Changer d'édition

Pourquoi l'extension du tram se heurte à de fortes résistances

Pourquoi l'extension du tram se heurte à de fortes résistances

Pourquoi l'extension du tram se heurte à de fortes résistances
Problèmes à la Porte-Neuve

Pourquoi l'extension du tram se heurte à de fortes résistances


par Frederik WEMBER/ 13.08.2022

Afin de libérer de l'espace pour le tram et les voitures dans l'avenue de la Porte-Neuve, des arbustes et des arbres doivent être enlevés. Mais aucune décision définitive n'a encore été prise. Photo: Marc Wilwert

Des associations critiquent le projet de tracé du tramway à la Porte-Neuve : les travaux pourraient détruire des parcs et des vestiges de fortifications enfouis dans le sol.

Le plan national de mobilité 2035 prévoit l'extension du réseau de tram à plusieurs niveaux. Ainsi, le nouveau quartier résidentiel prévu «Kuebebierg» doit être relié au tram, tout comme celui d'Hollerich via la gare de la capitale et le Centre Hospitalier (CHL) via la route d'Arlon. Ce dernier projet suscite actuellement de nombreuses inquiétudes, car le tracé vers la route d'Arlon doit passer par l'avenue de la Porte-Neuve et le boulevard Royal. Cela pourrait avoir des conséquences négatives, avertissent deux associations.

La nouvelle ligne doit partir du pont Rouge vers la gauche en direction du centre-ville.
La nouvelle ligne doit partir du pont Rouge vers la gauche en direction du centre-ville.
Photo: Marc Wilwert

Très concrètement, cette nouvelle ligne doit quitter le tracé actuel du tramway en direction du Kirchberg et tourner à gauche depuis le pont Rouge pour emprunter l'avenue de la Porte-Neuve. Un arrêt y est notamment prévu à la hauteur de la Fondation Pescatore. Ensuite, la ligne passera par le Royal Hamilius jusqu'à la place de l’Etoile et continuera en direction de l'ouest jusqu'au CHL.


La nouvelle ligne de tram met en danger les chauves-souris
Une espèce vulnérable de chauves-souris est passée inaperçue avant le début de la coupe des arbres.

Le long de la Kinnekswiss, à l'avenue de la Porte-Neuve, une partie de la verdure doit être arrachée afin de continuer à offrir de la place pour les voies de circulation automobile malgré le tracé du tram en devenir. L'organisation de protection de la nature natur&ëmwelt y voit un problème.

«Ce ne sont pas les arbres qui doivent partir, mais les voitures»

Dans un communiqué, elle déplore qu'il ne soit pas possible qu'une ville tournée vers l'avenir et soucieuse d'un transport public respectueux du climat arrache des arbres et des haies pour ce même transport. Les mêmes griefs ont été adressés par Déi Lénk concernant le manque de verdure le long de la nouvelle N3.  

Selon l'organisation écologiste, il faut plutôt changer de point de vue et se demander quels moyens de transport sont souhaitables dans le centre-ville. «Ce ne sont pas les arbres qui doivent disparaître, mais les voitures à la Porte-Neuve», assènent-ils.

Un premier arrêt de tram devrait être construit à la hauteur de l'actuel arrêt de bus Pescatore. La rangée d'arbres devrait alors disparaître.
Un premier arrêt de tram devrait être construit à la hauteur de l'actuel arrêt de bus Pescatore. La rangée d'arbres devrait alors disparaître.
Photo: Marc Wilwert

Il est clair qu'il n'y a pas assez de place pour les piétons, les cyclistes, les bus, les trams et les voitures. Mais abattre des arbres qui sont importants pour le climat urbain ne peut pas être la solution, selon l'association : "Ces arbres jouent un rôle important dans le refroidissement de la ville, ce qui sera de plus en plus important à l'avenir. Ils constituent également un refuge pour différents oiseaux urbains protégés, ainsi que pour les chauves-souris», indique le communiqué.

Le patrimoine pourrait être détruit

C'est pourquoi ce n'est pas la nature, mais la voiture qui devrait renoncer à une place à la Porte-Neuve. Ainsi, toujours selon l'association, non seulement la ville conservera ses arbres, régulateurs de température et abritant des animaux utiles, mais le climat urbain ne sera pas davantage détérioré par les gaz d'échappement des voitures.

Si les canalisations et les conduites sont posées plus profondément, des fortifications intactes risquent d'être détruites.

Robert Wagner, Les Amis de la Forteresse

Et les protecteurs de la nature ne sont pas les seuls à s'opposer aux plans de Luxtram : l'association des Amis de la Forteresse voit également d'un œil critique la construction prévue. Elle craint que les travaux ne détruisent éventuellement des parties des fortifications, dont certaines se trouvent à seulement un mètre de profondeur. Dans la zone de l'avenue de la Porte-Neuve, il y a, selon le président de l'association, Robert Wagner, des fossés, des galeries et des mines dans le sol qui sont encore partiellement praticables.

Une association historique de la capitale met en garde contre le fait que des vestiges intacts de la forteresse se trouvent encore sous le sol dans cette zone et qu'ils pourraient maintenant être détruits.
Une association historique de la capitale met en garde contre le fait que des vestiges intacts de la forteresse se trouvent encore sous le sol dans cette zone et qu'ils pourraient maintenant être détruits.
Photo: Marc Wilwert

Robert Wagner estime qu'il y a un risque, notamment en cas de travaux hors route et en dessous de la profondeur des travaux routiers actuels : «Si vous restez à la hauteur des travaux actuels, rien ne peut être détruit. Mais si la ville pose par exemple de nouvelles canalisations et conduites à une plus grande profondeur dans le cadre des travaux du tramway, elle menace de détruire les fortifications».

La chapelle du Glacis comme exemple d'avertissement

Robert Wagner a déjà vécu quelque chose de similaire avec la chapelle du Glacis : «Dans une expertise, j'ai indiqué à la société de tram l'emplacement de la chapelle sous terre. Leurs travaux de construction n'ont pas touché la chapelle, mais lors d'autres travaux de la ville, une partie du bâtiment a été détruite. Là, l'emplacement n'était apparemment pas connu. Heureusement, cela a été remarqué à temps, sinon la chapelle aurait peut-être été complètement détruite à l'heure actuelle.»

Sous le croisement de l'avenue de la Porte-Neuve et du boulevard Royal - un fossé de fortification remblayé - se trouve un pont fortifié entièrement conservé.
Sous le croisement de l'avenue de la Porte-Neuve et du boulevard Royal - un fossé de fortification remblayé - se trouve un pont fortifié entièrement conservé.
Photo: Marc Wilwert / Luxemburger Wort

La construction de l'arrêt prévu «Kinnekswiss» pourrait également poser problème. Comme d'un côté se trouve le terrain privé de la Fondation Pescatore, il ne reste en fait que la construction de l'autre côté de la rue, la zone près de la Kinnekswiss, qui a été désignée comme parc depuis 1875 jusqu'à aujourd'hui. Outre les dégâts naturels, les travaux de construction pourraient également y endommager des fortifications souterraines encore en grande partie intactes.

Pont caché sous le boulevard Royal

La ligne prévue doit continuer à passer par le croisement de la Porte-Neuve et du boulevard Royal, une route construite sur des fossés remblayés.


The tram now goes from Kirchberg to the Gare
De nouvelles expansions du tram sur les rails
Les experts ont jusqu'à l'automne pour proposer des solutions pour prolonger le tram à travers les quartiers Kirchberg, Hollerich et la commune de Strassen.

A l'endroit de ce croisement, juste sous la surface, se trouve un pont probablement encore intact au-dessus de l'ancienne tranchée. Celui-ci pourrait potentiellement être endommagé lors de la construction de la ligne de tramway. «On peut se demander s'il ne serait pas plus judicieux de se concentrer sur les liaisons existantes et de les aménager le cas échéant», résume Robert Wagner.

Bien que cette partie ait été une section importante de la forteresse de Luxembourg, il ne reste plus grand-chose qui rappelle le Fort Neipperg.
Bien que cette partie ait été une section importante de la forteresse de Luxembourg, il ne reste plus grand-chose qui rappelle le Fort Neipperg.
Photo: Marc Wilwert

Dans un communiqué publié récemment, la société Luxtram, chargée du projet, répond désormais aux inquiétudes mentionnées. D 'ici le premier semestre 2023, plusieurs variantes seront analysées, indique le communiqué. «L'objectif du projet de tramway est de proposer une intégration visant à améliorer l'espace urbain, à préserver et à renforcer le patrimoine végétal en offrant à la capitale des solutions de mobilité adaptées et équilibrées», écrit la société.

L'aménagement permettra d'améliorer l'espace urbain et de renforcer le patrimoine végétal.

Luxtram

Il est également précisé que la Kinnekswiss ne devrait pas être affectée et que la partie du parc urbain située le long de la ligne sera préservée dans la mesure du possible. En outre, il est évident que les vestiges archéologiques seront soigneusement pris en compte pendant les travaux. Dans ce contexte, Luxtram, contrairement à Robert Wagner, mentionne la fouille de la chapelle de la Glacière comme un exemple positif.

Cet article a été publié pour la première fois sur wort.lu/de

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Extension du tram vers le Findel
L'extension de la ligne de tram du Kirchberg vers le Findel implique la construction d'un imposant ouvrage d'art au-dessus de l'autoroute A1. Les travaux, déjà entamés, vont rythmer les prochains mois, avec une opération spectaculaire programmée au printemps 2023.
Top départ pour trois ans de chantier à destination du Findel.
Le tronçon du tramway entre la gare centrale et Bonnevoie sera mis en service le dimanche 11 septembre. Avant cette inauguration, des tests sont programmés durant l'été : en août, le tram circulera ainsi dans les conditions normales, mais sans voyageurs.
Lokales,Neue Tramstrecke.Gare-Bonnevoie.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort