Changer d'édition

Pour Asselborn, la situation des réfugiés est «gérable»
Luxembourg 6 min. 05.04.2022
Afflux de réfugiés au Luxembourg

Pour Asselborn, la situation des réfugiés est «gérable»

«J'espère que les choses vont bientôt s'améliorer. Si une autre grosse vague arrive maintenant, nous serons bientôt à bout de nerfs», a déclaré Asselborn.
Afflux de réfugiés au Luxembourg

Pour Asselborn, la situation des réfugiés est «gérable»

«J'espère que les choses vont bientôt s'améliorer. Si une autre grosse vague arrive maintenant, nous serons bientôt à bout de nerfs», a déclaré Asselborn.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 6 min. 05.04.2022
Afflux de réfugiés au Luxembourg

Pour Asselborn, la situation des réfugiés est «gérable»

Le ministre de l'Immigration note que la vague de réfugiés s'est calmée. La semaine dernière, 350 demandes de protection temporaire ont été déposées.

(S.MN. avec Michèle GANTENBEIN) A l'occasion d'une conférence de presse, le ministre de l'Immigration et de l'Asile est longuement revenu sur la situation des réfugiés ukrainiens au Luxembourg. Jean Asselborn (LSAP) a débuté lundi son discours par une ferme condamnation du massacre de la ville ukrainienne de Boutcha près de Kiev, qui a fait plusieurs centaines de morts parmi les civils. 


La Belgique s’organise face à l’afflux de réfugiés
Si la solidarité est au rendez-vous, les difficultés se multiplient alors que jusqu'à 200.000 personnes pourraient être accueillies dans les prochains mois.

Asselborn a parlé d'un «safari sur des êtres humains» et a qualifié la réponse de la Russie selon laquelle les photos ont été prises par la partie ukrainienne de «très, très grave». «Je me demande jusqu'où va tomber le président russe», a déclaré Asselborn avant d'aborder le véritable sujet de sa conférence de presse : la situation des réfugiés au Luxembourg. 

Asselborn constate que la situation s'est apaisée en ce qui concerne l'arrivée des réfugiés ukrainiens. La semaine dernière, 350 nouvelles demandes de protection temporaire ont été reçues, contre 1.000 demandes les deux semaines précédentes. La semaine dernière, 100 personnes se sont présentées à l'Office national de l'accueil (ONA), chargé de l'accueil des demandeurs, de la mise en place et de la gestion des logements destinés à l'hébergement temporaire des réfugiés. 

1.605 personnes signalées depuis le début du conflit

Selon Asselborn, un total de 1.605 personnes se sont présentées à l'ONA depuis le début de la guerre en Ukraine . Cependant, il ne pouvait pas évaluer dans quelle mesure la situation changerait à la suite des atrocités commises à Boutcha. 


Ukrainische Familien werden im neunstöckigen Karro, dem ehemaligen Hotel Gulliver Tower, untergebracht.
Differdange accueille des réfugiés dans des hôtels
Jusqu'à 240 personnes en provenance d'Ukraine peuvent être hébergées à Differdange dans le Klenge Casino et l'ancien hôtel Gulliver Tower.

Sur les 1.605 personnes inscrites au bureau national d'accueil, 88,8 % sont de nationalité ukrainienne, 60 % sont des femmes et 35 % sont des mineurs. 1.040 demandeurs sur un total de 4.069 ont désormais bénéficié d'une protection temporaire, soit près d'un quart. Selon Asselborn, le traitement des demandes est désormais un peu plus rapide. Auparavant, 70 à 80 demandes pouvaient être traitées par semaine, mais maintenant c'est entre 80 et 100 par semaine. 

L'ONA gère 17 structures d'accueil, dont la SHUK (Structure d'hébergement d'urgence Kirchberg), totalisant 2.177 lits, dont 83% sont occupés, selon Asselborn. 

Situation facile et gérable

La situation est gérable et facile à gérer pour Asselborn car il est toujours possible d'utiliser le hall 7 adjacent à LuxExpo en plus du SHUK. Il y a de la place pour 500 personnes, actuellement 300 personnes y sont hébergées. 


TOPSHOT - Ukrainian refugees wait to board a train en route to Warsaw at the rail station in Przemysl, near the Polish-Ukrainian border, on March 31, 2022, following Russia's military invasion launched on Ukraine. - The United Nations said on March 31, 2022 the refugee exodus from Ukraine was a "massive humanitarian crisis" that was growing by the second, after another 40,000 fled the country in 24 hours. The United Nations said on March 31 the refugee exodus from Ukraine was a "massive humanitarian crisis" that was growing by the second, after another 40,000 fled the country in 24 hours. (Photo by Angelos Tzortzinis / AFP)
«L'Ukraine n'oubliera jamais la générosité du Luxembourg»
Une table ronde organisée par LUkraine a réuni les différents acteurs de l'aide humanitaire luxembourgeoise en Ukraine. Des discours pour le moins émouvants, dont un venu tout droit du Donbass, ont été prononcés.

Toutefois, le hall 7 doit être libéré avant le 11 avril. L'alternative initialement prévue, une salle à Contern, a été examinée et rejetée par le CGDIS, entre autres pour des raisons de sécurité et en raison du manque de sanitaires. La salle sera prête à être occupée d'ici la fin de l'année au plus tôt. Les personnes du hall 7 seront désormais déplacées dans une salle sous tente pouvant accueillir jusqu'à 500 personnes. Cette salle sous tente sera installée sur un parking du Kirchberg non loin de la Coque et devrait être prête à être occupée en début de semaine prochaine. 

Hébergement à long terme

Pour les personnes qui bénéficient d'une protection temporaire, des abris sont en cours de préparation où elles peuvent rester à plus long terme. Un hôtel leur est actuellement réservé à Differdange , pouvant accueillir 190 personnes. Le centre culturel de Nospelt peut accueillir 60 personnes. A partir de lundi prochain, un hôtel à Echternach sera prêt à être occupé, avec un espace pour 100 personnes. L'ancien bâtiment du « Wort » à Gasperich, d'une capacité de 200 personnes, devrait également être prêt à être occupé d'ici un mois environ. 


Ukrainian evacuees queue as they wait for further transport at the Medyka border crossing, after they crossed the Ukrainian-Polish border, southeastern Poland, on March 29, 2022, on the 34th day of the Russian invasion of Ukraine. - Ukraine is calling for an "international agreement" to guarantee its security, which would be signed by several guarantor countries, said on March 29, 2022 the Ukrainian chief negotiator after several hours of Russian-Ukrainian talks in Istanbul. (Photo by Angelos Tzortzinis / AFP)
Des chambres d'hôtel pour héberger les réfugiés ukrainiens
Face à l'afflux massif de réfugiés en provenance d'Ukraine, l'Horesca a lancé un grand appel à la solidarité auprès des hôtels et autres établissements d'hébergement.

Il est également prévu de mettre progressivement en service le « centre de traduction » attenant à la Banque européenne d'investissement (Bâtiment T) en tant que logement. Ici aussi, les personnes bénéficiant d'une protection temporaire doivent être hébergées. De nombreuses municipalités ont également signalé des hébergements à l'ONA. Ils veulent une meilleure communication avec l'ONA. Le président du Syvicol, Emile Eicher, avait critiqué auprès du «Luxemburger Wort» le fait que l'ONA ne suivait pas le contrôle des offres d'hébergement communales.

Interrogé à ce sujet lundi, Jean Asselborn a déclaré : «Dans la situation actuelle, presque personne ne suit. Nous sommes sollicités du matin au soir». De nombreux collaborateurs ont été absents pour cause de maladie. «J'espère que les choses vont bientôt s'améliorer. Si une autre grosse vague arrive maintenant, nous serons bientôt à bout de nerfs», a déclaré Asselborn.

Concernant la critique du président du Syvicol selon laquelle tout ne doit pas être parfait, Asselborn a déclaré que les règles de sécurité doivent être respectées, par l'ONA et par les communes. «Les mesures de sécurité ne doivent pas être remises en question. Tout le monde doit garder son sang-froid.»

3,5 fois plus de lits qu'en 2014 

Depuis 2014, la situation des réfugiés a beaucoup évolué, a déclaré le ministre de l'Immigration. «En 2014, nous avions 2.000 lits et entre 1.000 et 1.500 demandeurs d'asile. Aujourd'hui, nous avons 4.000 lits et 3.700 demandeurs d'asile dans le cadre de la procédure d'asile régulière - auxquels s'ajoutent 2.177 lits pour les personnes qui font une demande de protection temporaire. Nous avons donc 3,5 fois plus de lits et cinq fois plus de demandeurs que ce n'était le cas en 2014», a déclaré le ministre de l'Immigration. Cette situation pose des défis importants aux services de l'État. 


Un enseignant sur trois quitte le métier après cinq ans d'activité en Belgique.
Le Luxembourg manque de bras pour faire l'école aux réfugiés
Pour faire face à l'afflux massif de réfugiés venus d'Ukraine, le ministère de l'Education nationale prévoit l'embauche de nouveaux professeurs.

C'est également le cas du ministère de l'Éducation, qui doit intégrer scolairement un millier d'enfants et de jeunes en âge de scolarité. L'ONA arrive lui aussi à ses limites, malgré les 40 nouvelles recrues qui ont été recrutées ces dernières semaines. Selon Asselborn, l'ONA comptait 70 employés en 2015, «aujourd'hui, 176 personnes y travaillent». Les deux organisations humanitaires Caritas et Croix-Rouge seraient également en train de recruter de nouveaux collaborateurs pour faire face à la situation. Asselborn a souligné qu'il était important pour lui que tous les réfugiés, qu'ils viennent d'Ukraine ou d'autres régions du monde, qu'ils soient hébergés en privé ou dans une structure ONA, bénéficient du même traitement. «Ce qui vaut pour l'un vaut aussi pour l'autre».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'Office national de l'accueil rappelle la situation toujours difficile dans les pays d'origine des demandeurs d'asile. Ce, même s'ils sont moins nombreux à débarquer au Luxembourg depuis le début de la pandémie en mars.