Changer d'édition

Pour les 30 ans de l'accord historique: Fête sans frontières à Schengen
Luxembourg 11 2 min. 13.06.2015

Pour les 30 ans de l'accord historique: Fête sans frontières à Schengen

Luxembourg 11 2 min. 13.06.2015

Pour les 30 ans de l'accord historique: Fête sans frontières à Schengen

Voilà 30 ans déjà que le célèbre Accord de Schengen -du nom de la bourgade luxembourgeoise de 600 âmes- a officiellement été signé. Un anniversaire fêté samedi en présence d'Européens de tout premier plan et du Premier ministre Xavier Bettel.

(MF - dv) - Voilà 30 ans déjà que le célèbre Accord de Schengen -du nom de la bourgade de 600 âmes- a officiellement été signé. Un anniversaire fêté samedi en présence d'Européens de tout premier plan et du Premier ministre.

Ils sont venus pour fêter comme il se doit l'accord fondateur de "l'espace Schengen": Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, Martin Schulz, le président du Parlement européen,  Xavier Bettel, le Premier ministre, et bien sûr Robert Goebbels. Secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, ce 14 juin 1985, c'est lui qui avait  signé l'accord au nom du Luxembourg, aux côtés des représentants de la Belgique, des Pays-Bas, de l'Allemagne et de la France.

Petit village, grande idée

Tous ont été accueillis, samedi matin, par Ben Homan, le bourgmestre de Schengen, avant de dévoiler ensemble 11 nouvelles étoiles de bronze (qui représentent les 11 nouveaux pays entrés dans l'espace) qui figurent sur les 26 colonnes des Nations, le long de la Moselle et face au Centre européen.

Le 14 juin 1985, le premier accord de Schengen est signé. C'est le premier pas vers la suppression des frontières au sein de l'Europe. Aujourd'hui, 21 pays de l'UE ainsi quatre pays hors UE font parti de cet espace.

En présence de nombreux invités dont le président de la Chambre des députés, plusieurs ministres et ambassadeurs, Martin Schulz, président du Parlement européen a lancé du podium de la séance académique: «Schengen est peut-être un petit village mais c'est une grande idée». Il suffirait, selon lui, «de recréer les frontières durant six mois» afin que chacun soit conscient à quel point cet accord est important pour les citoyens européens.

Juncker, a lui proposé, „de supprimer Schengen pendant 6 mois“, afin que tout le monde se rende compte à quel point une Europe sans Schengen serait invivable.

Xavier Bettel a, pour sa part, appelé les membres de l'UE à avoir aujourd'hui le même courage et la même solidarité qu'ont eus il y a trente ans, les signataires de l'accord de Schengen, pour prendre à bras le corps les questions d'actualité comme celle de la crise des migrants en mer Méditerranée par exemple.


Sur le même sujet

Migrants: La décision allemande souligne "l'urgence" d'un plan européen
La décision de Berlin de réintroduire provisoirement des contrôles à ses frontières pour faire face à l'afflux de migrants est compatible avec l'accord de Schengen mais "souligne l'urgence" de parvenir à un plan européen de répartition des nouveaux arrivants, a réagi dimanche la Commission européenne.
Un policier allemand contrôle une voiture en provenance de Hongrie, dimanche 13 septembre