Changer d'édition

Pour le rattrapage des prestations sociales
Luxembourg 4 min. 03.11.2020

Pour le rattrapage des prestations sociales

Près de 115.000 familles, luxembourgeoises ou frontalières, bénéficient d'allocations familiales.

Pour le rattrapage des prestations sociales

Près de 115.000 familles, luxembourgeoises ou frontalières, bénéficient d'allocations familiales.
Photo : Shutterstock
Luxembourg 4 min. 03.11.2020

Pour le rattrapage des prestations sociales

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
La Chambre des salariés réclame l'augmentation urgente de 7,7% des aides aux familles en difficulté. Une hausse qui ne ferait que compenser la perte liée à la non-indexation de ces prestations sur le coût de la vie depuis 2014.

285 euros : voilà le montant que la Chambre des salariés souhaite voir s'appliquer, au plus tôt, pour l'allocation familiale. Soit 20€ de plus que sa valeur actuelle. Et ce serait loin d'être un détail pour les quelque 115.000 familles bénéficiant de ce soutien, insiste aujourd'hui la Chambre des salariés (CSL). En effet, la crise actuelle accentue encore un peu plus les difficultés de certains ménages, et la CSL souhaiterait voir le gouvernement entériner une promesse de campagne. A savoir : «L’indexation des prestations familiales sans rattrapage sera réintroduite».

Cette phrase figure effectivement dans l'accord de coalition actuel, seulement elle précise que pareille mesure ne serait envisagée qu'«en fin de législature», 2023 donc. Trop lointain aux yeux des partenaires sociaux. D'où leur démarche de proposer à Xavier Bettel un projet de loi clé en main. Un texte portant sur le Code de la Sécurité sociale dont les grandes lignes se résument à un point : augmenter les allocations d'au moins la hausse du coût de la vie de ces six dernières années. Précisément depuis 2014, date à laquelle gouvernement et syndicats avaient trouvé un accord sur un mécanisme d'adaptation entre les indemnités sociales et le coût de la vie. Accord jamais appliqué à ce jour... D'où les 7,7% d'augmentation demandés à ce jour.

Ainsi, dans sa proposition l'instance présidée par Nora Back (OGBL) rappelle que «depuis des années, les montants des prestations familiales sont gelés». De réforme en réforme, certaines ont même diminué et cela «alors que les difficultés financières des ménages avec enfants sont indéniables». Coût de la vie en hausse, part des dépenses liées au logement en forte croissance, même avec un revenu moyen de 5.483 euros (source Statec), les ménages ne s'en sortent qu'avec de grandes difficultés.

Aussi, face à un pouvoir d'achat à la baisse, la Chambre des salariés invite le gouvernement à revoir de fond en comble la grille de ses aides sociales. Mais aussi la réintroduction de l’adaptation automatique des prestations familiales à l’index. Et d'argumenter que pareil geste permettrait non seulement de pallier les «difficultés et les inégalités touchant les familles avec enfants» mais que ce renforcement du pouvoir d'achat pourrait constituer «un instrument important pour soutenir l’économie locale au Luxembourg».

Reste à voir si le ministre des Finances pourra intégrer cette dépense supplémentaire dans le budget 2021 du pays. S'il a fixé 21,7 milliards d'euros de dépenses, Pierre Gramegna (DP) n'avait pas listé cette possible accentuation du poids des prestations familiales dans les dépenses publiques à venir. Mais il est encore temps de réviser le projet. Et la Chambre des salariés de bien insister que ces 7,7% demandés ne constituent qu'un «minimum acceptable».


L'attribution des allocations jugée discriminante
La Cour de justice de l’Union européenne a tranché ce jeudi: le Luxembourg ne peut priver d’allocations familiales les enfants non biologiques d’un travailleur frontalier.

Dans le collimateur de la CSL, figurent également les chèques service-accueil. Loin de vouloir supprimer ces CSA, la Chambre constate toutefois que ce dispositif est loin de bénéficier au plus grand nombre, résidents comme frontaliers (possibilité offerte depuis 2016). Estimant que leur utilisation «réduit le risque de pauvreté», l'instance souhaiterait voir s'élargir la plage des bénéficiaires.

«Il s’agit juste de ne pas oublier qu’une frange de la population n’en bénéficie tout simplement pas, soit par choix ou soit par impossibilité (conditions d’éligibilité ou autres contraintes)», note la Chambre des salariés au sujet de ses chèques service-accueil. Ainsi, en janvier 2020, «le taux de participation au CSA pour les 0 à 12 ans potentiellement éligibles à ce soutien n'était que de 59%». Ce qui implique aussi que 4 enfants éligibles sur 10 n’y participaient pas. Ceux-ci devant donc se contenter des allocations familiales non indexées, sans bénéficier de cette prestation en nature.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La crise frappe déjà de plein fouet les lusophones
Alors que Jean Asselborn s'est rendu mardi au Portugal pour souligner «l'apport de la communauté au développement économique, social et culturel» du Luxembourg, les organisations de soutien tirent le signal d'alarme sur les conséquences concrètes de la pandémie de cette partie de la population.
Au 1er janvier 2019, le Luxembourg comptait officiellement 613.894 habitants, selon le Statec.
Caritas dénonce la hausse des inégalités
L'association a dressé le bilan de son opération helpline mise en place durant le confinement. Mais au-delà des chiffres, Marie-Josée Jacobs et son équipe lancent un appel au gouvernement pour qu'il redouble d'efforts pour lutter contre la pauvreté.
ACHTUNG: SPERRFRIST 21. JANUAR 01:01 UHR. FREI F‹R MONTAGSUASGABEN UND E-PAPER - ARCHIV - 04.07.2017, Sachsen, Dresden: ILLUSTRATION - Eine Bettlerin sitzt am Eingang der Katholischen Hofkirche und bittet um Almosen. Zur Bek‰mpfung der Ungleichheit in Deutschland fordert die Organisation Oxfam einen hˆheren Mindestlohn sowie eine st‰rkere Belastung von Vermˆgenden, Konzernen, Erbschaften und hohen Einkommen. (zu dpa ´Oxfam fordert hˆheren Mindestlohn und st‰rkere Belastung von Reichenª vom 20.01.2019) Foto: Sebastian Kahnert/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le revenu universel bientôt testé en Allemagne
Un revenu de base à 1.200 euros mensuels pendant trois ans: voilà ce que promettent un institut allemand de recherche et une association à 122 volontaires. 1,6 million de personnes s'étaient portées volontaires, une semaine seulement après le lancement du projet-pilote.
ARCHIV - ILLUSTRATION - Ein Paar mit einem Kind steht auf einer Zwei-Euro-Münze, die auf Geldscheinen liegt, aufgenommen am 16.02.2011. Wegen hoher Mietkosten rutschen einkommensschwache Familien laut einer Studie in vielen größeren deutschen Städten, wie zum Beispiel Frankfurt, unter Hartz-IV-Niveau. Foto: Andreas Gebert dpa (zu dpa/lhe "Studie: Nach Abzug der Miete viele arme Familien unter Hartz-IV" vom 22.07.2013) +++(c) dpa - Bildfunk+++
«Il faut renforcer le pouvoir d'achat»
Suite au premier comité national de l'OGBL durant la crise sanitaire, Nora Back, sa présidente, a réalisé un état des lieux de la tripartite. Elle appelle notamment à davantage de mesures pour aider les ménages.
Politik, Pressekonferenz OGBL Nationalcomité, Nora Back, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
«Il manque un volet social à ce budget»
Les indicateurs du pays étant au vert, la Chambre des salariés regrette que l'Etat n'affecte pas plus de moyens en 2020 à la lutte contre la pauvreté et soit frileux sur les investissements.
Jamais le risque de pauvreté des salariés n'a été aussi pesant dans le pays. Le budget 2020 n'en tient pas suffisamment compte pour la Chambre des salariés.