Changer d'édition

Pourquoi se fait-on inhumer dans les cimetières forestiers?
L'allée centrale est la pelouse de dispersion des cendres. Les dépôts de cendres se font dans la terre au pied d'un arbre.

Pourquoi se fait-on inhumer dans les cimetières forestiers?

Virginie Orlandi
L'allée centrale est la pelouse de dispersion des cendres. Les dépôts de cendres se font dans la terre au pied d'un arbre.
Luxembourg 9 5 min. 28.10.2016

Pourquoi se fait-on inhumer dans les cimetières forestiers?

Virginie ORLANDI
Virginie ORLANDI
A la place des tombes, des arbres. Un retour à la nature vierge au terme du dernier voyage. Les enterrements verts sont-ils nombreux au Luxembourg qui compte six cimetières forestiers et une dizaine de projets en cours? Qui décide de se faire inhumer dans la nature et pourquoi? C'est au cimetière forestier de Cessange que nous sommes allés chercher les réponses.

C'est au bout d'un chemin vicinal que le panneau indique le cimetière et la forêt. Au Bëschkierfecht, on ne trouve pas de tombes, de stèles ou d'ornementations rappelant qu'on est dans un cimetière. Il n'y a que la forêt, rousse en cette période de Toussaint, et silencieuse.

Jempi Procacci attend à l'orée du bois pour nous faire visiter les lieux: depuis 2014, il s'occupe des enterrements verts de la Ville de Luxembourg.

Au service national des forêts, on nous a expliqué l'intérêt grandissant que les communes du pays ont pu avoir pour ce type de cimetières.

"Depuis 2011, on a vu de nombreuses parcelles de forêt se transformer en cimetières: c'était une volonté politique. Le retour à la nature au moment de la mort vient de Suisse et de Grande-Bretagne mais ce sont surtout nos voisins allemands qui ont développé le concept: le plus grand cimetière forestier se trouve à Hambourg".

Au Luxembourg, le premier cimetière de ce genre a été créé à Betzdorf en 2011. Depuis, Esch-sur-Alzette, Schifflange, Differdange, Wiltz et Luxembourg-Ville lui ont emboîté le pas et une dizaine de projets est en cours dans le pays.

33 inhumations depuis 2014

D'après Jempi Procacci, l'intérêt pour les enterrements verts est loin de faire l'unanimité auprès du public.

Des cérémonies peuvent être célébrées au moment de l'inhumation du défunt. Elles se déroulent dans cet abri et peuvent être religieuses ou laïques.
Des cérémonies peuvent être célébrées au moment de l'inhumation du défunt. Elles se déroulent dans cet abri et peuvent être religieuses ou laïques.
Virginie Orlandi

"Le Bëschkierfecht a ouvert en 2014 et depuis nous avons procédé à 33 inhumations: 18 dépôts et 15 dispersions de cendres. Cette année, il y a eu six dépôts et deux dispersions. Ce qui n'est pas beaucoup. Il y a davantage de dispersions au cimetière de Merl qui dispose depuis 30 ans d'une pelouse prévue à cet effet".

Lors de la dispersion, les cendres sont éparpillées sur le sol, le long de la pelouse. Il s'agit de la longue allée centrale bordée par les arbres du cimetière. Les cendres sont dispersées sur les bords de l'allée.

"Les gens ne semblent pas encore prêts à ce genre de sépultures", poursuit Jempi Procacci. "Lorsqu'ils assistent à une dispersion, certains me disent préférer être dans une tombe, dans un cimetière. Le dépôt de cendres rassemble davantage, c'est pour ça que nous en faisons plus".

Le dépôt de cendres se fait au pied d'un arbre. On ouvre une parcelle d'un mètre de long, 30 centimètres de large et 20 centimètres de profondeur et les cendres y sont déposées.

"Lors de la cérémonie, les gens peuvent recouvrir les cendres de terre, faire leurs adieux au défunt: cela ressemble plus à un enterrement. Une plaquette avec le nom et les dates de la personne est ensuite suspendue au tronc de l'arbre", raconte le responsable du Bëschkierfecht.

Dix personnes par arbre

A la place des tombes, il y a les arbres et lorsque l'on marche dans ce bois, on aperçoit sur leur tronc, une petite plaquette ou à leurs pieds, un bouquet de fleurs.

"Les gens peuvent déposer des ornementations mais elles doivent être périssables: aucun papier, aucun plastique. Nous devons respecter la nature", rappelle Jempi Procacci.

Chaque arbre peut accueillir jusqu'à dix personnes pour une durée allant de 15 à 30 ans. Les taxes de concessions, dépôts et dispersions des cendres sont moins onéreux que dans un cimetière traditionnel.

Une concession de 15 ans coûte 200 euros par personne et de 30 ans, 400 euros. On peut également acheter dix emplacements, c'est-à-dire un arbre: pour 15 ans, il faut compter 2.000 euros et pour 30 ans, 4.000 euros.

"Dernièrement, une famille est venue acheter une concession de 30 ans pour trois personnes", explique le garde forestier, "ils seront inhumés au pied du même arbre et leur plaquette restera sur le tronc de celui-ci pendant 30 ans".

Les concessions s'achètent auprès de l'état civil. On ne peut pas choisir son arbre de son vivant. En revanche, les proches du défunt pourront indiquer l'arbre au moment du décès.

Des cérémonies religieuses ou laïques

Les enterrements verts peuvent être accompagnés de cérémonies, le prix de l'inhumation est doublé dans ce cas. Pour faire du bois de Cessange sa dernière demeure, il faut résider en ville au moment du décès.

"Les cérémonies peuvent être religieuses ou laïques", précise Jempi Procacci. "Elles peuvent être célébrées par le bourgmestre, un échevin ou un ministre du culte . L'autre jour, Lydie Polfer a rendu le dernier hommage lors d'un dépôt de cendres".

Les cendres arrivent du crématorium de Hamm dans une urne et sont dispersées ou déposées par l'agent municipal en présence de la famille. Au Luxembourg, il n'est pas possible de garder les cendres d'un défunt chez soi ou de les mélanger à celles d'une autre personne comme c'est le cas dans d'autres pays d'Europe. Il existe des délais pour l'inhumation et le dépôt des urnes cinéraires est interdit.

"Les gens qui se font enterrer ici sont souvent des personnes pour lesquelles la nature revêt un caractère particulier et qui ont souhaité retourner à la terre d'une manière entière", explique le garde forestier. "L'été, il n'est pas rare de voir des promeneurs flâner, déposer des fleurs. Il y a un côté soucieux de l'environnement dans ce type d'enterrements: quand les arbres sont les tombes, il n'y a pas besoin de les entretenir".

Le cimetière forestier de Cessage compte quatre parcelles. Pour l'instant, seule l'une d'entre elles, composée de hêtres et de chênes, accueille les 33 défunts qui ont choisi la nature pour dernier sanctuaire.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.