Changer d'édition

«Poser les bons jalons pour le budget 2019»
Luxembourg 4 min. 24.04.2019

«Poser les bons jalons pour le budget 2019»

Le député André Bauler (DP) chargé de présenter ce mercredi le texte du budget 2019, qui sera adopté cette semaine.

«Poser les bons jalons pour le budget 2019»

Le député André Bauler (DP) chargé de présenter ce mercredi le texte du budget 2019, qui sera adopté cette semaine.
Chris Karaba/Luxemburger Wort
Luxembourg 4 min. 24.04.2019

«Poser les bons jalons pour le budget 2019»

Les députés planchent ces mercredi et jeudi sur ce projet, qui sera adopté cette semaine. Cette année, il est placé sous le signe de la justice sociale, de la compétitivité économique et de la durabilité.

(Patrick Besch, traduit et adapté par Marc Auxenfants) - Les députés luxembourgeois se sont réunis en séance publique ce mercredi matin pour débattre du budget 2019 après un hommage à la mémoire de son Altesse Royale le grand-duc Jean.  Le député André Bauler (DP) a présenté le texte du projet, qui sera adopté cette semaine.


Staatsbegräbnis Großherzog Jean, funérailles Grand-Duc Jean. Kathedrale, Ausgang des Sarges des Sarges vorbei an der Großherzoglichen Familie,Großherzog Henri , Foto: Guy Wolff/ Luxemburger Wort
Le Luxembourg pleure le grand-duc Jean
L'ancien chef de l'État est décédé le 23 avril 2019, à l'âge de 98 ans, des suites d'une infection pulmonaire. En hommage, douze jours de deuil national ont été décrétés.

Selon le document, les dépenses s'élèveront à 19.611 millions d'euros en 2019. Tandis que les revenus se monteront à 18.962 millions d'euros. L'année 2019 s'achèvera donc avec un déficit public de 649 millions d'euros. 

Un budget négatif assumé par le gouvernement: «Les dépenses d'aujourd'hui sont les revenus de demain», avait justifié en mars dernier Pierre Gramegna, le ministre des Finances. Selon son pronostic, l'équilibre des comptes publics sera atteint dans les années à venir. 

Fin 2018, la dette publique s'élevait à 21,4% du PIB. En 2019, elle représentera 20,02% du produit intérieur brut, pour tomber à un ratio de 18% en 2022. En termes absolus, la dette passera de 12,5 milliards à 13,2 milliards d'euros. 


Revenant sur les priorités gouvernementales, Pierre Gramegna avait à l'époque défini trois axes centraux pour le budget 2019: cohésion et équité sociales, compétitivité économique et durabilité. Dans les trois domaines, les dépenses devraient augmenter massivement. 

Aussi, le ministère des Transports et de la Mobilité ainsi que celui de l'Éducation recevront pour la première fois plus de deux milliards d'euros. D'autres ministères pourront également bénéficier d'un budget plus important. Le Logement recevra une enveloppe supplémentaire de 6,8%. 

Par ailleurs, le gouvernement investira davantage dans le sport (+21% de plus pour les clubs) et dans la culture (+15%). Le ministère de l'Énergie recevra 44% de budget supplémentaire, pour mettre la poursuite du programme d'énergie à 100% renouvelable. 

Au total, le gouvernement prévoit d'investir 11 milliards d'euros entre 2018 et 2023. Pour sa part, André Bauler a particulièrement loué les 2,3 milliards d'euros investis dans la nature, l'environnement, le climat et la durabilité.  

Aides fiscales

Parmi les principales aides fiscales prévues au budget 2019: la réduction de la TVA sur les produits d'hygiène féminine, qui passe à 3%, une enveloppe de 237 millions d'euros allouée au congé parental ou encore la gratuité des frais de garde dont le coût de 421 millions d'euros sera supporté par l'État. 


Tout comprendre sur la présentation du budget 2019
Ce mardi matin,Pierre Gramegna (DP), ministre des Finances, dévoile les orientations budgétaires du gouvernement à la Chambre des députés. Pourquoi cette présentation intervient-elle si tard? Quelles annonces sont très attendues? Quel chiffre est dans le collimateur?

Pour les entreprises, la réduction de 1% de l'impôt global sur le revenu des sociétés entrera en vigueur de manière rétroactive au 1er janvier (pour un coût de 50 millions d'euros). 

A contrario, les droits d'accises sur les produits pétroliers qui augmenteront au 1er mai prochain, devraient se traduire par une rentrée budgétaire supplémentaire de 2,5 millions d'euros. 

«Les chiffres montrent que le gouvernement s'en tient à ses deux objectifs: une dette inférieure à 30% du PIB et la sécurisation du Triple A», résume ainsi Pierre Gramegna. 

Réactions mitigées

La Chambre de commerce a réagi au projet de budget: «Le projet est novateur à divers égards, comme la nouvelle présentation comptable, mais d'autres aspects laissent davantage à désirer. De nombreuses incertitudes, internationales (Brexit, tensions commerciales, ralentissement dans la zone euro, etc.) ou nationales (question de l'éventuel 'dégonflement' des arriérés d'impôt ou de la non-concrétisation du ralentissement prévu de la hausse des dépenses, qui coûterait 1,5 milliard d'euros à l'horizon 2022 en cas de poursuite d'une progression des dépenses courantes de 6,1% par an) font cependant craindre que cette prudence s'avère insuffisante, d'autant que la progression soutenue de l'emploi, frontalier notamment, pourrait générer des besoins additionnels d'investissements publics. Il aurait été souhaitable, de se prémunir contre d'éventuelles 'surprises' en prévoyant de plus importantes marges budgétaires,» a-t-elle estimé. 

Si de son côté, la Chambre des salariés du Luxembourg (CSL) salue la création d'un crédit d'impôt salaire social minimum (CISSM), elle estime toutefois que «cette amélioration reste insuffisante pour atteindre un niveau dépassant le seuil de risque de pauvreté».

Si la CSL salue par ailleurs «les efforts au cours des dernières années au niveau des structures d'accueil des enfants et des chèques-service accueil (CSA)», elle remarque que «de nombreux enfants (y compris notamment ceux des salariés frontaliers) ne bénéficient pas des CSA, ce qui rend indispensable une augmentation des prestations familiales en espèces et la création d'un mécanisme d'adaptation automatique de celles-ci».

La CSL conclut que «la désindexation de ces prestations a engendré entre-temps une perte de 20% au niveau des montants ; cette dégradation a été renforcée pour les enfants nés après la récente réforme des prestations familiales, qui a diminué le montant moyen accordé par enfant». 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le diesel moins cher en Belgique pour les chauffeurs
Avec la hausse des accises sur le carburant en mai prochain, le prix à la pompe deviendrait plus attractif en Belgique qu'au Luxembourg pour les professionnels de la logistique, indique le Groupement pétrolier luxembourgeois.
Aire de Berchem, Berchem, le 14 Octobre 2016. Photo: Chris Karaba
Les grandes lignes du budget 2019
Grand oral ce matin à la Chambre des députés pour Pierre Gramegna qui a exposé les chiffres clés des finances du pays: «Investissements records et mesures sociales» sont au programme des quatre années à venir selon le ministre.
Politik, Budget 2019, chambre des députés, Rapport, Pierre Gramegna, photo Anouk Antony
Tout comprendre sur la présentation du budget 2019
Ce mardi matin,Pierre Gramegna (DP), ministre des Finances, dévoile les orientations budgétaires du gouvernement à la Chambre des députés. Pourquoi cette présentation intervient-elle si tard? Quelles annonces sont très attendues? Quel chiffre est dans le collimateur?
Chambre des députés: Budget de l'Etat 2018: le dernier présenté par Pierre Gramegna
Le ministre des Finances, Pierre Gramegna a présenté ce mercredi le dernier projet de budget de la coalition gouvernementale DP-LSAP-Les Verts devant la Chambre des députés. Dans un contexte économique favorable, le budget de l'Etat 2018 prévoit de «maintenir les investissements à un niveau élevé» et a été caractérisé par 3 maîtres-mots par le ministre: «qualité de vie, compétitivité et continuité».
Pierre Gramegna: «Sans renoncer à l’objectif d’assainissement des finances publiques, nous avons réussi à maintenir les investissements à un niveau élevé».