Changer d'édition

Pour 42 Syriens, Luxembourg est une terre d'accueil
Luxembourg 16 4 min. 09.09.2015 Cet article est archivé
Réfugiés à Weilerbach

Pour 42 Syriens, Luxembourg est une terre d'accueil

Luxembourg 16 4 min. 09.09.2015 Cet article est archivé
Réfugiés à Weilerbach

Pour 42 Syriens, Luxembourg est une terre d'accueil

Ils ont fui un pays ravagé par une guerre sans merci. Piégés entre la dictature du président Bachar el Assad et l'épouvantable barbarie répandue par Daech, ces familles syriennes ont dû fuir, tout laisser derrière eux, laisser leur vie en suspens. Survivre et protéger leurs enfants.

(jag/vb/mt/ks/trad. AF) - Ils ont fui un pays ravagé par une guerre sans merci. Piégés entre la dictature du président Bachar el Assad et l'épouvantable barbarie répandue par Daech, ces familles syriennes ont dû fuir, tout laisser derrière eux, laisser leur vie en suspens. Survivre et protéger leurs enfants.

«Je n'arrive pas encore à y croire. Tout a changé en l'espace d'un jour. Aujourd'hui je suis ici, après une fuite à travers la Turquie, la Grèce, la Serbie, la Macédoine et la Hongrie», a dit l'un des réfugiés peu après son arrivée sur le sol luxembourgeois.

Mardi, 42 réfugiés syriens sont arrivés au Luxembourg, en bus, depuis Heidelberg. Ils ont rejoint Weilerbach vers 19h30 où ils sont hébergés au foyer Héliar.

Parmi ces réfugiés - 21 adultes et 21 enfants - deux femmes sont enceintes. Bloqués à la frontière hongroise, puis accueillis en Allemagne, certains se sont décidés à poursuivre leur exil au Luxembourg, après un long et éprouvant périple pour fuir un pays en guerre.

Des entretiens individuels dans les prochains jours

Patrick Grotz, responsable de l'équipe des travailleurs sociaux de l'OLAI (Office luxembourgeois de l'accueil et de l'intégration) a expliqué que ces Syriens disposaient de très peu d'informations sur le Grand-Duché.

Certains ont préféré rester en Allemagne. Mais pour l'heure, l'OLAI ne dispose que de peu d'informations sur le parcours de ces familles de réfugiés. «Des entretiens individuels vont être organisés ces prochains jours avec eux», a déclaré Patrick Grotz. Les enfants suivront dès que possible un cursus scolaire au foyer Héliar.

Accueil chaleureux devant le foyer

Devant le foyer Héliar de Weilerbach où les réfugiés sont hébergés, une soixantaine de personnes s'étaient rassemblées pour leur souhaiter la bienvenue à l'aide de petites pancartes et de grands sourires; des citoyens engagés mais aussi Syriens du Luxembourg, qui les ont applaudis à leur arrivée. A l'intérieur du bus, les enfants faisaient signe de la main.

Je leur souhaite de pouvoir trouver la paix ici.

«J'ai vu sur Facebook que les réfugiés arrivaient aujourd'hui, je voulais leur souhaiter la bienvenue», dit Nina, venue avec deux amies à Weilerbach.

Saskia voulait en être aussi: «C'est tout de même mieux d'arriver ici en sachant que les gens sont ouverts. Je leur souhaite de pouvoir trouver la paix ici et de pouvoir commencer une nouvelle vie.»

Guy Gardula est venu avec son fils Gilles et sa nièce Lucie: «Nous souhaitons faire un geste, pour montrer que les Luxembourgeois eux aussi sont prêts à aider. C'est important que les politiques sachent que les citoyens sont derrière eux afin d'accueillir les réfugiés ici.»

Des Syriens sont venus d'eux-mêmes au Luxembourg

A côté de ce transfert organisé, 20 réfugiés supplémentaires sont arrivés au Luxembourg dans la nuit de mardi, de leur propre initiative et par leurs propres moyens. Ils ont été accueillis au tout nouveau foyer Lily Unden (de la Croix-Rouge) à Limpertsberg.

Si le flux des réfugiés continue d'augmenter, les capacités d'accueil du pays seront rapidement saturées, estime la ministre de la Famille Corinne Cahen, en charge du dossier, au cours d'une interview avec le Luxemburger Wort.

Une capacité d'accueil vite saturée

«Nous pensions avoir suffisamment de place jusqu'à la fin de cette année. Mais ce ne sera pas le cas», poursuit Corinne Cahen. Cet afflux était difficile à estimer. Aucun politicien ne pense à faire construire des abris d'urgence lors des périodes plus calmes, explique la ministre.

Je ne veux plus voir d'images de réfugiés qui s'abritent dans des halls ou des tentes de fortune.

«Plusieurs foyers d'hébergement ont été fermés car ils étaient en mauvais état. Et en ces temps difficiles nous allons manquer de capacités d'accueil.»

Un hébergement décent

«Je ne veux plus voir d'images de réfugiés qui s'abritent dans des halls ou des tentes de fortune», dit Corinne Cahen. La ministre appelle les communes à la solidarité avec les réfugiés, afin qu'elles puissent faire en sorte de les loger et les nourrir convenablement, dans des logements décents. L'aide bénévole doit aussi pouvoir s'organiser.

Plusieurs bourgmestres ont déjà répondu favorablement à cet appel à la solidarité.

L'OLAI ainsi que les organisations humanitaires comme Caritas ou la Croix Rouge ainsi que l'Asti (Association de Soutien aux Travailleurs Immigrés) travaillent main dans la main.

Toutes lancent un appel aux personnes prêtes à donner un peu de leur temps pour aider en cette période de crise.


  • Tous nos articles sur la crise des migrants en Europe et l'arrivée de réfugiés au Luxembourg sont regroupés dans notre dossier spécial.

Sur le même sujet

Quatre ans et demi après leur arrivée au Grand-Duché, Bilal et Mamo coulent des jours heureux avec leur famille, à Schuttrange. Fuyant la Syrie en guerre, à l'image de milliers d'autres réfugiés, ils ont pris un nouveau départ et ne regrettent rien.
Flüchtlinge in Luxemburg: was ist aus ihnen geworden, drei Jahre später?, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Logement des réfugiés au Luxembourg
Le foyer Héliar de Weilerbach est géré par l'OLAI (Office luxembourgeois de l'accueil et de l'intégration) depuis 1999. C'est un ancien sanatorium fondé en 1910 par Nicolas Neuens (1845-1925). Nicolas Neuens était un abbé luxembourgeois, fondateur du <<naturisme intégral>>.
10.6. Osten / Weilerbach / Institut Heliar / Fluechtlingsheim Foto:Guy Jallay
Nouvelle intervention du gouvernement
De nombreux Luxembourgeois se sont adressés au Premier ministre pour savoir comment ils peuvent venir en aide aux réfugiés qui affluent. Ils sont prêts à les accueillir chez eux. Xavier Bettel a missionné la ministre de la Famille pour voir dans quel cadre légal ce serait possible.
Ce mardi à l'aéroport du Findel
43 réfugiés syriens sont arrivés au Luxembourg ce mardi midi, parmi lesquels 27 enfants. Une femme et deux enfants arriveront à leur tour au Grand-Duché mercredi. Ils seront donc 46 à terme.
Les familles sont été accueillies à l'aéroport de Luxembourg par Corinne Cahen, ministre de la Famille et de l’Intégration, Yves Piron, directeur de l’Office luxembourgeois de l’accueil et de l’intégration (OLAI) et Ernest Walerius, bourgmestre de Berdorf et vice-président du Syvicol.