Changer d'édition

Possible de trouver un vaccin d'ici fin 2020
Luxembourg 5 min. 28.05.2020

Possible de trouver un vaccin d'ici fin 2020

Le fait que des centaines de laboratoires, publics et privés, travaillent sur la recherche du vaccin devrait accélérer sa découverte.

Possible de trouver un vaccin d'ici fin 2020

Le fait que des centaines de laboratoires, publics et privés, travaillent sur la recherche du vaccin devrait accélérer sa découverte.
Photo : AFP
Luxembourg 5 min. 28.05.2020

Possible de trouver un vaccin d'ici fin 2020

Spécialiste des virus, le Dr Gérard Schockmel fait confiance aux laboratoires pour trouver d'ici six mois la parade au covid-19. Et cela sans négliger les contrôles indispensables pour éviter effets secondaires ou accentuation de l'infection.

(pj avec Annette Welsch) Infectiologue pour les Hôpitaux Robert Schuman, le Dr Gérard Schockmel a passé dix ans à faire des recherches sur les virus. Après les laboratoires des universités d'Oxford et Genève, le scientifique a travaillé pendant plusieurs années dans l'industrie pharmaceutique et biotechnologique.

Des scientifiques chinois ont réussi à séquencer le génome du virus Sars-CoV-2 en janvier. Depuis, des recherches sont en cours pour trouver un vaccin. Quand sera-t-il prêt ?

Gérard Schockmel : «D'ici la fin de l'année, un vaccin pourrait être produit. Mais je pense que plusieurs vaccins seront nécessaires. Ils devront être produits selon des approches différentes pour répondre aux besoins individuels des personnes et des groupes à risque ainsi que pour satisfaire la demande mondiale de vaccins.

La mise au point d'un vaccin demande de longs développements. Comment le vaccin contre le covid-19 pourrait-il être trouvé aussi vite?

«Il est vrai qu'il faut souvent compter plus de dix ans pour développer un vaccin nouveau. Mais pour le premier vaccin contre le virus Ebola, cinq ans ont suffi. Développer un vaccin en un an ferait en effet sensation. Il y a au moins six bonnes raisons pour lesquelles le développement accéléré de vaccins est possible ici. Tout d'abord, certaines des nouvelles technologies vaccinales permettent d'accélérer le développement des souches, et donc de savoir plus vite si les scientifiques ont visé juste ou non.


This video grab taken on May 18, 2020 from the website of the World Health Organization shows Chinese President Xi Jinping delivering a speech via video link at the opening of the World Health Assembly virtual meeting from the WHO headquarters in Geneva, amid the COVID-19 pandemic, caused by the novel coronavirus. - The World Health Organization on May 18 kicked off its first ever virtual assembly, but fears abound that US-China tensions could derail the strong action needed to address the COVID-19 crisis. (Photo by - / World Health Organization / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO / WORLD HEALTH ORGANIZATION" - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS
Xi Jinping promet un vaccin contre le covid
Accusée par l'administration Trump d'avoir tardé à réagir, la Chine a promis lundi par la voix de son président de partager un éventuel vaccin et d'allouer 2 milliards de dollars au combat mondial contre la maladie.

Quels sont les autres axes qui vous rendent optimiste sur ce délai?

«La lutte contre cette nouvelle forme de coronavirus pourrait  bénéficier de l'expérience acquise avec les vaccins Sars chez les animaux. Tout comme les connaissances acquises sur Ebola ou Mers. Par ailleurs, les autorités sanitaires sont prêtes à autoriser des procédures de développement accélérées, à condition qu'elles répondent aux exigences de sécurité et d'efficacité bien entendu. L'évaluation et l'approbation des vaccins pourraient donc se produire plus rapidement.

De nombreux laboratoires tentent de développer leur vaccin actuellement. Cela augmente les chances de certains de parvenir à un résultat satisfaisant. Sans parler de la coordination mondiale sans précédent entre les nations, les instituts publics, les entreprises, les universités et les organisations philanthropiques pour faire progresser le développement des vaccins. Là encore, cela permet d'accélérer les connaissances. Enfin, des dizaines de milliards de dollars seront disponibles à court terme pour le développement de vaccins, cela peut encourager certains à trouver le bon remède. 

Ne serait-il pas dangereux de mettre un vaccin sur le marché aussi vite ?

«Les aspects de sécurité sont extrêmement importants. Avant son lancement, il faudra s'assurer que le vaccin ne provoque aucun effet secondaire indésirable et en aucun cas le vaccin ne doit entraîner une augmentation des signes de maladie si la personne vaccinée est ensuite infectée par ce virus. Pour exclure ces effets, quatre paramètres en particulier doivent être pris en compte lors du développement du vaccin. Tout d'abord, la réponse immunitaire au vaccin doit être correcte. Cela se voit aux signaux moléculaires circulant dans le sang du receveur. 

Deuxièmement, aucun dommage ne doit se produire sur les tissus. Troisièmement, les protéines virales doivent avoir un alignement tridimensionnel correct. Quatrièmement, le vaccin doit conduire à la formation d'anticorps qui inhibent le virus. C'est seulement dans le cas où toutes ces conditions sont remplies que le vaccin entraînera une réponse immunitaire ciblée et que des réactions excessives pourront être exclues.

Pour le Dr Schockmel,
Pour le Dr Schockmel,
Photo : Pierre Matgé

Lors des expérimentations sur les animaux, il est important que le vaccin soit testé sur différentes espèces et que différentes souches de virus soient testées. Lors des essais cliniques, il est capital de s'assurer que le vaccin est testé sur un nombre suffisant de personnes et que les tests ne sont pas effectués uniquement sur de jeunes volontaires en bonne santé, par exemple.

Les autorités réglementaires (comme l'American Food and Drug Association), ne se contentent pas d'examiner les rapports d'étude finaux, elles exigent toutes les données brutes pour les analyser via leurs propres experts. Aussi, je suis fermement convaincu qu'aucun vaccin ne sera approuvé prématurément, sans avoir été examiné en profondeur.

Et si l'on ne trouvait pas la bonne formule avant deux ans... 

«On pourrait alors supposer que le covid-19 continue à se propager jusqu'à ce qu'une majeure partie de la population mondiale soit infectée. Après, le virus circulera en permanence. Les personnes qui auront développé une immunité au virus pourraient ne pas être totalement protégées contre la réinfection, mais cela ne devrait entraîner généralement que des symptômes mineurs.

Un exemple de ce scénario concerne le coronavirus OC43, saisonnier et qui a été transmis pour la première fois du bétail à l'homme en 1889. À cette époque, la pandémie a fait un million de morts. Cent trente ans plus tard, ce même virus ne provoque plus que des rhumes légers!

Les firmes pharmaceutiques n'envisageraient de produire "que" 100 millions de doses vaccinales par an. Si l'on estime que 16 milliards de doses sont la quantité nécessaire dans le monde, voilà qui parait bien insuffisant


(FILES) In this file photo  Dr. Rhonda Flores looks at protein samples at Novavax labs in Rockville, Maryland on March 20, 2020, one of the labs developing a vaccine for the coronavirus, COVID-19. - The US Federal Bureau of Investigation and cybersecurity experts believe Chinese hackers are trying to steal research on developing a vaccine against coronavirus, two newspapers reported on May 11, 2020. The FBI and Department of Homeland Security are planning to release a warning about the Chinese hacking as governments and private firms race to develop a vaccine for COVID-19, the Wall Street Journal and New York Times reported. (Photo by ANDREW CABALLERO-REYNOLDS / AFP)
Sanofi et son vaccin créent la polémique
La société française réservera-t-elle aux Etats-Unis la primeur d'un éventuel vaccin contre le covid-19? Évoquée par le groupe, qui renvoie l'Europe à ses responsabilités, l'idée provoque une série de réactions indignées et pousse à réagir Bruxelles comme le gouvernement français.

«Il faudra très probablement plusieurs vaccins pour répondre à la demande mondiale. Les pays riches pourront alors soutenir les plus pauvres en leur donnant le droit de produire des vaccins. Des pays comme l'Inde peuvent alors produire les vaccins localement et donc à très bas prix et en grande quantité, comme les médicaments génériques. Les pays riches devraient certainement, comme ils l'ont fait dans le passé, donner gratuitement des millions de vaccins aux pays pauvres. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Trop de zones d'ombre sur le testing existeraient
Un seul laboratoire accrédité, absence d'appel d'offres et de loi de financement, le CSV demande au gouvernement davantage de transparence à propos de la campagne de dépistage. Les réponses fournies par le duo Lenert-Meisch n'ont pas convaincu Claude Wiseler.
A medical staff takes samples to a driver at a "drive-through" testing facility for the novel coronavirus at the "Hopital de la Citadelle" hospital in Liege, on it's opening day on March 10, 2020. (Photo by ERIC LALMAND / BELGA / AFP) / Belgium OUT
«L'hydroxychloroquine continuera d'être prescrite ici»
Les médecins luxembourgeois vont recevoir la consigne de ne plus employer la molécule pour le traitement des infections covid-19. Mais pas de raison d'exclure le produit pour d'autres maladies, assure le Dr Anna Chioti, cheffe de la division de la Pharmacie et des Médicaments.
A pharmacy tech pours out pills of Hydroxychloroquine at Rock Canyon Pharmacy in Provo, Utah, on May 20, 2020. - US President Donald Trump announced May 18 he has been taking hydroxychloroquine for almost two weeks as a preventative measure against COVID-19. (Photo by GEORGE FREY / AFP)
Le covid n'aime ni le cuivre, ni la chaleur
Et encore moins les désinfectants classiques... A l'Uni, les équipes dirigées par le Pr Anupam Sengupta ont réussi à percer certains des secrets du virus. A commencer par sa résistance sur divers matériaux et sous certaines conditions.
A model of the novel coronavirus SARS-CoV-2 lays on a desk next to the name sign of Lower Saxony's State Premier Stephan Weil as he visits the Helmholtz Center for Infection Research (Helmholtz-Zentrum f�r Infektionsforschung HIZ) in Braunschweig, northern Germany, on May 8, 2020. - The centre reports that its scientific research has led to a breakthrough in the development of artificial antibodies for immune therapies, giving hope for antibody therapy against the Covid-19 disease caused by the novel coronavirus. Virologist Luka Cicin-Sain and his team say they have succeeded in detecting an antibody that successfully prevents the novel coronavirus from entering cells. (Photo by JENS SCHLUETER / AFP) / ALTERNATIVE CROP
Et maintenant, la deuxième vague?
Il ne fait guère de doute, pour Rudi Balling (directeur du Luxembourg center for systems Biomedecine) que le covid-19 peut à nouveau frapper, et même fort. Le spécialiste rappelle qu'une partie de la réponse ne tient qu'au respect des consignes sanitaires. Donc à nous.
A member of the Red Cross takes the temperature of a man in a car as a preventive measure against the spread of the novel coronavirus, COVID-19, on the Guadalajara-Morelia highway, Jalisco State, Mexico, on May 2, 2020. (Photo by Ulises RUIZ / AFP)