Changer d'édition

Paulette Lenert séduit toujours autant les électeurs
Luxembourg 4 min. 17.06.2021
Politmonitor 2021

Paulette Lenert séduit toujours autant les électeurs

Avec le soutien de près de neuf électeurs sur dix, Paulette Lenert confirme sa place de premier plan sur l'échiquier politique.
Politmonitor 2021

Paulette Lenert séduit toujours autant les électeurs

Avec le soutien de près de neuf électeurs sur dix, Paulette Lenert confirme sa place de premier plan sur l'échiquier politique.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 4 min. 17.06.2021
Politmonitor 2021

Paulette Lenert séduit toujours autant les électeurs

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Comme depuis le début de la pandémie, la ministre de la Santé apparaît aux yeux des votants comme la personnalité politique la plus appréciée, selon les résultats du Politmonitor réalisé pour le compte du «Luxemburger Wort» et «RTL». Et distance de plus en plus Xavier Bettel.

Mois après mois, Paulette Lenert (LSAP) appose de plus en plus son empreinte dans le paysage politique luxembourgeois. Apparue sur le devant de la scène médiatique en raison de la crise sanitaire, la ministre de la Santé fait désormais plus que chambouler l'échiquier politique, elle en est devenue une actrice de tout premier plan puisqu'elle recueille 89% d'opinions favorables, selon les conclusions du dernier Politmonitor. Un score en léger recul (-1) par rapport aux 90% enregistrés au cours des deux précédents sondages.


Politik, Briefing presse-Conseil de Gouvernement, Xavier bette, Paulette Lenert , Coronavirus, Covid-19, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Paulette Lenert parvient encore à faire l'unanimité
Comme en juillet dernier, la ministre de la Santé (LSAP) est perçue comme la personnalité politique la plus populaire, selon le Politmonitor réalisé pour le «Luxemburger Wort» et «RTL». Devant Xavier Bettel (DP) et Jean Asselborn (LSAP).

Réalisée par TNS Ilres pour le compte du Luxemburger Wort et de RTL, l'enquête d'opinion menée auprès d'un échantillon représentatif de 1.127 électeurs montre également que l'actuelle locataire de la Villa Louvigny creuse l'écart avec le reste de la classe politique, et notamment avec le Premier ministre. Et ce, malgré son absence de plusieurs semaines, suite à un malaise. Alors qu'en novembre dernier Xavier Bettel (DP) la talonnait et se classait en deuxième position avec 82% d'opinions favorables, il ne recueille plus «que» 79% (-3) d'avis positifs et cède la place de dauphin à l'éternel Jean Asselborn (LSAP), ministre des Affaires étrangères (81%, +3).

Aux yeux des électeurs interrogés, seuls quatre autres membres du gouvernement parviennent à recueillir une majorité d'opinions favorables, Pierre Gramegna (DP) et Romain Schneider (LSAP) figurant ainsi au pied du podium avec un soutien populaire de 60%. Lex Delles (DP) et Taina Bofferding (LSAP) voient leur score personnel s'améliorer, le ministre des Classes moyennes obtenant 55% d'avis positifs contre 52% pour la ministre de l'Intérieur.

En ce qui concerne l'équilibre entre les partis de la coalition, les ministres Déi Gréng apparaissent clairement en difficulté. Si Sam Tanson (49%, +3) et François Bausch (47%, -1) apparaissent aux yeux des électeurs comme les plus compétents et les plus sympathiques, ils distancent nettement Henri Kox (37%, -2), Carole Dieschbourg (36%, -1) et Claude Turmes (32%, -1). Seule consolation possible, le fait que ces ministres restent largement populaires chez les 18-24 ans, tous obtenant des scores supérieurs à 70% au sein de cette catégorie d'électeurs.

Situation un peu similaire au sein du DP où le trio Bettel-Gramegna-Delles truste les avis favorables, contrairement à Marc Hansen (39%, -2), Corinne Cahen (35%, -11) et Claude Meisch (32%, -3). Des ministres globalement peu visibles sur la scène médiatique ces derniers mois ou mis à mal dans leur gestion de la crise. Équilibre différent du côté du LSAP où seuls Dan Kersch (46%, -6) et Franz Fayot (45%, +3) échouent à franchir la barre de la majorité d'avis favorables. La faute probablement pour le vice-Premier ministre à son idée d'impôt covid sur les entreprises faisant partie des gagnants de la crise.


CSV-Kongress / Claude Wiseler / Junglinster / Photo: Laurent Blum
Claude Wiseler (re)prend les rênes du CSV
En perte de vitesse, le principal parti d'opposition souhaite renverser la vapeur via une nouvelle équipe dirigeante composée de six membres et paritaire. Objectif: retrouver la confiance des électeurs d'ici à 2023, année des élections communales et législatives.

En ce qui concerne l'opposition, Claude Wiseler (CSV) reste aux yeux des électeurs une personnalité de premier plan sur le plan national avec 57% d'opinions favorables (+5). Il devance chez les chrétiens-sociaux Serge Wilmes (41%, -3) et Martine Hansen (40%, -5), le premier échevin de la capitale quasi absent sur la scène politique nationale obtenant un meilleur score que la co-chef de fraction parlementaire, impactée notamment par les conséquences de l'affaire «CSV Frëndeskreess».

A noter la poursuite de l'ascension dans l'opinion de Sven Clement (Piraten) qui parvient à convaincre désormais 56% des électeurs (+11). Pour mémoire, en octobre 2019, il n'obtenait que 33% d'opinions favorables. Conséquence du roulement imposé par les statuts de déi Lénk, Myriam Cecchetti fait son entrée dans ce classement en lieu et place de David Wagner. L'ancienne élu Déi Gréng à Sanem devenue député décroche 20% d'opinions positives.

Pour mémoire, depuis le début de cette législature, les nombreux mouvements enregistrés au sein de la classe politique ont profondément changé le Politmonitor. En octobre 2019, date de publication du premier sondage d'opinion post-élections législatives, le top 5 était composé de Jean Asselborn (LSAP), Xavier Bettel (DP), Romain Schneider (LSAP), Etienne Schneider (LSAP) et Alex Bodry (LSAP)...


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

En perte de vitesse, le principal parti d'opposition souhaite renverser la vapeur via une nouvelle équipe dirigeante composée de six membres et paritaire. Objectif: retrouver la confiance des électeurs d'ici à 2023, année des élections communales et législatives.
CSV-Kongress / Claude Wiseler / Junglinster / Photo: Laurent Blum
Lors du congrès de son parti ce dimanche, Dan Kersch a posé les bases en vue des prochaines élections de 2023. Le vice-Premier ministre et ministre du Travail, a notamment plaidé en faveur d’un impôt sélectif, qui toucherait ceux qu’il appelle les «gagnants de la crise».
Der digitale LSAP-Kongress war eine Neun-Personen-Show. Ohne Covid-Schnelltest mit negativem Resultat durfte keiner ins Sanemer Artikuss.
Comme en juillet dernier, la ministre de la Santé (LSAP) est perçue comme la personnalité politique la plus populaire, selon le Politmonitor réalisé pour le «Luxemburger Wort» et «RTL». Devant Xavier Bettel (DP) et Jean Asselborn (LSAP).
Politik, Briefing presse-Conseil de Gouvernement, Xavier bette, Paulette Lenert , Coronavirus, Covid-19, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Propulsée au ministère de la Santé quelques semaines à peine avant le début de la pandémie au Luxembourg, la novice en politique devient pourtant la femme politique la plus populaire, selon les résultats du Politmonitor réalisé pour le compte du «Luxemburger Wort» et de «RTL». Devant Asselborn et Bettel.
Politik, Corona-Virus, Pressekonferenz Paulette Lenert, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
L'enquête Politmonitor 2019 réalisée pour le compte du «Luxemburger Wort» et de «RTL» contient quelques surprises. Si le ministre des Affaires étrangères continue de truster le haut du classement «compétence et notoriété», les scores obtenus par Déi Gréng et le CSV apparaissent comme révélateurs.
Politik, Sommerinterview Jean Asselborn, Aussenminister, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort