Changer d'édition

Pourquoi la semaine de 4 jours n'est pas une si bonne idée
Luxembourg 4 min. 08.03.2022
Travail au Luxembourg

Pourquoi la semaine de 4 jours n'est pas une si bonne idée

Pour les deux syndicats, il convient plutôt de discuter sur une réduction générale du temps de travail ou le développement de modèles de travail plus flexibles comme le télétravail.
Travail au Luxembourg

Pourquoi la semaine de 4 jours n'est pas une si bonne idée

Pour les deux syndicats, il convient plutôt de discuter sur une réduction générale du temps de travail ou le développement de modèles de travail plus flexibles comme le télétravail.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 4 min. 08.03.2022
Travail au Luxembourg

Pourquoi la semaine de 4 jours n'est pas une si bonne idée

Simon MARTIN
Simon MARTIN
Sur papier, la démarche a de quoi séduire. Dans les faits, syndicats et ministère s'accordent sur les impacts négatifs d'une telle mesure.

L'idée peut paraître loufoque et pourtant, la semaine de quatre jours s'inscrit de plus en plus dans une démarche de réflexion globale sur le marché du travail. Le débat s'est d'ailleurs immiscé dans le paysage politique belge il y a quelques semaines. Afin d'augmenter le taux d'emploi, les politiques du pays ont ainsi adopté toute une série de mesures, dont la semaine de quatre jours. Celle-ci s'adresserait aux travailleurs à temps plein, à qui il pourrait être proposé de répartir leurs 38 heures de travail hebdomadaires sur quatre jours, au lieu des cinq habituels. Un gain de liberté non négligeable pour les salariés, qui pourront autrement s'organiser selon un régime hebdomadaire variable. 


Photo: AFP
Le LCGB réclame une meilleure égalité des genres
Le 8 mars marque la journée internationale des droits des femmes, l'occasion pour le LCGB de réclamer davantage d'égalité.

Mais du côté du Luxembourg, est-ce qu'une mesure similaire pourrait-elle un jour être mise en place? Est-ce envisageable? Pour les deux syndicats luxembourgeois que sont le LCGB et de l'OGBL, le débat doit s'inscrire dans une réflexion plus globale sur le travail. «Les revendications du LCGB portent sur une meilleure conciliation entre vie professionnelle et privée par une réduction du temps de travail. Par exemple: par le biais des gains de productivité dus à la digitalisation», fait notamment remarquer Christophe Knebeler, secrétaire général adjoint du LCGB. 

«Le droit au temps partiel fait également partie de nos revendications et a déjà été abordé fin 2020, sans conclusions, au Comité permanent du travail et de l’emploi (CPTE). Une autre revendication du LCGB est également d'œuvrer pour une meilleure flexibilité du temps de travail dans l'intérêt de la conciliation entre vie professionnelle et privée», poursuit-il.

L'Islande en exemple de réussite

Frédéric Krier, membre du bureau exécutif de l'OGBL, rappelle également que la semaine de quatre jours ne représente pas moins d'heures de travail. «D'une manière générale, un peu comme les syndicats belges, nous ne trouvons pas qu'il s'agit d'un pas en avant car ce n'est pas lié à une réduction du temps de travail en lui-même, contrairement à ce qu'on a pu voir dans d'autres pays comme l'Islande par exemple. De plus, des études montrent que ce régime de travail ne fonctionne pas forcément dans la durée. Ainsi, une baisse de productivité peut être remarquée.»


ILLUSTRATION - Zum Themendienst-Bericht vom 12. November 2020: Alles gleichgültig: Haben Mitarbeiter innerlich gekündigt, braucht es oft ein klärendes Gespräch mit der Führungskraft, um den Ursachen auf die Spur zu kommen. Foto: Klaus-Dietmar Gabbert/dpa-tmn - Honorarfrei nur für Bezieher des dpa-Themendienstes +++ dpa-Themendienst +++
La démission est-elle au bout du tunnel?
Démotivation, fatigue, envie de changements professionnels : la crise covid se traduit chez les salariés par de nombreuses remises en question. Après la houle virale, l'économie luxembourgeoise doit-elle craindre une vague de départs?

Le LCGB insiste également de son côté sur les contraintes que peuvent engendrer la semaine de quatre jours. «Même si une redistribution du temps de travail de 40h en 4 jours au lieu de 5 permettrait de disposer d'une journée libre hebdomadaire supplémentaire, il ne faut pas oublier que le temps de travail par jour va se rallonger d'office de 2 heures. Cela risque de compliquer plutôt que de faciliter la conciliation vie professionnelle-privée comme la garde des enfants. De plus, il ne faut pas négliger que l'allongement des heures de travail journalières fait également diminuer le temps de repos entre les jours de travail, ce qui peut également avoir un impact sur la santé et la sécurité au travail», note le syndicat. Un point également soulevé par l'OGBL.

Plutôt une réduction du temps de travail

Bref, pour les deux syndicats, il convient plutôt de discuter sur une réduction générale du temps de travail ou le développement de modèles de travail plus flexibles comme le télétravail pour assurer une meilleure coordination entre la vie familiale et la vie professionnelle. 


Male colleagues pointing fingers at upset female boss on meeting, tired sad woman leader experiencing gender discrimination at work, businessmen blaming bullying depressed businesswoman for mistake
Une femme sur deux est victime de sexisme au travail
C'est ce qui ressort d'un sondage réalisé par l'OGBL Equality, le département des femmes de l’OGBL. Deux victimes sur trois n'informent pas leur employeur de ce qu'elles subissent.

Quoi qu'il en soit, le dernier mot doit revenir au gouvernement qui doit avaliser et entériner un tel projet. Et de ce côté-là, le ministre du Travail Georges Engel (LSAP) n'est pas franchement partisan de la semaine de quatre jours. Ce dernier rejoint d'ailleurs l'avis des syndicats sur certains points. «Monsieur le ministre plaide plutôt pour une réduction du temps de travail que pour une répartition de la semaine de quarante heures sur moins de jours», explique son cabinet, contacté par notre rédaction.

Des mesures déjà existantes

Le cabinet ministériel note d'ailleurs qu'il existe déjà plusieurs mesures permettant une organisation plus flexible du temps de travail des salariés luxembourgeois. «A savoir le compte épargne-temps, le plan d'organisation du travail ou encore le télétravail. Dans tous les cas, toute décision par rapport à un changement au niveau du temps de travail devrait être réalisée après des discussions avec tous les partenaires sociaux concernés.»

A l'instar des syndicats, le ministre est également d'avis que la semaine de quatre jours peut poser des problèmes au niveau de la sécurité au travail. «Tandis qu'un employé de bureau peut facilement travailler dix heures par jour, de telles journées de travail peuvent devenir un véritable risque pour d'autres professions à tâche manuelle.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Selon une enquête de l'ONU Femmes publié en novembre 2021, quelque 45% de ces femmes dans 13 pays étudiés disent avoir été victimes, ou connaître une femme, qui a été victime de violences depuis le début de la pandémie.
ACHTUNG: SPERRFRIST 7. MÄRZ 11:00 UHR. ACHTUNG: BITTE BEACHTEN SIE DIE SPERRFRIST: 07.03.2022 UM 11:00 UHR !! - ARCHIV - 13.07.2021, Berlin: ILLUSTRATION - Eine Frau steht in ihrer Wohnung an einem Fenster. (gestellte Szene - zu dpa: «Die Corona-Pandemie macht Frauen unglücklicher als Männer») Foto: Fabian Sommer/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Dans un communiqué ce lundi, le syndicat se prononce fermement contre l'implantation du groupe Orpea au Grand-Duché. Le géant français des maisons de retraite est accusé de manquements graves dans la prise en charge de ses résidents.
(FILES) This file photo taken on February 10, 2022 shows the logo of an Orpea retirement home which reads as "Orpea, Life goes on with us", in Nantes, western France. - A preliminary investigation into "insider trading" has been opened to examine the resale of shares by the former CEO of the Orpea group before the publication of a scandalous book on abuse in retirement homes, the national financial prosecutor's office said on February 14, 2022. (Photo by LOIC VENANCE / AFP)