Changer d'édition

Polémique sur les futurs congé parental et temps partiel
Luxembourg 3 min. 05.04.2019 Cet article est archivé

Polémique sur les futurs congé parental et temps partiel

Polémique sur les futurs congé parental et temps partiel

Photo: Shutterstock
Luxembourg 3 min. 05.04.2019 Cet article est archivé

Polémique sur les futurs congé parental et temps partiel

Maurice FICK
Maurice FICK
La question de l'équilibre vie familiale et vie professionnelle revient sur le devant de la scène. Evoquées ce vendredi par le député Max Hahn, deux nouvelles «formules» gouvernementales ont suscité un vif échange entre patronat et ministre de la Famille, en coulisses.

C'est une bonne nouvelle pour les parents salariés au Luxembourg mais une nouvelle très fraîchement accueillie du côté patronal en ce début avril. L'annonce de deux futures mesures gouvernementales au micro de RTL, vendredi, par le député (DP) de la majorité, Max Hahn, a rapidement mis le feu aux poudres.

Le gouvernement DP-LSAP-Déi Gréng prévoit «d'introduire une sorte d'effet de récompense, en plus du congé parental» qui doit permettre aux deux parents qui auraient déjà eu un congé parental de bénéficier d'un temps supplémentaire de congé parental», a résumé Max Hahn, également président de la Commission parlementaire de la Famille et de l'Intégration.

Le gouvernement sait parfaitement qu'il complique la vie des entreprises à travers sa politique sans compromis

Du même bord politique que la ministre de la Famille, Corinne Cahen, il a aussitôt précisé que «le modèle précis» de cette future mesure gouvernementale «n'est pas encore défini», souligne le député. Comme à l'accoutumée au Luxembourg, syndicats et patronat seront consultés au préalable et Max Hahn se dit «confiant» quant à l'issue de «trouver une très bonne solution ensemble» comme cela a été le cas en 2016, avant que la même coalition gouvernementale ne parvienne à réformer le congé parental avec succès. 

Max Hahn a également parlé du droit à un temps partiel pour raison familiale. Selon lui, il y a «une demande grandissante au sein de la population. Il consiste à rester au moins partiellement chez soi. Ce qui signifie aussi de ne pas perdre complètement le contact avec le monde professionnel. En ne travaillant qu'à 75% ou à 50% de temps pour parvenir à mieux concilier le travail et la vie privée. L'accord de coalition prévoit que pour le temps non travaillé, l'Etat assumera les cotisations, notamment pour les droits à la retraite».

Le DP n'a pas tardé à faire sienne la déclaration du député et l'a tweetée:

En réalité, les deux mesures exposées par Max Hahn, ont déjà clairement été évoquées dans l'accord de coalition 2018-2023. Il y est déjà écrit qu'à travers cette «nouvelle formule» du droit au temps partiel pour raisons familiales, «le ou les parents auront droit sous certaines conditions, sur demande et en accord avec leur patron, à une réduction de leur temps de travail». Et aussi qu'après cette période, les parents retrouveront de plein droit leur job à temps complet.

«Calmez-vous les gars»

La réaction patronale, toujours via Twitter ne s'est pas fait attendre, ce vendredi. C'est Nicolas Henckes, directeur de la confédération luxembourgeoise du commerce (ClC), organisation patronale représentant des fédérations et des entrepreneurs indépendants établis au Luxembourg dans le commerce mais aussi les transports et services, qui a dégainé le premier.  «Allongement du congé parental et droit au temps partiel: les nouvelles mesures envisagées par le gouvernement pour mettre les PME en difficulté», a-t-il écrit.

Le secrétaire général de la Fédération des artisans, Romain Schmit a rajouté de l'eau au moulin en s'adressant plus directement au gouvernement.

Il a twitté: «Le gouvernement sait parfaitement qu'il complique la vie des entreprises à travers sa politique sans compromis du "tout mais pas travailler". A nouveau, il n'y a pas de proposition dans le sens de l'équilibre travail-vie privée qui soit favorable aux petites et moyennes entreprises.»

De l'étranger, la ministre de la Famille et de l'Intégration, Corinne Cahen n'a pas laissé dire. Et a rapidement répondu aux deux en les interpelant: «Calmez-vous les gars pour commencer. Le gouvernement fait tout pour que vos salariés soient satisfaits dans vos entreprises et ne s'en aillent pas voir ailleurs. Et comme l'a dit Max Hahn: comme pour le congé parental, tout le reste sera fait ensemble avec vous et non contre vous», dans le domaine de l'équilibre travail-vie privée:

Et la discussion twittée a duré un moment, montrant les positions divergentes de la politique et de l'entrepreneuriat en matière de congé parental.