à distance après deux semaines de quarantaine pour être certain de ne pas infecter quelqu'un. 


Faites-vous tester à Junglinster, Marnach et Bascharage
Trois «drive-in» sont entrés en service au Luxembourg mercredi. Les résidents en possession d'une prescription médicale peuvent y subir un test de dépistage au coronavirus. 800 personnes s'y sont soumises sur la seule journée de mercredi

Normalement, on considère que vous êtes guéris ou que vous n'êtes pas porteur du virus que si vous avez effectué deux ou trois tests à 24 heures d'intervalle. Si on combine ce diagnostic avec celui d'un anticorps et qu'on constate ensuite que la personne a développé des anticorps et n'est pas porteuse du virus, elle est effectivement guérie. Nous ne pratiquons pas ces tests immunologiques actuellement car toutes nos capacités d'analyses sont concentrées en priorité pour le diagnostic des personnes gravement malades.

Existe-t-il suffisamment de tests pour détecter le virus?

«Le gouvernement luxembourgeois fait tout son possible pour que les habitants du pays disposent d'un maximum de tests de très bonne qualité. Nous avons évalué tous les tests disponibles et seuls les meilleurs tests du marché sont utilisés. En outre, plusieurs laboratoires dans le pays ont mis au point des tests de détection efficaces, ce qui nous rend indépendant des fournisseurs étrangers.


Für den Kampf gegen das Corona-Virus ist es entscheidend, dass Forscher die Funktionsweise und die Muster der Verbreitung besser verstehen.
La riposte de la recherche face au covid-19
La recherche tente par tous les moyens de trouver une molécule efficace contre le covid-19. Le Grand-Duché apporte sa pierre à l'édifice et pourrait commencer des tests cliniques avec un antiviral expérimental développé pour traiter le virus Ebola.

Dans combien de temps pensez-vous que le vaccin sera disponible?

«Les vaccins à base d'ARN seront probablement développés plus rapidement, mais je ne suis pas sûr qu'ils produiront l'immunité nécessaire. Je suis toujours un défenseur de la technologie classique des vaccins qui mobilisent 30 entreprises à travers le monde. Je pense qu'un vaccin pourrait être disponible début 2020 et déjà testé.

Le principe de l'immunité collective nous aide-t-il?

«En principe, oui. Selon les calculs, l'épidémie est contenue si 60% d'un groupe est immunisé, simplement parce que la probabilité que le virus rencontre une personne non immunisée est réduite. Cela peut se faire par infection naturelle ou par vaccination. Mais c'est un dilemme majeur, d'autant plus que nous ne savons pas qui sera alors gravement malade. Sur un groupe de 20, 30 jeunes, ce sera probablement le cas pour l'un d'entre eux. Ce que Boris Johnson ou même les Suédois ont proposé est éthiquement très discutable. Cette approche aurait été complètement rejetée il y a quelques années pour d'autres maladies.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«L'incertitude des tests n'est pas dramatique»
Alors que le Luxembourg s'apprête à entamer une deuxième phase de dépistage de masse, une incompréhension est née autour de cas de personnes infectées par le covid-19 mais passées à travers les mailles du filet. 20% des gens testés, ou 0,2%? Jean-Claude Schmit, le directeur de la Santé, précise les chiffres.
Lokales,Pressekonferenz Coronavirus,Dr.Jean-Claude Schmit. Gesundheitsministerium. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
L'efficacité des masques en débat
Le recours aux masques face au coronavirus a été spontané et massif dans certaines régions d'Asie, tandis que les pays occidentaux, d'abord réticents, commencent à recommander leur usage généralisé. Cependant l'efficacité de cette stratégie fait toujours débat.
Libyans wearing protective face masks queue in front of a bank in the centre of the capital Tripoli on April 1, 2020, amidst the novel coronavirus pandemic crisis, on April 1, 2020. (Photo by Mahmud TURKIA / AFP)
Une task force «recherche» s'active dans la crise
Données statistiques, scénarios envisageables, études cliniques,... Une task force de l'Université du Luxembourg crée les liens entre chercheurs et a pour mission d'apporter aux décideurs les éléments de décisions sur la crise du coronavirus.
14.05.14 LCSB , Belval, forschung, Team um Paul Wilmes : Biodiesel Biosprit durch Abwasser, Foto: Marc Wilwert
Le Luxembourg veut étendre le dépistage
Si à ce jour 16.000 examens ont déjà été réalisés, le ministère de la Santé souhaite organiser des tests à plus grande échelle encore. Dans une circulaire adressée aux médecins, le gouvernement vise notamment les personnes qui ne présentent que des symptômes légers de la maladie.
Lokales,Laboratoires Réunis-Corona-Test Drive-In.Junglinster. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
L'hydroxychloroquine utilisée au CHL
Les responsables du centre hospitalier ont présenté, ce jeudi, les contours de l'essai clinique européen Discovery. Des patients hospitalisés au CHL et qui reçoivent déjà de l'hydroxychloroquine, médicament qui présente un intérêt dans le traitement du covid-19, seront intégrés dans l'étude.
(FILES) In this file photo taken on February 26, 2020, medical staff shows o at the IHU Mediterranee Infection Institute in Marseille, packets of a Nivaquine, tablets containing chloroquine and Plaqueril, tablets containing hydroxychloroquine, drugs that has shown signs of effectiveness against coronavirus. - Hydroxychloroquine, an antimalarial drug dubbed a "gift from God" by US President Donald Trump for its potential ability to fight the new coronavirus, was found to be no more effective than standard treatment in a small Chinese study. The paper, which was published in the Journal of Zhejiang University on March 6, 2020, looked at 30 COVID-19 patients, half of whom received the medicine. (Photo by GERARD JULIEN / AFP)