Changer d'édition

L'idée d'une «taxe covid» reste toujours sur la table
Luxembourg 2 min. 12.07.2021
Pour le LSAP

L'idée d'une «taxe covid» reste toujours sur la table

Pour Taina Bofferding, «une répartition plus juste des richesses» doit être mise en place, ce qui passera pour le LSAP, par une taxe contre la spéculation immobilière et une taxe sélective sur les gagnants de la crise.
Pour le LSAP

L'idée d'une «taxe covid» reste toujours sur la table

Pour Taina Bofferding, «une répartition plus juste des richesses» doit être mise en place, ce qui passera pour le LSAP, par une taxe contre la spéculation immobilière et une taxe sélective sur les gagnants de la crise.
Photo:Anouk Antony
Luxembourg 2 min. 12.07.2021
Pour le LSAP

L'idée d'une «taxe covid» reste toujours sur la table

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Pour Taina Bofferding (LSAP), ministre de l'Intérieur, la taxation des entreprises ayant fait partie des gagnants de la crise constitue une option et assure qu'une réforme de l'impôt foncier devra être mise en place pour lutter contre la pénurie de logements.

A deux ans des élections législatives, les grandes lignes du futur programme du LSAP se dessinent d'ores et déjà. Et l'accent sera mis sur le social, comme l'a confirmé samedi Taina Bofferding (LSAP). Présente samedi sur les ondes de RTL Radio Lëtzebuerg, la ministre de l'Intérieur et de l'Egalité entre les femmes et les hommes, affirme qu'«une répartition plus juste des richesses» doit être mise en place, avec comme conséquence «une contribution plus importante de la part de ceux qui ont plus».


Der digitale LSAP-Kongress war eine Neun-Personen-Show. Ohne Covid-Schnelltest mit negativem Resultat durfte keiner ins Sanemer Artikuss.
Le LSAP prépare les législatives
Lors du congrès de son parti ce dimanche, Dan Kersch a posé les bases en vue des prochaines élections de 2023. Le vice-Premier ministre et ministre du Travail, a notamment plaidé en faveur d’un impôt sélectif, qui toucherait ceux qu’il appelle les «gagnants de la crise».

Estimant notamment que «la dette ne doit pas être transmise aux générations futures», Taina Bofferding indique que l'idée de Dan Kersch (LSAP) d'instaurer une «taxe covid» reste totalement d'actualité. Un nouvel impôt sélectif, qui verrait le jour après la crise, et qui ciblerait non seulement les entreprises qui ont réalisé des profits du fait de la situation sanitaire, mais aussi «une imposition plus élevée sur les revenus locatifs, les ventes de biens immobiliers, les gains en actions...»

Un champ d'action assez large qui devrait toutefois être précisé, selon la ministre de l'Intérieur, en ce qui concerne la taxation de la propriété privée, afin de «ne pas créer d'inégalités». Référence au fait que si 80% des résidents sont propriétaires de leurs logements, seul un nombre restreint d'entre eux possèdent plusieurs biens, dont certains laissés sciemment inoccupés. 

Et la ministre d'indiquer que pour lutter contre la spéculation, une taxe spécifique devrait également voir le jour, basée sur «les données recueillies obtenues sur la réforme de la taxe foncière et non plus sur la valeur de 1941 comme c'est encore le cas actuellement».

Hautement politique, la question d'un changement de fiscalité devrait se trouver au centre de la future campagne électorale. Repoussée à 2023 par Pierre Gramegna (DP), la réforme se heurte déjà à des approches différentes au sein des membres de la coalition. L'idée d'une «taxe covid» notamment n'a clairement pas l'aval du DP. Dans une récente interview accordée à Paperjam, Xavier Bettel (DP) indiquait qu'il n'y avait «pas de gagnants de la crise» et que «ceux qui ont gagné plus sont imposés plus».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Jusqu'à présent discrète sur son positionnement politique hors gestion de la crise sanitaire, la ministre de la Santé a indiqué mercredi être favorable à un débat sur cette idée lancée par Dan Kersch. Car pour elle, «beaucoup de détails manquent actuellement».
Politik, Pressekonferenz Paulette Lenert und Romain Schneider, Zwischenbilanz Gesondheetsdësch von Prävention, Finanzen, neue Technologien, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Pour compenser les coûts engendrés par la crise sanitaire sans devoir réaliser une hausse généralisée des impôts pour les ménages, le vice-Premier ministre socialiste réaffirme sa volonté de voir appliquer une taxation des «gagnants de la crise».
Luxtimes,WI,PK Strategie Verteilung der Covid Schnelltests an Betriebe.Dan Kersch.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Suggérée par déi Lénk, l'idée d'un listing regroupant les adresses libres de toute occupation (voire même le zoning des terrains disponibles à la construction) pourrait bien être une partie de la solution aux tensions du marché immobilier luxembourgeois.
27.2.Logement / Wohnungen / Foto:Guy Jallay
Face à la flambée des prix de l'immobilier au Luxembourg, bon nombre d'acteurs tirent le signal d'alarme. C'est le cas notamment de l'agence immobilière sociale qui peine à concrétiser son projet destiné à utiliser les espaces non exploités par leurs propriétaires.
online.fr .PK. Baulücken in der Stadt Luxemburg. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Lors du congrès de son parti ce dimanche, Dan Kersch a posé les bases en vue des prochaines élections de 2023. Le vice-Premier ministre et ministre du Travail, a notamment plaidé en faveur d’un impôt sélectif, qui toucherait ceux qu’il appelle les «gagnants de la crise».
Der digitale LSAP-Kongress war eine Neun-Personen-Show. Ohne Covid-Schnelltest mit negativem Resultat durfte keiner ins Sanemer Artikuss.
Le ministre des Finances, Pierre Gramegna a déclaré mardi qu'il n'existe à l'heure actuelle aucune raison de remettre en question le niveau de cet impôt qui a plus que triplé lors de la crise financière de 2008.
Une diminution de l'impôt de solidarité n'est pas à l'ordre du jour, selon le ministre des Finances, Pierre Gramegna