Changer d'édition

Luxembourg-Ville veut mettre fin au «tourisme scolaire»
Luxembourg 3 min. 15.06.2021
Polémique

Luxembourg-Ville veut mettre fin au «tourisme scolaire»

«A Belair, près d'un tiers des écoliers n'habitent pas le quartier, mais viennent de Bonnevoie, du quartier Gare ou de Rollingergrund», déclare Tom Krieps.
Polémique

Luxembourg-Ville veut mettre fin au «tourisme scolaire»

«A Belair, près d'un tiers des écoliers n'habitent pas le quartier, mais viennent de Bonnevoie, du quartier Gare ou de Rollingergrund», déclare Tom Krieps.
Photo:dpa
Luxembourg 3 min. 15.06.2021
Polémique

Luxembourg-Ville veut mettre fin au «tourisme scolaire»

A l'occasion du conseil communal, les échevins de la capitale se sont penchés lundi sur la question de l'organisation scolaire. Selon certains élus, le manque de mixité et de sécurité dans certains établissements mènent les parents à placer leurs enfants dans d'autres écoles que celle de leur quartier.

(m.d. avec David Thinnes) Si la question est habituellement vite traitée, l'organisation scolaire a alimenté la majorité du conseil communal de Luxembourg-Ville lundi. En cause: le manque de mixité sociale dans certains établissements. C'est un projet de fusion des écoles élémentaires de la rue du Commerce et de la rue Michel Welter avec l'école maternelle de la rue Adolphe Fischer, qui a jeté de l'huile sur le feu. 


09.06.2021, Berlin: Schulranzen stehen in einer gemischten Klasse der Stufen 4-6 an der Fritz-Karsen-Schule im Berliner Ortsteil Britz auf dem Boden. Für die letzten zwei Wochen vor den Sommerferien gibt es in der Hauptstadt noch einmal Präsenzunterricht mit allen Schülerinnen und Schülern. Foto: Christoph Soeder/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Claude Meisch promet plus de soutiens avant la rentrée
Le ministère de l'Education proposera à nouveau des cours de soutien et de rattrapage scolaires avant la mi-septembre. Des leçons à suivre en ligne ou auprès d'un encadrant.

En discussion depuis des mois, cette fusion engendrerait le transfert des enfants des cycles 2 et 3 dans l'école élémentaire de la rue du Commerce à l'automne. La rue Michel Welter accueillerait alors la quasi-totalité des enfants du quartier de la gare à partir du cycle 4. 

Bien que la proposition, présentée par le comité scolaire et approuvée par l'inspection régionale, soit soutenue par les échevins de l'opposition, elle est vivement critiquée par le comité de parents de l'école de la rue Michel Welter, qui la qualifient même de «meurtre». «La politique scolaire doit rester ambitieuse», a défendu le conseiller LSAP Tom Krieps, lors d'une conférence de presse avant le conseil. A travers cette fusion, la Ville tente surtout de réunir les écoles de différents quartiers en un seul et même lieu, comme c'est le cas dans le quartier Clausen.

L'opposition se plaint que l'école de la rue du Commerce soit stigmatisée.
L'opposition se plaint que l'école de la rue du Commerce soit stigmatisée.
Photo: Gerry Huberty

Pour le trio d'opposition (Déi Gréng, déi Lénk et LSAP) «l'école doit offrir des chances égales à chaque enfant», tout en assurant «la cohésion sociale dans un quartier», et ce sans «qu'aucun intérêt particulier n'entre en jeu», rapporte le Luxemburger Wort. Une façon pour le conseil communal de lutter notamment contre le «tourisme scolaire». 

Cette pratique désigne les parents qui inscrivent leurs enfants dans une école autre que celle de leur quartier. Il suffit pour cela de «remplir un formulaire», déplore l'échevine Christa Brömmel (Déi Gréng), où les parents certifient qu'un des grands-parents vit dans ce quartier, ou que leur enfant y a été à la crèche. Résultat: «à Belair, près d'un tiers des écoliers n'habitent pas le quartier, mais viennent de Bonnevoie, du quartier Gare ou de Rollingergrund», déclare Tom Krieps. 


Lokales, Sicherheitsbeamter Quartier Gare, Agent de Sécurité, GDL Security, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
La sécurité, ce «devoir absolu» de Lydie Polfer
Face à ce qu'elle estime être une priorité pour les habitants du quartier Gare, la bourgmestre de la capitale en appelle au gouvernement pour renforcer les patrouilles de police. En attendant d'obtenir gain de cause, elle entend continuer de faire appel à des sociétés de sécurité privées.

En cause, le manque de sécurité du quartier Gare. L'école de la rue du Commerce se situe en effet à proximité de la rue de Strasbourg, point névralgique du trafic de drogue et de la prostitution. Pour le conseiller Guy Foetz (déi Lénk), cette «stigmatisation» est liée «aux propos de la maire», Lydie Polfer (DP) sur le manque de sécurité du quartier Gare. La maire de la capitale a en effet fait de la lutte contre l'insécurité «son devoir absolu», engageant des sociétés privées pour y remédier, au risque de s'attirer les foudres de son conseil et même du gouvernement. 

Craignant pour leurs enfants, les parents résidant dans le quartier Gare préfèrent les inscrire ailleurs, engendrant un manque de mixité sociale et par là même une bataille entre riches et pauvres, selon l'opposition communale. Ainsi, l'école de la rue du Commerce accueille 20 % d'enfants luxembourgeois, contre 53% pour celle de la rue Michel Welter. Dans la première, 30 enfants sur les 126 inscrits sont des réfugiés. Une situation que la Ville entend résoudre par sa fusion, soumise au vote ce vendredi.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Alors que le conseil communal de la capitale a validé, vendredi, la fusion entre plusieurs écoles du quartier Gare, l'échevine à l'enseignement, revient sur les tensions autour de ce projet, liées à la question de la mixité sociale.
Rentrée: Pressebesuch der Grundschule im Bahnhof-Viertel Luxemburg-Stadt  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Suite à la décision de Lydie Polfer (DP) de continuer à faire appel à des sociétés de gardiennage privées, deux élus déi Lénk de la capitale ont déposé un recours devant le tribunal administratif. Un autre concerne la ministre de l'Intérieur.
Tram, Gare de Luxembourg, Bahnhof Luxemburg
Face à ce qu'elle estime être une priorité pour les habitants du quartier Gare, la bourgmestre de la capitale en appelle au gouvernement pour renforcer les patrouilles de police. En attendant d'obtenir gain de cause, elle entend continuer de faire appel à des sociétés de sécurité privées.
Lokales, Sicherheitsbeamter Quartier Gare, Agent de Sécurité, GDL Security, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Depuis lundi, écoliers et lycéens se doivent de pratiquer des tests rapides pour lutter contre la pandémie. Une nouvelle pratique plutôt bien acceptée par les principaux concernés qui assurent «contribuer à la sécurité de tous».
Lok , Grundschule Cents , Luxemburg-Stadt ,Covid Schnelltest Schulen , Corona , Covid-19 , Schule Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Le projet de construction du nouveau quartier en lieu et place des établissements Paul Wurth et Heintz van Landewyck comptera aussi suffisamment d'espaces de bureaux et de commerces pour 5.500 emplois.