Changer d'édition

Pour le gouvernement, un résident reste un résident
Luxembourg 3 min. 26.03.2020

Pour le gouvernement, un résident reste un résident

Un vol spécial de Luxair a rapatrié mercredi 52 résidents luxembourgeois du Cap-Vert

Pour le gouvernement, un résident reste un résident

Un vol spécial de Luxair a rapatrié mercredi 52 résidents luxembourgeois du Cap-Vert
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 3 min. 26.03.2020

Pour le gouvernement, un résident reste un résident

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Avec une population constituée à 47% d'étrangers, le Luxembourg ne fait aucune distinction entre ses résidents à rapatrier pendant cette crise de pandémie mondiale. La procédure reste en effet identique pour chacun, qu'il dispose de la nationalité grand-ducale ou non.

Lundi, le ministère des Affaires étrangères avançait le chiffre de 300 personnes toujours présentes à l'étranger et désirant être rapatriées au plus vite au pays en raison de la crise du covid-19. Parmi elles, des citoyens luxembourgeois, bien sûr, mais pas que. Car sur les 614.000 résidents, 47% ne possèdent pas un passeport grand-ducal, une spécificité qui oblige le gouvernement à adopter «une procédure unique et identique pour tous», à la différence de ses voisins européens. 

C'est ainsi que les 52 résidents rapatriés mercredi du Cap-Vert via un vol spécial de rapatriement opéré par Luxair ont tous suivi la procédure standard établie par le ministère, à savoir «l'évaluation d'urgence de leurs possibilités de retour au Luxembourg.» La recommandation consiste à «vérifier auprès de l'agence de voyage et/ou de la compagnie aérienne la disponibilité de vols de retour en Europe et au Luxembourg», et à «prendre contact avec l'ambassade luxembourgeoise accréditée dans le pays en question ou avec le ministère des Affaires étrangères.»


Face au coronavirus, le rapatriement s'organise
Alors que le ministère des Affaires étrangères invite les ressortissants luxembourgeois en déplacement à l'étranger à regagner le pays au plus vite, LuxairTour vient d'indiquer que tous ses clients seraient quant à eux de retour d'ici au 21 mars.

Gaëlle en a fait l'expérience. Cette citoyenne française domiciliée à Pétange se trouve depuis deux semaines au Japon et vient enfin de dénicher le moyen de réintégrer ses pénates après un chemin long et sinueux. «Au départ, je ne devais y rester qu'une semaine, avant d'aller rejoindre ma fille, partie étudier en Erasmus à Noumea. Mais rapidement, il est apparu que si je mettais le pied en Nouvelle-Calédonie, je me serais automatiquement retrouvée en quarantaine dans une chambre.»

Dans la foulée de la fermeture de l'aéroport du Findel aux passagers jusqu'au 17 avril, la quadragénaire coincée au Japon entame un parcours du combattant pour essayer de revenir au pays. De vols annulés en informations lapidaires, la galère dure plusieurs jours. Face à l'absence de réponses des autorités officielles françaises, la Pétangeoise d'adoption se tourne vers le ministère des Affaires étrangères luxembourgeois. «Et là, en l'espace d'une heure, toutes les formalités étaient réglées» pour un retour au bercail, qui passera finalement ce vendredi par Amsterdam au lieu de Paris. Gaëlle obtient une attestation pour franchir sans encombre les frontières belgo-néerlandaise et belgo-luxembourgeoise au volant de sa voiture de location. 

Ce vendredi, le ministère des Affaires étrangères n'est «pas en mesure de déterminer le nombre exact de résidents non luxembourgeois susceptibles d'encore être rapatriés de l'étranger.» Néanmoins, il met en garde les voyageurs atterrissant dans un grand aéroport européen (Paris, Francfort, Amsterdam, ...) devant la «diminution drastique des moyens de transport à disposition (trains, bus, voitures de location)» pour rejoindre le Luxembourg.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La crise plane au-dessus du Findel
Depuis lundi soir, le trafic des passagers de l'aéroport national est quasi à l’arrêt. Une mauvaise nouvelle alors que ce secteur ne cessait de progresser depuis dix ans. Par contre, les vols de fret restent maintenus pour assurer les approvisionnements des secteurs d’activité essentiels.
Erstflufg SAS Stockholm-Luxemburg Findel / Foto: Serge Braun
Rattrapés par le covid-19 à l'autre bout du monde
Ce couple de Luxembourgeois, en croisière en Amérique du Sud, a échappé à la maladie mais pas aux complications liées à l'épidémie. Les voilà bloqués en mer pour dix jours de plus que prévu, loin de Leudelange.
«Fermer les frontières ne sert à rien»
Le ministre des Affaires étrangères a fait le point, ce lundi, suite à sa participation au Conseil des Affaires étrangères de l'Union européenne. Il a lancé un appel à la raison quant à la gestion des frontières et annoncé que le rapatriement de citoyens luxembourgeois suit son cours.
Lokales, Polizei am Freitag bei der Grenze in Remich, Coronavirus, Covid-19, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Face au coronavirus, le rapatriement s'organise
Alors que le ministère des Affaires étrangères invite les ressortissants luxembourgeois en déplacement à l'étranger à regagner le pays au plus vite, LuxairTour vient d'indiquer que tous ses clients seraient quant à eux de retour d'ici au 21 mars.
Un Luxembourgeois bientôt rapatrié de Wuhan
Le ministère des Affaires étrangères a annoncé qu'un premier citoyen du Grand-Duché, ayant séjourné dans la province source de l'épidémie de coronavirus, allait revenir au pays ce dimanche 9 février. Il sera aussitôt placé en quarantaine.
Pour l'heure, nul remède n'a encore été trouvé pour enrayer les ravages de l'infection respiratoire.ity building in Hong Kong on February 7, 2020, calling for the government to close its border with mainland China to contain the new coronavirus epidemic. - Hong Kong on February 7 said it will deploy an army of volunteers to bolster plans to forcibly quarantine all arrivals from mainland China, warning that anyone caught breaching the new rules faces up to six months prison. (Photo by Philip FONG / AFP)