Changer d'édition

Pourquoi les soignants ne sont plus visés par la 4e dose?
Luxembourg 2 min. 17.08.2022
Covid-19 au Luxembourg

Pourquoi les soignants ne sont plus visés par la 4e dose?

Le personnel soignant a été initialement vacciné en priorité vers la fin de l'année 2020, début 2021.
Covid-19 au Luxembourg

Pourquoi les soignants ne sont plus visés par la 4e dose?

Le personnel soignant a été initialement vacciné en priorité vers la fin de l'année 2020, début 2021.
Photo : Shutterstock
Luxembourg 2 min. 17.08.2022
Covid-19 au Luxembourg

Pourquoi les soignants ne sont plus visés par la 4e dose?

Simon MARTIN
Simon MARTIN
La ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) a clarifié une nouvelle fois la position du gouvernement, expliquant que la situation sanitaire ne le justifiait pas, du moins pour le moment.

Il y a encore quelques mois, le monde politique s'échauffait autour de la question de l'obligation vaccinale pour tous. Aujourd'hui, on a parfois l'impression que le débat est tombé aux oubliettes, bien que le groupe d'experts du gouvernement plaide pour la vaccination obligatoire des plus de 50 ans et que l'exécutif planche toujours sur un arsenal législatif à ce sujet. 


This photo taken on August 9, 2022 shows a laboratory technician working at a Covid-19 testing facility in Lhasa, in China's western Tibet Autonomous Region. (Photo by CNS / AFP) / China OUT
Le sous-variant Omicron BA.5 est toujours majoritaire
Il n'aura suffi que d'une poignée de jours pour que ce sous-variant, plus contagieux mais pas plus dangereux, représente plus de 90% des contaminations au covid-19 au Luxembourg. Voici ce que l'on sait sur lui.

Néanmoins, il semblerait que la question de l'injection forcée n'a plus tellement de sens aujourd'hui, surtout au regard des données concernant les hospitalisations. Justement, quid de la vaccination du personnel soignant? Celui-ci a également été tout un temps dans le viseur des autorités concernant la vaccination obligatoire. Cela ne semble plus être le cas aujourd'hui. 

En effet, à la mi-juillet, le ministère de la Santé recommandait une 4e dose du vaccin pour les personnes de plus de 60 ans et les personnes immunodéprimées. «Outre ces 2 groupes de personnes, le personnel soignant est également exposé à un risque sanitaire élevé», indique le député Marc Spautz (CSV). Ce dernier s'est étonné, dans une question parlementaire, de l'absence de possibilité d'une quatrième dose du sérum pour les infirmiers et infirmières sur base du volontariat.   

Une approche qui ne «fonctionne plus»

En guise de réponse, la ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) a justifié cela par le fait que le personnel soignant a été initialement vacciné en priorité vers la fin de l'année 2020, début 2021. «Et ce, afin d'établir un «cordon sanitaire» autour des patients vulnérables et ainsi les protéger contre l'infection», a-t-elle dit. Or, comme l'a également précisé le groupe d'experts, cette approche ne fonctionne plus actuellement, car le vaccin ne prévient pas efficacement l'infection par le variant Omicron. «Le vaccin conserve toutefois une efficacité sur une possible évolution grave de la maladie».


ARCHIV - 29.12.2021, Berlin: Eine Intensiv-Krankenschwester betreut einen Covid-19-Patienten auf der Intensivstation des Gemeinschaftskrankenhauses Havelhöhe. (zu dpa RKI: Keine Entwarnung trotz sinkendem Corona-Trend - Impfbedarf groß) Foto: Christoph Soeder/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le covid-19 poursuit sa décrue au Luxembourg
Toutefois, quatre nouveaux décès en lien avec une infection au virus ont été recensés au cours de la semaine du 1er au 7 août.

Selon la ministre, il est donc bien plus logique de privilégier la vaccination des personnes à risque. En effet, Paulette Lenert juge que le personnel de santé ne présente pas de risque sanitaire pour plusieurs raisons. «Tout d'abord, le variant Omicron évolue moins gravement chez les personnes de moins de 60 ans. Ensuite, le personnel soignant applique strictement les prescriptions d'hygiène, et se protège systématiquement avec des masques qui sont toujours obligatoires dans ce secteur. Enfin, le personnel de santé a actuellement une bonne immunité de base en raison des vaccinations passées et des infections possibles», justifie la ministre.

Elle indique toutefois que les membres du personnel âgés de plus de 60 ans peuvent être vaccinés comme toutes les autres personnes. «Il est tout à fait possible qu'à l'automne, lorsqu'un vaccin adapté sera disponible, un quatrième vaccin soit proposé aux personnels de santé, et probablement aussi à la population générale», conclut la ministre.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Une étude menée sur 4.000 patients aux Pays-Bas et parue dans la revue scientifique médicale The Lancet montre que 12% de personnes frappées par le covid développent une séquelle spécifiquement liée à la maladie.
Au Luxembourg, le gouvernement a tout un temps parlé de 10% de personnes présentant une affection post-covid.
Comme pour les injections anti-covid pour les adultes, le Luxembourg se déterminera sur l'opportunité de proposer le sérum aux mineurs une fois la formule validée par l'Agence européenne des médicaments (EMA).
Si AstraZeneca livre dans les temps sa première cargaison de sérum anti-covid au Luxembourg, la phase 1 de la campagne vaccinale pourrait s'achever en avance, estime Paulette Lenert.
ARCHIV - 27.12.2020, Nordrhein-Westfalen, Emsdetten: Der Infektiologe Burkhard Frase zieht die erste Spritze im St. Josef-Stift in Emsdetten mit dem Impfstoff auf. Dort wurden am 27. Dezember mehr als 90 Bewohner geimpft. (zu dpa: «Vier-Wochen-Impfbilanz: Impfungen in 2000 Heimen - 300 stehen noch aus») Foto: Guido Kirchner/dpa +++ dpa-Bildfunk +++