Changer d'édition

Pour en finir avec le masque à l'école
Luxembourg 3 min. 28.05.2021

Pour en finir avec le masque à l'école

Pour les pétitionnaires, les "enfants sont les grands oubliés du retour à la normalité".

Pour en finir avec le masque à l'école

Pour les pétitionnaires, les "enfants sont les grands oubliés du retour à la normalité".
Photo : dpa
Luxembourg 3 min. 28.05.2021

Pour en finir avec le masque à l'école

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Plusieurs parents d'élèves réclament la levée de l'obligation du port du masque en classe et dans le périscolaire. Une pétition a ainsi été mise en ligne contre la mesure qui «entraverait le bon développement des enfants».

«Laissez nos enfants respirer». le slogan n'est pas sans rappeler le «Let me breathe» de l'affaire George Floyd. Mais cette fois le message  porté par un collectif de mères de famille s'adresse au gouvernement luxembourgeois. Des mamans qui viennent de déposer une pétition sur le site de la Chambre pour que l'ensemble des jeunes du pays soient dispensés de masque à l'école, au collège, en lycée mais aussi lorsqu'ils fréquentent les maisons relais. Le texte a déjà recueilli 1.100 soutiens, et il lui reste un mois encore pour atteindre les 4.500 signatures qui l'assureraient -au moins- d'un débat public devant les députés.


Les quatre âges du covid luxembourgeois
Longtemps, les seniors ont constitué la cible privilégiée du virus au Grand-Duché. Mais la vaccination des aînés porte ses fruits et désormais les 70 ans et plus sont les moins impactés par l'épidémie.

A l'initiative de cette contestation, Perrine Pouget assure ne pas être «dans le déni du virus». La semaine avant ce congé de Pentecôte, le covid avait d'ailleurs encore contaminé 166 jeunes, selon les chiffres du ministère de l'Education. Mais à Claude Meisch (DP) comme à la ministre de la Santé, le collectif entend faire entendre autre chose que des chiffres d'infection dans le fondamental et le secondaire. Un message de parents «inquiets des répercussions sur la santé mentale et le bon développement» des jeunes.

Pour Perrine Pouget et consorts, il est devenu intolérable que des petits doivent obligatoirement porter le masque «jusqu'à 9 heures par jour au moins pour certains». En classe, dans la cour, au périscolaire. «Et rien ne dit que le dispositif ne sera pas reconduit à la rentrée», se préoccupent les pétitionnaires qui voient dans la mesure une «injustice».

Ainsi, pourquoi un adulte testé négatif aurait-il le droit de retirer son masque pour manger et converser librement dans un restaurant quand on interdit à un enfant «qui peut être testé deux fois par semaine» de le faire une fois assis à sa place en cours? Selon Perrine Pouget, les enfants seraient ainsi devenus «les grands oubliés du retour à la normalité». A terme, ces parents craignent même que cette «soumission au masque» ne mène les enfants vers des états dépressifs. 

Aussi, alors que mi-juin le gouvernement doit réviser à nouveau les mesures sanitaires en place, ce collectif invite le gouvernement à «se poser la question de la balance entre enjeux sanitaires et conséquences directes ou à long terme du port du masque». Cela alors qu'il est entendu que les plus jeunes, en cas d'infection, sont le plus souvent asymptomatiques et pas forcément si contagieux que redouté au début de l'épidémie. 

A contrario toutefois, il convient de noter que les dernières données sur l'évolution de la contagion pointent une nette recrudescence de cas parmi les tranches d'âge les plus basses. Les résidents plus âgés semblant bénéficier de l'effet protecteur de la vaccination. Par ailleurs, l'école reste le quatrième foyer de contaminations repéré dans le cadre du tracing des nouveaux cas (5,6%).  Loin derrière toutefois le cercle familial (40,5%) ou les activités de loisirs (6,7%).

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Si le service de restauration scolaire entend réviser les menus proposés aux écoliers, lycéens et étudiants fréquentant ses établissements, pas question de ne servir que légumes, fruits et produits laitiers (aussi bio et locaux soient-ils).
Depuis le début de la pandémie, une poignée de mineurs ont été hospitalisés pour des inflammations multiples, peu après avoir contracté le coronavirus. Si les cas restent rares, la prudence reste de mise car les conséquences peuvent être graves.
Après avoir subi le confinement au printemps 2020, Maité, huit ans, a écrit un livre expliquant le coronavirus. Sa mère, psychologue pour enfants, l'a aidée à le mettre en forme pour qu'il soit ludique et scientifiquement correct.
Wichtig war es der kleinen Maite, dass das Virus freundlich aussieht. Auch wenn in dem Buch klar wird, dass es gefährlich ist.
Alors que les scolaires retrouvent leur école ou lycée en présentiel, le ministère de l'Education débute la distribution des appareils mesurant la qualité de l'air dans les classes. Et la vigilance au covid n'est pas étrangère à ce geste.
01.12.2020, Niedersachsen, Oldenburg: Ein Lehrer hält eine gelb leuchtende CO2-Ampel vor einem Luftfiltergerät in einem Fachraum des Alten Gymnasiums. Die Schule hat mehrere mobile Luftfiltergeräte angeschafft, um die Konzentration von Aerosolen auch in Klassenräumen, die nicht gut belüftet werden können, senken zu können. Foto: Hauke-Christian Dittrich/dpa +++ dpa-Bildfunk +++