Changer d'édition

Polfer lassée de «la polémique stérile» du quartier Gare
Luxembourg 2 min. 02.02.2021

Polfer lassée de «la polémique stérile» du quartier Gare

Pour Lydie Polfer, les patrouilles privées effectuées dans une partie du centre-ville «ont amélioré le sentiment de sécurité des riverains»

Polfer lassée de «la polémique stérile» du quartier Gare

Pour Lydie Polfer, les patrouilles privées effectuées dans une partie du centre-ville «ont amélioré le sentiment de sécurité des riverains»
Photo:Guy Jallay/archive
Luxembourg 2 min. 02.02.2021

Polfer lassée de «la polémique stérile» du quartier Gare

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Alors que la mission de la société privée chargée de faire des patrouilles dans une partie du centre-ville de la capitale a été prolongée de deux mois, la bourgmestre fait part mardi de son exaspération quant aux réticences sur son initiative. Et renvoie la balle au gouvernement.

Sûre de son bon droit et de l'efficacité de sa décision, Lydie Polfer (DP) n'en démord pas. Le recours à une société de gardiennage pour assurer des patrouilles au sein du quartier Gare et en ville haute porte ses fruits. «Les deux derniers mois ont montré que cette démarche a amélioré le sentiment de sécurité des riverains», indique la bourgmestre de la capitale dans une interview accordée mardi à nos confrères du Quotidien


Deux mois de plus pour les patrouilles privées
L'expérience ne devait durer que neuf semaines, mais la Ville de Luxembourg a choisi de prolonger jusque fin mars les rondes d'agents de sécurité autour de la gare et en ville haute. De quoi irriter l'opposition.

Dénonçant une polémique «non constructive» et «stérile» de la part de l'opposition communale et du ministère de la Sécurité intérieure, l'élue assure qu'«il n'y a pas un jour sans que l'on ait des échos positifs de la part de citoyens». Manière pour elle de justifier la prolongation de deux mois du contrat avec la société de gardiennage et donc de balayer d'un revers de main les critiques émises contre cette initiative. 

A savoir les doutes autour de la légalité du contrat souscrit par les autorités municipales, les interrogations autour du rôle des chiens ou bien encore les suspicions quant aux destinataires et aux informations communiquées dans les comptes-rendus dressés après chaque patrouille.


Les patrouilles de société privées sont censées remedier au sentiment d'insécurité et au mécontentement des habitants du quartier.
Bonnevoie pourrait aussi passer sous surveillance privée
La controverse autour de la sécurisation du quartier de la gare par une société privée se poursuit et devrait faire l'objet d'un débat parlementaire. Pourtant, pour Laurent Mosar, l'opération est un succès et pourrait même être étendue.

Et la contre-offensive médiatique de la bourgmestre s'accompagne d'une interrogation autour du suivi réalisé par le gouvernement dans ce dossier. Avec comme cible privilégiée le groupe de travail interministériel dédié à la criminalité du quartier Gare, mis en place au cours de l'été. 

Réunissant aussi bien le ministère de la Sécurité intérieure, que celui de la Justice et des Affaires étrangères, cette entité doit dresser l'inventaire «de la situation concernant la criminalité, ses liens avec la drogue ainsi que les différents points de vue des parties prenantes au comité», rappelle Lydie Polfer qui assure attendre «avec impatience» ce document. Evoquée par Henri Kox (Déi Gréng), la finalisation de cette note est «en cours», confirme mardi le ministère de la Sécurité intérieure, sans toutefois avancer de date précise. 


Quartier de la gare, Bahnhof Luxemburg, avenue de la liberté, photo Guy Wolff
«La police, seule, ne peut régler tous les problèmes»
La décision de la Ville de Luxembourg d'avoir recours à une société privée pour sécuriser le quartier Gare continue de faire des remous. Mardi, Henri Kox, ministre de la Sécurité intérieure, et la bourgmestre Lydie Polfer s'accordent sur le besoin de coopération.

Une brèche dans laquelle Lydie Polfer n'hésite pas à s'engouffrer, en assurant que la mise en place des patrouilles «ne changera pas le monde», mais «répond à ce que souhaitent les riverains». Et pour s'en assurer, la bourgmestre indique que «dès que ce sera possible, nous tiendrons une réunion publique où seront invités les ministres concernés pour qu'ils viennent discuter avec les citoyens de la Gare». Avec un résultat, à la croire, sans appel puisque la bourgmestre estime que le message des riverains «sera extrêmement clair».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La sécurité, ce «devoir absolu» de Lydie Polfer
Face à ce qu'elle estime être une priorité pour les habitants du quartier Gare, la bourgmestre de la capitale en appelle au gouvernement pour renforcer les patrouilles de police. En attendant d'obtenir gain de cause, elle entend continuer de faire appel à des sociétés de sécurité privées.
Lokales, Sicherheitsbeamter Quartier Gare, Agent de Sécurité, GDL Security, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Deux mois de plus pour les patrouilles privées
L'expérience ne devait durer que neuf semaines, mais la Ville de Luxembourg a choisi de prolonger jusque fin mars les rondes d'agents de sécurité autour de la gare et en ville haute. De quoi irriter l'opposition.
Bonnevoie pourrait aussi passer sous surveillance privée
La controverse autour de la sécurisation du quartier de la gare par une société privée se poursuit et devrait faire l'objet d'un débat parlementaire. Pourtant, pour Laurent Mosar, l'opération est un succès et pourrait même être étendue.
Les patrouilles de société privées sont censées remedier au sentiment d'insécurité et au mécontentement des habitants du quartier.
«La police, seule, ne peut régler tous les problèmes»
La décision de la Ville de Luxembourg d'avoir recours à une société privée pour sécuriser le quartier Gare continue de faire des remous. Mardi, Henri Kox, ministre de la Sécurité intérieure, et la bourgmestre Lydie Polfer s'accordent sur le besoin de coopération.
Quartier de la gare, Bahnhof Luxemburg, avenue de la liberté, photo Guy Wolff
Qui doit faire la police dans la capitale?
La bourgmestre de Luxembourg, lassée des problèmes d'insécurité, a choisi d'engager des agents de sécurité privés pour patrouiller. Une initiative qui est loin de recevoir le soutien du ministre de la Sécurité intérieure, Henri Kox.
(au milieu) Henri Kox, ministre de la Sécurité intérieure